AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [R]encontre boulversante [1]

Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 2:35

    Samuel Winchester, au travers de ses lunettes de soleil, observait l’imposant manoir qui se dressait devant lui, dans sa voiture. Aujourd’hui, il avait rendez-vous avec Pénélope Winchester, sa belle soeur pour parler du refuge mais aussi pour faire connaissance. Le mutant n’avait pourtant pris aucune décision concernant son avenir aux USA que déjà son père le voyait à la tête de son empire. Dean se débrouillait assez bien mais autant le dire, il n’avait pas le sens des affaires. Son frère restait et resterait sans aucun doute, un flic dans l’âme et non un business man. Quant à Sam, il ne rêvait que de ce poste mais depuis deux ans, il refusait de pardonner à son père. Fierté des Winchester. A cause d’elle, il avait perdu beaucoup de choses dont une personne qu’il avait aimé de tout son cœur mais celle-ci lui avait brisé le cœur de la plus horrible des façons. En effet, en rentrant de cette fameuse dispute au groupe W, Samuel avait cherché le réconfort dans les bras de sa petite amie. Seulement, en allant la chercher à la fac, il avait surpris une conversation entre elle, et une autre fille. Les mots qu’elle avait prononcé semblaient gravés au fer rouge contre son cœur.

    «Tu crois vraiment que je passe tout mon temps avec Sam par amour ? Il est riche, et c'est tout ce qui m'importe. Il n'a jamais été question d'amour entre lui et moi, mais ça, il est beaucoup trop idiot pour en prendre conscience. »

    Suite à cette découverte affligeante, Sam avait fait demi-tour, le cœur brisé et s’était envolé le soir même pour Londres où un oncle l’attendait pour travailler avec lui. Et deux ans s’écoulèrent sans qu’il n’entende parler de Cassandra Hope. Le mutant avait tout coupé allant même jusqu'à changer de numéro. Aujourd’hui, il revenait aux Etats-unis mais son regard avait changé. Fini cette douce lueur bienfaitrice et chaleureuse. Il ne restait qu’un homme d’affaires froid et calculateur. Par ailleurs, sa future femme l’attendait à Londres pour se marier dans quinze jours. Voila un an qu’il fréquentait Melinda. Point d’amour entre eux, du moins, de son côté mais elle avait le mérite d’être issue d’un milieu aisé et puis surtout, il savait à quoi s’attendre. Sam semblait dans l’incapacité totale de faire confiance aux femmes ni d’aimer à nouveau. Un peu comme si son cœur refusait d’oublier la belle brune aux yeux bleus qui l’avait trahit de la plus abjecte des manières. Combien de fois lui avait-il confié alors qu’ils étaient amis que toutes les femmes le blessaient en ne sortant avec lui que pour son statut d’héritier. Il avait cru qu’avec elle, ça serait différent, qu’elle était différente des autres femmes. Mais non, et cette erreur lui coûtait. En soupirant, il chassa ses idées noires redonnant ainsi au ciel, tout l’éclat de son bleu. Durant l’heure qui suivit, il conversa avec Pénélope. Ils prirent le temps de se connaître l’un l’autre avant qu’il ne la quitte.

    C’est en sortant du bureau de la directrice et en tournant à gauche pour emprunter le couloir menant aux escaliers, qu’une tête brune lui fonça dessus. La rattrapant in extremis, Samuel la redressa sur ses pieds, sans un sourire, sans rien. Où était l’homme tendre et rieur d’autrefois, celui avec le cœur sur la main, toujours prêt à rendre service à son prochain. Envolé en fumée en quelques secondes.

    « Vous devriez faire attention où vous allez mademoiselle. »

    S’abaissant pour récupérer ses lunettes de soleil qui venaient de tomber au sol, il se redressa, et détailla la jeune femme, d’un regard froid. Ce n’est qu’en plongeant son regard dans le sien qu’il faillit sursauter de surprise. Devant lui, nul autre personne que Cassandra Hope. Samuel plaqua sur son nez ses lunettes, dissimulant ainsi son regard à son ex-petite amie, lui volant ainsi toute possibilité de déchiffrer toute la douleur que leur retrouvaille provoquait en lui.

    « Bonjour Cassandra. Ça se faisait longtemps. Je ne savais pas que tu avais intégré une école pour mutants. Content de t’avoir revu. »

    Sur ces mots impersonnels au possible, il la dépassa et commença à longer le couloir sans se préoccuper plus que ça de la demoiselle. En réalité, ses mains tremblaient trop et il ne voulait pas lui montrer à quel point, il était bouleversé à cet instant précis.


Dernière édition par Samuel Winchester le Dim 24 Fév - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 2:37

    Deux années s’étaient maintenant écoulées depuis le départ inattendu de Samuel Winchester. Du jour au lendemain, il avait quitté sa vie, il avait littéralement disparu de la surface planétaire. Si au début, elle s’était tout simplement inquiété pour son état, elle avait rapidement compris, au fil des semaines, qu’il ne reviendrait probablement jamais. Malgré l’appui de sa sœur aînée, Cassandra avait eu beaucoup de mal à surmonter cette épreuve. Elle n’avait jamais autant pleuré, et pourtant, ce n’est pas la première fois qu’on l’abandonnait de la sorte. La jeune femme s’en voulait terriblement, aujourd’hui, d’avoir eu en lui une confiance aussi aveugle. Pour la première fois, elle avait réussi à ouvrir son cœur à un homme. Elle était toujours terrorisée à l’idée de souffrir une nouvelle fois de la perte d’un être cher, mais par amour pour lui, elle avait accepté de lui confier ses pensées les plus personnelles. Cassie avait eu tort sur toute la ligne. Elle avait espéré construire un avenir avec lui. Dans ses rêves les plus fous, elle s’imaginait mariée, vivant dans une grande demeure, en compagnie de celui qu’elle aimait, et pourquoi pas, entourée de petits Winchester. Un doux songe qui s’était bien vite envolé en fumée. Elle avait, à maintes reprises, questionner le frère de ce dernier, pour en apprendre plus. Elle n’avait réussi qu’à lui soutirer de vagues informations concernant son cadet. Elle ne chercha pourtant pas à en savoir plus. Elle était blessée, brisée par son absence. Cassandra avait tenté par tous les moyens d’oublier son visage. Mais on ne guérit malheureusement jamais du grand amour.

    La jeune femme était toutefois persuadée qu’elle ne pourrait jamais lui pardonner cette erreur. Il avait trahi sa confiance, et rompu toutes ses promesses. Encore aujourd’hui, elle souffrait de son départ, de son absence. Branwen avait tenté de lui rendre le sourire, et cette innocence qui, autrefois, caractérisait Cassandra Hope. Elle souriait toujours, mais ses yeux n’exprimaient plus cette étincelle. Pour oublier, elle s’était plutôt acharnée au boulot. Cassie avait terminé ses études, ayant même obtenues les meilleures notes de sa promotion aux examens finaux. Pourtant, un fantôme du passé la hantait toujours. Elle avait parfois l’impression d’apercevoir sa silhouette dans les rues de New York, et malgré sa colère, elle s’élançait, avec le fol espoir de retrouver l’homme qui faisait toujours partie intégrante de ses pensées, de sa vie. Pendant un court instant, ses yeux brillaient à nouveau de cette lueur de malice qui la rendait si belle aux yeux de tous. C’est la déception qui envahissait son cœur, lorsqu’elle comprenait qu’elle avait, une fois de plus, eu droit à une simple illusion. Elle éprouvait une rancune sans précédent pour Samuel, mais une partie d’elle refusait de l’oublier. La demoiselle préservait cet amour, même si, elle se savait incapable de passer outre sa bêtise.

    Combien de fois avait-elle prétexté un malaise pour échapper aux rendez-vous que sa sœur lui organisait en secret ? Cassie appréciait les efforts de son aînée pour l’aider à remonter la pente, mais elle n’avait aucunement besoin d’un petit ami. Elle refusait de souffrir une nouvelle fois par amour. Bien sûr, Branwen n’essayait pas de la caser, et encore moins de la marier, mais Cassandra se sentait incapable de passer la nuit dans les bras d’un homme sans éprouver quoique ce soit pour lui. Depuis deux ans, elle fuyait toute relation amoureuse. Le mariage de sa sœur avait réanimé une vive douleur en elle, et même si elle était heureuse pour Branny, qui avait enfin droit au bonheur grâce à Jason Fly. La demoiselle devait cependant avouer ressentir une certaine jalousie. Elle aurait tant voulu avoir droit à ces mêmes joies, aux côtés de Sam. Mais une décision stupide de sa part avait tout gâché, détruisant petit à petit, ses dernières forces. Cassandra errait dans les couloirs de l’Institut, l’âme en peine, plongée dans cette douce nostalgie. Les yeux baissés, elle ne remarqua pas une silhouette. Elle avait beaucoup changé au cours des deux dernières années, mais elle demeurait, la reine des maladresses. Le jeune homme la rattrapa juste à temps.

    « Pardonnez-moi, je suis un peu maladroite. »

    Elle connaissait cette voix, ces yeux. En reconnaissant Samuel, elle resta interdite. Elle avait imaginé à maintes reprises ce qu’elle lui dirait si leurs chemins se croisaient à nouveau. Mais aucun mot ne voulait sortir de sa gorge. Cassandra se contentait de l’observer, voir même d’admirer son visage délicat, ses traits charmeurs, ses lèvres si douces. Elle remarqua rapidement chez lui une froideur et un détachement qu’elle ne lui connaissait pas. La jeune femme serra les dents, et tenta de chasser les larmes qui menaçaient de couler sur ses joues. Elle ne savait pas comment réagir, elle était complètement perdue, incapable de d’aligner deux mots de peur de bafouiller. Sam, quant à lui, se contenta de la saluer, toujours avec cette attitude insensible. La demoiselle le regarda s’éloigner. Elle ne bougeait toujours pas, et soudainement, elle eut l’impression qu’un frisson lui parcourait l’échine. Elle secoua vivement la tête, et s’avança d’un pas décidé vers lui. Elle posa une main sur son épaule, et lorsqu’il se retourna pour lui faire face, elle lui asséna une gifle violente, emprunte de toute la haine qu’elle ressentait à son égard à ce moment précis. Sans perdre une seule seconde, elle se lança dans un monologue sans fin, lui balançant au visage tout ce qu’elle avait sur le cœur depuis maintenant deux ans.

    « Comment peux-tu agir de la sorte, Samuel Winchester ? Tu agis comme s’il n’y avait jamais eu quoique ce soit entre nous deux, alors que tu sais bien que c’est tout le contraire ! Je t’ai accordé ma confiance, mon cœur, je t’ai tout donné ! Je ne t’ai jamais rien demandé, je voulais simplement que tu restes auprès de moi. Tu m’avais fait la promesse de ne jamais m’abandonner ! Et du jour au lendemain, tu as disparu. Je t’ai cru en danger de mort, blessé ! Personne n’a voulu me dire ou tu étais passé ! Pourquoi ? Pourquoi, Sam ? Qu’est-ce que j’ai fait pour que tu claques la porte sans rien dire ? Tu ne peux même pas savoir le mal que tu m’as causé en partant ! Tu reviens, deux ans plus tard, et tu crois que je vais te saluer comme si de rien n’était ? Tu m’as plaqué sans aucune raison ! Mais bordel, pourquoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 2:39

    « Merci Pénélope, peut être à bientôt ! »
    « Tu comptes rester aux USA ou pas ? »
    « Je ne sais pas, j’ai refait ma vie à Londres et je ne pense pas que ma fiancée accepterait de me suivre. »
    « D’accord, je te souhaite d’être heureux Samuel. A bientôt. »

    Samuel la quitta sur une bise et sortit de son bureau, le cœur emplit d’un profond regret. Oui, il avait refait sa vie en Angleterre mais son cœur appartenait à son pays natal. Son exil lui avait permit de panser certaines blessures et se reconstruire mais loin des siens, Samuel avait fini par perdre cette douceur et cette gentillesse qui le caractérisait tant. Il restait aimable et tendre avec Melinda mais aucun geste de véritable amour ne sortait de sa personne. Il en était tout bonnement incapable. Incapable de serrer une autre femme que son amour perdu, incapable d’aimer de cette douce folie qui définit les amours véritables. Avec Cassandra, Samuel avait cru en cette chance, celle de faire un mariage d’amour et non de raison. Il aurait tant voulu ne pas s’être trompé, devenir comme ses parents, un couple si fort et si aimant. Le mutant avait même prévu la bague de fiançailles tellement il désirait qu’elle devienne sa femme, son seul et unique amour. Seulement, elle l’avait trahit et lui, il avait vu toutes ses illusions s’envoler en fumée. Pourquoi ? Son cœur désespéré continuait de croire en une possible méprise mais sa tête, elle, ne voulait pas s’emballer. Cassie avait bien prononcé ses mots, ce n’était en aucun cas le fruit de son imagination. De tout de manière à quoi bon ressasser le passé ? Elle vivait à San Francisco aux dernières nouvelles et lui, à Londres. Du coup, pas beaucoup de chance de se rencontrer dans une rue.

    Empruntant le couloir de gauche, il allait replacer ses lunettes noires sur son nez, comme à son habitude quand une tornade brune lui fonça dessus. Sans une once d’émotion, il la rétablit bien droite sur ses jambes, tout en l’informant qu’elle ferait bien de faire attention la prochaine fois. Samuel se baissa ensuite pour récupérer ses lunettes noires mais son geste fut interrompu d’un millième de seconde en entendant cette voix. Impossible, ça ne pouvait pas être elle. Cassandra Hope, cette femme qu’il chérissait tout en la haïssant. Se redressant lentement, il la détailla de la tête au pied. Toujours aussi belle malgré la disparition de la lueur de malice qu’il appréciait tant. Cette vision enchanteresse provoqua tout un bouleversement dans son cœur, comme si ça faisait des années qu’il voguait dans le désert des émotions. Comme si la simple vision de Cassie le ramenait à la vie. Pourtant, il lui en voulait, il la détestait tellement. Les mots qu’elle avait prononcés, sans savoir qu’il avait tout entendu, restaient gravés dans sa chair et ça le brûlait encore et encore, chaque jour que dieu faisait. D’une voix froide et détachée, il la salua avant de prendre congé et de remonter le couloir pour se diriger vers l’escalier, histoire de partir loin d’elle, de reprendre sa vie qu’il avait mis entre parenthèse le temps de cette visite à New York. Or quand une main se posa sur son épaule, il sursauta avant de se retourner. Bien mal lui prit puisqu’elle lui asséna une gifle magistrale avant de déverser toute sa rancœur. Pour qui elle se prenait bon sang ? De colère, il enleva ses lunettes, libérant ainsi son regard de sa prison obscure. Ses yeux exprimaient colère, dégoût, mais aussi un sentiment infime : la tristesse.

    « Laisse moi deux minutes et j’arriverais peut être à verser une larme et jouer la comédie du type éploré. Ça te plait tant que ça de jouer aux victimes que les méchants hommes persécutent ? Tu te prends pour qui à la fin, pour me faire cette leçon de morale ? Je t’ai fait mal ? Et toi ? Je t’aimais et tu as piétiné mon amour. Ne fais pas l’innocente, tu croyais sincèrement que je ne découvrirais pas ton manège ? Désolé, je ne suis pas aussi idiot que tu le pensais. Tu te rappelles ? »

    Samuel lançait dans sa colère s’approcha d’elle, menaçant avant de prendre une voix un peu plus aigu comme pour l’imiter lors de cette fameuse journée où il avait surpris sa conversation avec cette fille.

    « Tu crois vraiment que je passe tout mon temps avec Sam par amour ? Il est riche et c’est tout ce qui m’importe. Il n’a jamais été question d’amour entre lui et moi mais ça, il est beaucoup trop idiot pour en prendre conscience. » Puis reprenant sa voix normale, « ça ne te dit rien ? Désolé pour toi ma belle mais j’ai toujours eu une excellente mémoire alors n’espère même pas nier tes propres paroles. Voilà pourquoi je suis parti ! Je te faisais confiance. Tu savais à quel point ma dernière petite amie m’avait fait souffrir en sortant avec moi pour mon fric ! Je te pensais différente Cassandra. Je t’avais fait confiance. »

    Sur la fin, sa voix s’était faite rauque comme pour marquer toute son émotion. Depuis deux ans, il conservait cette rancœur au fond de lui. Les mots sortaient comme pour agir en baume cicatrisant. Il lui avait fait confiance, il avait pris le risque de lui confier son cœur meurtrit par un amour déçu et elle, elle l’avait piétiné et elle osait se porter en victime.

    « Maintenant tu m’excuseras mais j’ai à faire ! » lui dit-il en remettant ses lunettes sur son nez

    Une nouvelle fois, il lui tourna le dos, la laissant en plan, en plein milieu du couloir, sans un remord mais pas sans regret. Samuel aurait tout donné pour que tout soit différent mais il ne pouvait se voiler la face plus longtemps, elle ne l’aimait pas lui, elle aimait son statut d’héritier. Finalement, il aurait mieux fait de rester à Londres, il n’y avait que souffrance et conflit aux USA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 17:46

    Pourquoi ressentait-elle ce vide immense en elle depuis le départ de Samuel Winchester ? Lorsqu’elle posait son regard sur la glace, elle avait l’impression d’avoir à faire à une autre femme. Cassandra Hope, cette demoiselle dans la fleur de l’âge, dont le sourire exquis réchauffait le plus triste des cœurs, semblait avoir, elle aussi, disparue. Au cours des premières semaines pendant lesquelles elle n’avait eu aucune information concluante concernant Sam, ses amies, et même sa sœur, avaient perçu en elle un changement radical. On dit souvent que la souffrance et la douleur transforme les gens. La jeune femme avait subi les conséquences désastreuses de la perte de son petit ami. La déception, la colère, avait bientôt fait place à l’incompréhension. Si elle éprouvait toujours une rancune sans borne pour cet homme lâche, qui avait préféré fuir plutôt que de la confronter, elle ne comprenait toutefois pas pourquoi il avait agi de la sorte. Ce départ était si soudain, si imprévu, qu’encore aujourd’hui, elle se posait des centaines de questions qui demeuraient très certainement, sans réponses. Un seul et unique mot l’obsédait. Pourquoi ? Son père avait quitté sa mère, mais il avait eu la décence de lui expliquer ses raisons. Elle connaissait Sam mieux que quiconque sur cette Terre, et elle était bien placée pour savoir qu’il n’était pas du genre à fuir. Apparemment, elle avait eu tort sur toute la ligne, elle s’était méprise sur les intentions du jeune homme.

    La demoiselle se contentait donc de son boulot, de la vie tranquille et ennuyante qu’elle menait, en tentant d’oublier le visage de Sam. Elle conservait pourtant une photo de leur couple, dans sa table de nuit, et bien souvent, elle se réveillait pour l’observer. Elle se remémorait leurs instants de bonheur, leurs étreintes si douces et si chaleureuses. Les blessures de Cassandra étaient loin d’être guéries. Pas un jour ne s’écoulait sans qu’elle ne pense à cet homme. Malgré sa colère, elle se surprenait bien souvent à espérer son retour. C’est sans doute pour cette raison qu’elle avait refusé tous les rendez-vous que Branwen lui avait proposé jusqu’alors. Comment pouvait-il en être autrement ? Elle n’aimerait probablement qu’un seul homme, mais lui, avait préféré déserté sa vie. Son travail lui avait permis de remonter la pente, mais cet acharnement inutile l’épuisait, à force, et par-dessus tout, un boulot ne pourrait jamais remplacer l’amour de sa vie. Diplômée en droit, elle était devenue secrétaire juridique, et elle convoitait, depuis quelques temps, un poste d’avocate. Par moment, lorsqu’elle se sentait complètement perdue, la jeune femme errait dans les couloirs infiniment grands de l’Institut. Elle laissait ses pensées voguées au gré de ses pas.

    Sam occupait bien évidemment, la majeure partie de son esprit. La jeune femme se retrouva finalement face à un mur de briques, ou enfin, plutôt le torse d’un homme beaucoup plus grand qu’elle. Cassandra leva les yeux, et figea instantanément, avant de secouer vivement la tête. Ça y est, elle était devenue complètement dingue ! Il ne pouvait tout simplement pas se trouver ici, à seulement quelques mètres d’elle. Après avoir cru l’apercevoir à quelques reprises dans les rues passantes de New York, elle avait droit à un mirage ! Une illusion très réussite, puisqu’elle entendit même sa voix, quoiqu’elle nota un changement important. Il parlait sur un ton complètement détaché. Cassie dut finalement admettre qu’elle n’avait pas du tout à faire au fruit de son imagination. Après des salutations froides, le jeune homme retourna vaquer à ses occupations, et la jeune femme demeura seule, quelques instants, figée de stupeur. Encore une fois, il venait de perdre la jolie brunette. Après avoir attendu son retour pendant plus de deux ans, hors de question qu’elle le laisse filer sans qu’il comprenne qu’il l’avait blessé, et qu’elle souffrait encore de cette rupture. Elle s’approcha donc de lui d’un pas décidé, et dès qu’il se retourna vers elle, la demoiselle lui asséna une gifle magistrale, sans regretter, ne serait-ce qu’une seule seconde, ce geste. Sam retira donc ses lunettes fumées qu’il portait en permanence. Cassandra, qui avait toujours su déchiffrer ses émotions qui défilaient dans son regard, fut surprise d’y lire autant de colère, mais aussi, de tristesse.

    « De quoi est-ce que tu parles ? TU es parti, TU as claqué la porte, pas moi ! C’est toi qui as disparu du jour au lendemain, sans rien dire ! Tu n’as même pas eu le courage de rompre avec moi, tu as préféré fuir. Et je suis sensée me sentir coupable ? Qu’est-ce que j’ai fait pour que tu partes ainsi ? Tu m’accuses ensuite d’être la cause de notre rupture, de tous tes problèmes ? Ça fait deux ans que je te cherche partout. Je ne veux plus entendre parler de toi, Samuel Winchester, mais dis-moi, dis-moi pourquoi ! »

    Sans plus attendre, le jeune homme s’approcha dangereusement d’elle, et inconsciemment, Cassandra recula contre le mur, craintive face à la haine que Sam lui vouait. Tentant tant bien que mal d’imiter la voix de son ex petite amie, il répéta des mots qu’elle avait prononcés deux ans plus tôt. Cassie fronça les sourcils, et se remémora la situation qui l’avait poussé à parler de la sorte. Une fille avec qui elle étudiait à l’université l’avait questionné, quant à sa relation avec l’héritier du Groupe W, l’entreprise la plus fructueuse et prometteuse des États-Unis. Elle avait même accusé la jeune femme de profiter de ce Samuel, affirmant qu’elle ne ressentait absolument rien pour lui, et qu’elle se contentait de jouer la comédie, pour avoir un jour, accès à son immense fortune. Sur le coup, elle avait parlé très durement à cette idiote qui la jugeait sans la connaître, et elle lui avait balancé au visage, tout ce qu’elle pensait d’elle et des gens qui osaient propager ce genre de fausses rumeurs. Les mots que Sam lui répétait avaient bel et bien été dits, mais de façon ironique. Elle n’arrivait tout simplement pas à croire que l’homme qu’elle aimait par-dessus tout l’avait quitté pour une telle raison. Il aurait dû lui faire confiance, en discuter avec elle, pas fuir en claquant définitivement la porte. La jeune femme, bien que toujours animée par la colère et la douceur, s’adoucit quelque peu, en comprenant, qu’elle n’avait pas été la seule à souffrir dans cette histoire.

    « Je ne nierai pas mes paroles, puisque je les ai bien dites. Mais tu as mal compris le sens. Jamais… jamais je n’aurais parlé de toi de la sorte. Tu penses peut-être le contraire, mais je… je t’ai aimé. Peu importe, ça n’a plus aucune importance aujourd’hui. Je pourrais te demander pardon, te raconter tout ce qui s’est véritablement passé, mais à quoi bon ? Je te connais, tu ne changeras pas d’avis. Ce qui est fait est fait, et on ne pourra jamais revenir en arrière. Je suis simplement déçue. Si seulement tu avais pris le temps de me demander des explications… »

    Les yeux de Cassandra brillaient de larmes. Cet amour auquel elle tenait tant, avait été gâché par une bêtise qu’elle avait dite, pour faire fuir une sale peste qui se moquait d’elle. Elle était brisée, parce que dans son esprit, se dessinait le bonheur auquel elle aurait eu droite si Sam n’avait pas entendu ces paroles, si elle-même s’était tue à cet instant… Elle ne serait très certainement pas dans ce couloir, à pleurer, comme une idiote, sur un amour perdu, devant un homme qui, l’avait déjà, depuis longtemps, oubliée. Pourtant, elle se raccrochait à un ultime espoir. Sam lui annonça qu’il partait, qu’il en avait fini avec elle. Elle savait qu’il ne reviendrait jamais vers elle, qu’elle devait agir maintenant, ou accepter qu’il ne fasse pas partie de sa vie, qu’il ne serait jamais l’homme qu’elle chérirait toute sa vie.

    « Ne pars pas. S’il te plaît. Je refuse de croire que notre histoire doit se terminer ainsi… Tu… tu dois me croire, Sam. Fais-moi confiance, une dernière fois. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:23

    Cassandra possédait peut être l'apparence d'une frêle jeune femme mais pas la force. Ouch sa joue lui faisait un mal de chien mais plutôt se couper un bras que de l'admettre qu'elle venait de le blesser dans son ego. A quoi s'attendait-elle à la fin? Qu'il la fasse tourner dans ses bras en souriant comme un malade? Non, deux ans, deux ans qu'il ne cessait de penser à elle. Dans tous ses rêves, elle était présente, aussi belle que dans son souvenir. Dans son monde imaginaire, ils formaient un couple heureux et fort, il n'y avait aucune trahison. Dans son rêve, elle l'aimait lui, et non le statut qu'il pouvait lui offrir. N'y tenant plus, il déversa sur elle toute sa colère, priant pour qu'il ne déclenche pas un cyclone. Sous la colère, dieu seul savait ce dont il était capable. Cassandra lui demanda alors de s'expliquer, rejetant la faute sur lui. Dans un sens, elle n'avait pas tord, Samuel l'avait quitté sans un mot, prenant le premier avion en partance pour Londres. Toutefois, sa colère ne fit qu'augmenter et il s'approcha dangereusement d'elle, la faisant ainsi reculer contre le mur.

    "Il faudrait savoir, tu ne veux plus entendre parler de moi, mais tu veux que je t'explique ! Alors écoute bien ceci mademoiselle la moralisatrice."

    Prenant une voix plus féminine, il lui répéta mot pour mot ce qu'elle avait dit lors d'une belle après midi de juin. Des mots qui lui avaient brisé le cœur, qui avait piétiné son amour, qui l'avaient conduit en enfer. Un enfer où tout vous brûle, tout vous transperce dans une douleur sans nom. Cassandra ignorait par quelles épreuves il était passé. Durant deux mois, Londres avait connu, sa plus grande période de pluie. Deux mois à porter des lunettes de soleil pour dissimuler son regard noir. La fatigue avait eu raison de son pouvoir et Sam avait commencé à faire le deuil de cette relation. Un mois plus tard, il faisait la connaissance de Melinda, une jeune femme bien sous tout rapport qui travaillait aux relations publiques d'une filiale. Sans grande envie, il avait accepté un rendez-vous, un dîner galant. Petit à petit au fil des semaines, Sam s'était attaché à elle mais sans véritablement l'aimer. Dans deux semaines, sa fiancée deviendrait sa femme mais le mutant n'arrivait même pas à l'imaginer dans sa robe de mariée. A chaque fois qu'il essayait, c'était un autre visage qui surplombait le sien. Celui de Cassandra. Et ça, ça le tuait à petit feu car son cœur malgré cette trahison refusait d'oublier cet amour déçu. Quand il eut fini de balancer ses griefs, il resta là, sans bouger, sans plus rien ressentir. Durant deux années, il avait cru que s'il déballait son sac devant cette femme, il se sentirait mieux, libéré d'un poids et pourrait passer à autre chose. Peut être aimer sa fiancée? Et bien non, Sam se sentait encore plus triste qu'avant, encore plus vide. Rien n'arrivait à combler le vide qu'elle avait laissé en lui. Cassandra ne nia pas ses paroles, ce qui le poussa à douter quand elle lui expliqua qu'il avait mal compris. Est-ce la vérité? Avait-il gâché deux ans de sa vie? Au fur et à mesure qu'elle s'exprimait, Samuel voyait son regard devenir brillant de larme contenue et ça lui faisait mal car plus les minutes s'écoulaient et plus il doutait. La conversation qu'il avait surprise cet après-midi là, ces mots qu'il avait entendu, est-ce que tout ça n'était qu'un malheureux malentendu? Quelle importance ? Elle ne l'aimait plus et puis Sam ne saurait jamais si c'était la vérité ou non et il refusait de prendre le risque. Cassandra continua affirmant qu'il ne changerait pas d'avis, ce qui le conforta dans l'idée qu'elle le connaissait décidément par cœur. Médusé, il enfila à nouveau ses lunettes et prit congé d'elle, le cœur en miette. Comment vivre dans le doute de s'être trompé? Comment tourner la page quand tout aurait pu être différent? Sam allait prendre les escaliers quand elle le rappela pour lui supplier de ne pas partir. Que voulait-elle à la fin? Pars, reste, elle se contredisait trop pour qu'il arrive à comprendre ce qu'elle désirait vraiment.

    "Même si je reste Cassandra, notre histoire est terminée depuis deux ans. J'aurais peut être du te parler mais ce jour là quand je suis venu à la fac, je venais de me brouiller avec ma famille. Ces deux dernières années, j'ai coupé les ponts avec tout mon entourage, sauf Liz. Si tu ne m'as pas retrouvé, c'est que je n'habite plus les USA, je vis à Londres. Je ne suis que de passage."

    Très doucement, Sam revint sur ses pas et s'approcha d'elle. D'une main tendre, il lui caressa la joue, ses yeux toujours dissimulés par le noir de ses lunettes. Pouvait-il faire machine arrière? Accepter de revenir à New York et quitter la vie qu'il avait douloureusement bâtie durant ces deux années d'exil? Elle souhaitait qu'il lui fasse une nouvelle fois confiance mais n'est-ce pas déjà trop tard? Sam se posait décidément beaucoup de question mais en plongeant dans les yeux bleus de Cassie, il sentait son cœur se remettre à battre. Lentement, comme si une force invisible l'attirait à elle, il s'abaissa et l'embrassa tendrement. Le baiser fut aussi doux que de la soie, comme s'il cherchait à ce que les amants de jadis se retrouve le plus délicatement possible. Samuel mit toutefois fin à ce baiser. Il ne pouvait pas. Une femme l'attendait pour se marier dans quinze jours.

    "Je ne peux pas Cassandra. Je… suis désolé mais je ne peux pas. Je vais me marier, dans quinze jours. Il est trop tard pour nous deux."

    Samuel, désespéré, la serra contre lui, comme pour la protéger du mal qu'il pouvait lui causer ou se protéger lui-même? Malgré tout ce qu'il pouvait penser, malgré le fait qu'il doutait toujours de sa sincérité, il ne pouvait s'empêcher de l'aimer. D'un murmure, Sam lui souffla les trois petits mots qu'il n'avait jamais pu lui dire, tant il redoutait de dire je t'aime à une personne.

    "Je t'aimerais toujours Cassandra Hope. Pardonne-moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:29

    Deux ans. Deux années pendant lesquelles, elle n’avait eu aucune nouvelles de Samuel Winchester. Les jours, les mois, les saisons avaient défilé, mais elle ne comprenait toujours pas ses motivations, ni les raisons de son départ. Cassandra s’était sentie trahie par cet homme à qui elle avait confié son cœur. Elle croyait sincèrement et fermement en leur amour, en la possibilité qu’ils étaient peut-être bien, faits l’un pour l’autre. Lorsque Sam la serrait dans ses bras, par le passé, elle se plaisait à imagine son avenir, leur avenir commun. Il avait brisé tous ses rêves, et ses espoirs, en l’abandonnant, seule, dans la jungle de la vie. Cassie avait changé. Cette lueur innocente et enfantine qui la rendait si belle, si désirable, semblait éteinte, morte. Elle aurait tant voulu oublier sa douleur, sa souffrance, mais elle ne pouvait s’empêcher de plonger dans l’abîme de ses souvenirs, et ce visage, si doux, si chaleureux, lui revenait sans cesse en mémoire. La jeune femme, en croisant son regard, bien qu’aujourd’hui devenu froid et intransigeant, se remémorait leurs tendres étreintes, les baisers passionnés qu’ils échangeaient en permanence et cette merveilleuse complicité qui était née de leur amour. Il se montrait désormais si détaché, et elle lisait, dans ses beaux yeux chocolat, une profonde déception, et une colère sans nom. Pourquoi cette haine ? Il était parti, il avait claqué la porte pour ne plus jamais revenir. Pas elle. Cassandra agissait bien souvent sans réfléchir, mais elle n’était pas lâche au point de se trouver dans l’incapacité de lui dire toute la vérité. C’est ce qu’elle attendait maintenant de lui. Des réponses à ses nombreuses questions. Rien de plus, rien de moins. Elle ne voulait plus avoir mal.

    « Je veux savoir pourquoi. C’est tout ce que je te demande. Ensuite, si tu veux partir, faire comme s’il n’y avait jamais rien eu entre nous, libre à toi. »

    Cassandra recula contre le mur. Elle ne craignait pas Sam, puisqu’elle était persuadée qu’il ne pourrait jamais lui faire du mal. Il ne pouvait pas nier l’amour qui avait existé entre eux, ce sentiment si puissant qui les avait unis pendant des mois, qui furent parmi les plus beaux de son existence. Sans plus attendre, le jeune homme entama ses explications. Le visage de Cassie, qui exprimait, quelques secondes plus tôt, une colère ravageuse et une grande déception, laissa bientôt place à l’incompréhension, puis finalement, à la tristesse. Ses yeux bleus dégageaient une telle mélancolie ! Elle n’arrivait pas à croire qu’elle vivait un véritable enfer depuis plus de deux ans, parce que de simples mots avait été prononcés. Elle les avait bel et bien dits, et elle ne cacha pas ce fait à Samuel, pour la simple et bonne raison qu’elle n’en avait pas honte. Elle avait parlé de façon ironique, sans réfléchir, sous le coup de l’émotion, mais elle ne pensait pas un seul de ces terribles mots. Elle n’aurait jamais pu agir ainsi avec un homme. Cassandra n’était pas un ange, mais elle était dotée d’une âme généreuse et d’un grand cœur. Elle savait qu’elle n’éprouverait ce genre de sentiment une seule fois dans sa vie. Mais pour une obscure raison, les choses avaient mal tourné. Cassie retenait tant bien que mal les larmes qui menaçaient de couler sur ses joues. Elle ne pouvait accepter cette fatalité. Depuis des années, elle entretenait leur flamme. Malgré toutes les tentatives de sa sœur pour l’aider à oublier l’héritier du Groupe W, la jeune femme ne l’avait jamais oublié. Il occupait toutes ses pensées, il hantait ses nuits. Elle n’avait pas accepté de fréquenter un autre mec depuis le départ de Sam. Peut-être est-ce parce qu’en agissant de la sorte, elle avait, en quelque sorte, l’impression de le trahir. Ils étaient maintenant séparés, il avait disparu, et pourtant, elle continuait de l’aimer, d’espérer son retour. Branwen s’inquiétait pour sa cadette, mais personne ne peut guérir tant qu’elle ne le veut pas. Et Cassie n’était pas prête à tourner la page. La demoiselle tenta tant bien que mal de le retenir, lorsqu’il lui annonça qu’il partait, parce qu’elle savait que cette fois, c’était définitif, qu’il ne reviendrait plus à New York. Elle ne pouvait laisser passer cette unique chance. Envers et contre tous, elle voyait toujours la mince possibilité, de recommencer là ou ils s’étaient arrêtés.

    « Non ! Non ! Je ne veux pas que tu partes. Tout le monde a droit à une deuxième chance, et nous aussi ! C’est vraiment ce que tu penses ? C’est ce que tu veux ? Tourner la page, et oublier tout ce qu’on a vécu ensemble ? Je n’ai jamais cessé d’espérer ton retour. Je n’ai jamais cessé de… »

    Pour une obscure raison, elle était incapable de lui avouer son amour. Elle avait peur de se voir rejeter une nouvelle fois, peur de l’entendre dire qu’il devait absolument partir. Cassandra savait qu’elle devait maintenant voir la vérité en face. Mais elle était terrorisée. L’espoir qu’elle avait entretenu pendant ces deux années l’avait empêché de sombrer. Bien sûr, elle avait son boulot, sa sœur, et quelques amies fidèles sur qui elle pouvait compter. Mais il y avait toujours ce vide immense qui lui broyait le cœur. Lorsqu’elle voyait sa sœur en compagnie de son mari, elle rêvait de mener une vie semblable, aux côtés de Sam. Malgré toutes les épreuves qu’elle avait traversé par sa faute, il demeurait, le seul et unique. Doucement, le jeune homme s’approcha d’elle, jusqu’à caresser sa joue. D’un geste délicat, Cassie s’employa à retirer ses lunettes fumées, de sorte qu’elle pouvait apercevoir son regard, qui brillait à nouveau de cette lueur qu’il l’avait charmée dès leur première rencontre. La demoiselle oublia tout lorsqu’il effleura ses lèvres d’un baiser emprunt d’une tendresse infinie. Il stoppa pourtant son geste, et se recula vivement. Le cœur de Cassandra se brisa à nouveau en mille miettes. Pendant un infime instant, elle avait cru pouvoir retrouver le bonheur. Elle avait eu tort.

    « Oh. Je suis désolée de t’avoir embrassé... »

    Ce fut tout ce qu’elle était incapable de dire. Elle voyait sa dernière chance de trouver un jour le bonheur s’envoler en fumée. Sam avait raison, elle devait se résigner. Leur histoire était bel et bien terminée. Une nouvelle vie l’attendait à Londres, une femme, aussi. Cassandra avait bien des défauts, mais elle accordait une grande importance à la fidélité. C’est sans doute pourquoi, elle hésitait à tenter de le convaincre de rester à ses côtés. Il détruisit toutefois ses dernières résistances, en lui glissant à l’oreille, les trois mots qu’elle avait toujours rêvés d’entendre. La demoiselle plongea dans ses yeux, pour trouver la force de s’arracher à lui, et le courage, de l’oublier. Elle aurait sans doute beaucoup de mal à faire définitivement une croix sur lui, mais c’est tout ce qu’elle pouvait faire, maintenant. Il se marierait dans 15 jours. Et elle, qu’allait-elle devenir ? Un long défi l’attendait. Elle devrait réapprendre à vivre, sans lui. Cassie tenterait probablement de tout oublier, et s’acharnerait, une nouvelle fois, sur son boulot pour essayer de guérir. Peut-être un jour, aimerait-elle un autre homme. Mais ses sentiments ne seraient probablement jamais aussi forts que ceux qu’elle éprouvait actuellement pour Samuel. Ils étaient serrés l’un contre l’autre, et Cassandra, dans un moment de faiblesse, enfouit sa tête au creux de son cou, comme elle le faisait si souvent par le passé, lorsqu’elle était triste.

    « Ne me demande pas pardon. Dis-moi que tu seras heureux avec ta fiancée, Sam. C’est tout ce qui importe. Si tu trouves le bonheur, alors j’arriverai peut-être à guérir. Mais je sais que je ne pourrai pas t’oublier. Je t’aime. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:30

    Pour quelqu’un qui ne voulait pas craquer et rendre les armes, il se vautrait lamentablement. Samuel avait répété et répété cette scène où il sortirait tous ses griefs à Cassandra, son ancien amour mais jamais, non jamais, il ne se voyait la prendre dans les bras, comme pour la consoler. Bon sang, il ne connaissait toujours pas le fin mot de l’histoire et son cœur s’en fichait comme d’une guigne. Sam ne désirait qu’une chose, rester auprès de cette femme, en se fichant du fait qu’elle restait avec lui peut être pour son argent. A quoi bon savoir ? Il était incapable de vivre loin de cette femme. Ses deux années à Londres étaient bien la preuve qu’il ne pouvait pas. Tous les jours, son regard bleu le hantait. Bien souvent quand il regardait un magasine et qu’un mannequin aux yeux bleus apparaissait en couverture, il revoyait son ancienne petite amie. Seulement, jamais, non jamais, il n’avait retrouvé cette lueur d’innocence et de malice dans le regard d’une autre. Pas même de sa fiancée.

    Leur histoire terminée restait une source de souffrance pour le mutant dans la mesure où il savait que les Winchester n’aimait complètement qu’une seule fois. Il suffisait de voir son frère Dean, raide dingue de son épouse. Son bonheur avec Pénélope lui faisait ressentir beaucoup d’envie car il savait que Melinda ne pourrait lui apporter le sentiment d’être indestructible, d’être un homme complet. Seul Cassie provoquait ce genre de sentiment. Celui d’être un homme meilleur, d’avoir enfin trouvé la moitié de son âme. Alors pourquoi ne pas rester avec cette femme et quitter la deuxième ? Sam ignorait la réponse ou plutôt, il ne désirait pas la connaître. Se marier à Melinda ou tenter de reprendre une relation avec Cassie ? Dur choix pour un homme tiraillé entre sa tête et son cœur. La première ne désirant plus souffrir et s’engager sans savoir les tenants et aboutissants d’une nouvelle relation avec sa princesse aux yeux océans et le deuxième cherchant justement à retrouver cette sensation de bonheur. Malheureusement, voila deux années que sa tête régissait son existence, faisant de lui un homme d’affaires influents et compétent mais un piètre homme. Au fil des mois et des saisons, il se transformait en un être froid, distant, renfermé. Ça convenait tout à fait à sa fiancée qui se fichait de son futur mari. Oh, elle n’avait rien contre une partie de jambe en l’air après tout, Sam se révélait être un bel homme endurant et sportif mais ça s’arrêtait là. Ce qu’elle voyait, c’était une situation confortable et un statut respectable. Peut être qu’avec le temps, le couple finira par développer des sentiments plus romantiques mais ça, justement, seul le temps pourrait infirmer ou confirmer ceci.

    « Je ne peux pas rester. Je rentre ce soir. Mon avion est dans cinq heures. Je suis désolé. »

    Doucement, comme pour ne pas l’effrayer, il posa une main douce et caressante sur sa joue avant de se pencher vers elle pour l’embrasser, faisant passer toute son amertume, son amour brisé en ce baiser. Très vite la réalité le doucha avec force et il se recula. Sam, malgré tout, était un homme fidèle en toute circonstance. Même à une femme qu’il n’aimait pas. Dès qu’il s’engageait dans une histoire, il ne pouvait aller voir ailleurs. Ça lui était impossible, tout bonnement impensable. Cependant, la tentation de retrouver le contact des lèvres si douces de Cassie, de la serrer contre son torse, de pouvoir sentir ce corps épouser le sien dans une étreinte charnelle, le mettait au supplice. En désespoir de cause, il lui révéla qu’il se trouvait sur le point de se marier. Peut-être que si elle s’éloignait d’elle-même de lui, il pourrait tenir le coup et revenir la tête haute auprès de Melinda. Toutefois, il ne pu se retenir de lui souffler les quelques mots d’amour qu’il gardait prisonnier dans son cœur depuis le début de leur relation. Le mutant n’avait dit ces mots à personne, s’était une première pour lui. Dommage que ce soit en de si tristes circonstances. Cassandra vint enfouir sa petite tête brune au creux de son cou et dans un geste de tendresse impulsif, il y glissa sa main pour lui caresser doucement les cheveux. Il frissonna en sentant son souffle chaud dans son cou quand elle lui parla.

    « Tu n’as pas à me demander pardon non plus ! Cassandra, j’aimerai pouvoir te dire que je serais heureux mais c’est plus compliqué que ça. On ne fait pas toujours ce que l’on veut dans sa vie. Je, dis moi ce qu’il s’est passé ce jour là. J’ai besoin de comprendre, j’ai besoin de savoir. »

    Sam se recula légèrement d’elle et déposa un tendre baiser sur son front avant de replacer une mèche de cheveux derrière son oreille. Il ne voulait pas l’oublier ni devoir le faire mais un océan les séparait et bientôt, une alliance. Cependant, il désirait ardemment porter cette alliance si seulement, sa femme était celle qui se trouvait entre ses bras à cet instant précis.

    « Si je peux faire quoique ce soit pour toi Cass’, dis le moi ! J’aimerais que tu sois heureuse, c’est la seule chose qui me rendra heureux et me donnera la force de continuer. Malgré ma blessure, je n’espérais qu’une chose, ce soit que tu trouves ton bonheur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:32

    Cassandra avait presque oublié à quel point c’était bon, doux, rassurant, de se blottir dans les bras de Sam, d’enfouir sa tête dans son cou pour humer sa délicieuse odeur. Elle aurait tout donné pour qu’à cet instant, le temps s’arrête. Elle avait souffert à un point inimaginable au cours des deux dernières années. La jeune femme avait connu l’incertitude, l’inquiétude, les cauchemars, la peur, bref, une impressionnante palette d’émotions plus douloureuses les unes que les autres. Pourtant, cette étreinte, le simple fait de se retrouver ainsi enlacée contre le torse de l’homme qu’elle aimait, apaisait son mal d’être, calmait sa colère, et comblait ce vide immense qui n’avait cessé de croître. D’un geste de la main, il avait balayé toute la rancune qu’elle lui vouait. Ils avaient été séparés pendant deux longues années. Ils étaient enfin réunis, et à cet instant, Cassie ne désirait qu’une seule chose, rattraper le temps perdu. Il était l’homme de sa vie, elle en était absolument persuadée, et c’est tout ce qui comptait à ses yeux. Sa sœur aînée avait tenté de lui faire voir la vérité en face un nombre incalculable de fois. Cassandra avait toujours catégoriquement refusé la réalité, à savoir qu’il était parti, et qu’il ne reviendrait jamais vers elle. Malgré tout, elle avait continué d’espérer, conservant jalousement cette lueur d’espoir au fond de son cœur. Peu à peu, elle était devenue solitaire, elle s’était acharnée sur le boulot pour oublier, elle s’était concentrée sur les cours pour apprendre à maîtriser son pouvoir. Mais elle pensait encore à Samuel, le seul homme qui réussissait toujours à la faire sourire, peu importe la situation.

    La demoiselle repoussa ses sombres pensées, il était enfin revenue, et quant à elle, Cassie était prête à lui donner une seconde chance. Elle était terrorisée à l’idée de le voir repartir. Elle refusait de le laisser quitter sa vie pour la deuxième fois. Il était de loin, ce qu’elle possédait de plus précieux en ce bas monde. Depuis le mariage de Branwen, cette dernière se faisait un peu moins présente dans sa vie, et c’est de bonne grâce que la jeune femme avait décidé de s’éloigner un peu, pour la laisser vivre son bonheur. Elle avait peur que sa aînée prenne conscience de la pointe de jalousie qui l’animait lorsqu’elle la voyait en compagnie de son mari. Cassandra savait que Bran méritait, plus que quiconque, de connaître enfin cette joie, celle d’être appréciée et aimée par un homme merveilleux. Mais elle aurait tant voulu retrouver les instants de tendresse qu’elle partageait autrefois avec Sam. Aucun homme ne l’avait jamais remplacé. D’ailleurs, elle portait toujours ce bijou qu’il lui avait offert le jour qui avait marqué le début de leur relation amoureuse. Aujourd’hui, comme à tous les jours depuis un peu plus de deux ans désormais, le collier ornait son cou. Dans un murmure, elle lui confia son souhait le plus cher. Elle lui demanda, d’une voix qui démontrait une véritable sincérité, de rester à ses côtés. Elle désirait tout simplement qu’il lui offre une deuxième chance. Sa gorge se serra lorsqu’elle entendit les mots fatals. Son avion partait en direction de Londres dans un peu moins de cinq heures. Cassie acquiesça douloureusement, et plongea son regard océan, brillant de larmes, dans celui de Sam. Elle se savait incapable de le retenir. Elle le connaissait par cœur, et Sam ne changeait jamais d’avis lorsqu’il avait une idée en tête.

    « Alors il est trop tard pour nous deux ? C’est… vraiment fini ? »

    Cassandra devait entendre les mots de sa bouche pour le croire, et finalement, l’admettre. Accepter que leur histoire puisse se terminer de cette façon était presque aussi douloureux que découvrir du jour au lendemain qu’il l’avait abandonnée. Sam posa doucement sa main sur sa joue, et Cassie se surprit à trembler à ce contact. Il effleura ses lèvres avec une délicatesse infinie, pour se reculer ensuite très vivement. Lorsqu’il lui annonça qu’il devait cesser d’agir ainsi, une lueur d’incompréhension illumina soudainement le regard de la jeune femme. Depuis quelques minutes, elle avait l’impression de revivre, son cœur battait à nouveau la chamade dans sa poitrine. Elle avait envie de sourire sans bonne raison, de l’embrasser, jusqu’à ce que le manque d’oxygène ne les oblige à se séparer. Elle cessa cependant de rêvasser lorsque Sam lui annonça, sur un ton des plus sérieux, qu’il était fiancé. La jeune femme, incapable de dire quoique ce soit d’intelligent, elle se contenta de vagues excuses très peu sincères. La demoiselle ne tarda pas à prendre ses distances. Cassandra tenait à ses principes, et pas question d’être la maîtresse d’un homme, même si cet homme en question s’avérait la personne la plus importante à ses yeux. Le cœur en miettes, elle essayait de résister à la tentation de se blottir à nouveau dans les bras de Samuel. Il venait de lui avouer, pour la première fois depuis le début de leur relation, qu’il l’aimait. Touchée en plein cœur, elle accéda à sa demande.

    « Je veux que tu sois heureux Sam. C’est tout ce que je te souhaite, maintenant. Si tu savais comme je m’en veux d’avoir prononcé ses mots ! Si seulement j’avais su qu’en parlant de cette façon, tu me quitterais ! Cette fille répandait une rumeur selon laquelle, j’étais ta petite amie uniquement parce que j’en voulais à ton argent. Quand tu es débarqué, je mettais les choses au clair avec elle, et ce que tu as entendu à été dit de façon ironique. Je ne pensais pas un mot de ce que j’ai dit ce jour-là. Tu… tu dois me croire. Je t’aime. Tu pourrais être l’homme le plus pauvre sur cette Terre, et ça ne changerait absolument rien à ce que j’éprouve pour toi. »

    ** Mais les choses sont différentes maintenant. Tu es fiancé, tu as une nouvelle vie qui t’attend. Moi… je me retrouve encore seule. **

    Sam déposa un baiser sur son front, après avoir replacé une mèche rebelle derrière son oreille. Elle avait peur, plus que jamais, de se retrouver seule. Elle avait peur, mais sa fierté, et son désir de le voir heureux, qui l’empêchait de lui révéler la vérité. Il lui demanda ensuite s’il pouvait faire quelque chose pour elle. Elle le voulait lui, bien qu’elle sache que désormais, c’était impossible.

    « Je veux qu’on passe les cinq prochaines heures ensemble. Et ensuite… je préférais qu’on coupe les ponts. Tu vas terriblement me manquer Sam, mais je sais que si on continue d’entretenir une amitié, on risque de commettre un jour une grosse bêtise, et je ne guérirai jamais. J’ai besoin de temps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:34

    « Alors il est trop tard pour nous deux ? C’est… vraiment fini ? »

    Cette simple question lui brisait le cœur encore plus que toute les paroles échangées jusque là, encore plus que les mots qu’il avait surpris, il y a deux ans. Incapable de lui répondre, il hocha simplement la tête en signe d’affirmation. Comment allait-il faire pour être heureux en sachant qu’il était à l’origine de ce gâchis. Si seulement, il était allé la voir pour comprendre, pour dénicher le vrai du faux. Mais non, en bon Winchester, il avait fui. Depuis très petit, Sam essayait d’échapper à cette famille. Il n’aimait pas qu’on lui impose son avenir et son père, le faisait continuellement. Dean obéissait aveuglement à cet homme mais lui, il avait plus de mal, d’où les conflits à répétition. Jusqu'au dernier qui l’avait conduit à s’exiler. Là aussi, Samuel avait souffert car plus que jamais, il appartenait à cette famille et loin d’elle, il se sentait comme vide. Ajouté à cela la perte de son amour de toujours et vous avez un homme qui survit et non qui vit. Londres lui avait permis de cicatriser quelques blessures et de prendre du recul mais celle causée par la perte de Cassandra ne se refermait pas pour la bonne et unique raison qu’il avait besoin d’elle, pour guérir. Finalement, il lui demanda enfin les explications. Il voulait comprendre le pourquoi, il voulait savoir quitte à se faire mal mais au point où en étaient les choses, ça ne signifiait plus rien. Maso ? Certainement.

    « Ne t’en veux pas, le coupable dans l’histoire c’est moi. Je me suis toujours vanté d’être le plus posé de la famille. De ne pas être atteint du syndrome de la fierté Winchester mais je me rends compte que c’est faux. Sinon, je serais venu te voir, je t’aurais demandé de t’expliquer mais j’ai préféré fuir car j’avais mal. Si je pouvais, je remontrais le temps pour ne pas commettre cette erreur, je le ferais si je pouvais Cassie pour que nous soyons ensemble. »

    Mais est-ce que cela serait suffisant ? Après tout, il possédait encore le choix de tout changer. Il pouvait rompre ses fiançailles et revenir à New York pour recommencer à zéro avec elle ! Samuel se trouvait confronter une énième fois à ce dilemme cornélien. Faire taire tous ses principes et peut être vivre heureux avec Cassandra, ou suivre la voix de la raison et épouser la femme qui l’attendait en Angleterre. Une anglaise contre une américaine. Deux personnalités bien distinctes et surtout deux sentiments opposés. Pour l’une, il n’était qu’un très bon parti et pour l’autre, un amour impossible. Je sais, pour vous le choix est vite fait mais il restait encore la question de confiance. Même si ses paroles prouvaient qu’il la croyait, il restait toujours l’infime possibilité qu’il se trompe. Le problème c’est que Samuel ne s’engageait jamais sans être sûr à 100% et le facteur chance représentait trop de pourcentage vis-à-vis du facteur confiance. Cassandra du s’en rendre compte puisqu’elle lui demanda de lui accorder ses cinq dernières heures puis après de disparaître de sa vie. Ça lui faisait mal de reconnaître qu’elle avait raison. S’ils restaient amis, la tentation de fauter serait trop grande mais dans un sens, pouvait-il vivre loin d’elle ?!

    « Je comprend, je sortirais de ta vie au bout de ses cinq heures mais en attendant, profitons du temps qu’il nous reste. Viens, il y a quelque chose que je rêve de faire depuis très longtemps. »

    En souriant, malgré la blessure, il attrapa sa main et la fit courir dans les couloirs puis descendre les marches avant d’emprunter un autre couloir, pour la mener à la terrasse. Une fois dehors, il l’étreignit et lui conseilla de s’accrocher. Dans la seconde qui suivit ce conseil avisé, le couple s’envolait dans le ciel, enlacé. Samuel offrait donc son premier baptême de l’air à Cassandra et sans nul doute le dernier. Melinda ignorant tous des mutants, il préférait ne jamais lui révéler sa condition. Durant une bonne heure, il emmena la jeune femme voir des paysages qu’elle n’avait jamais vu autour de l’Institut jusqu'à trouver une sorte de petite prairie au milieu de la forêt. Un véritable havre de paix, magnifique, où un petit ruisseau s’écoulait, abreuvant ainsi les animaux de la forêt. Tout doucement, il se posa au sol, gardant Cassandra dans les bras. Samuel allait l’embrasser quand il se rappela de tout ce qui les séparait. Alors, presque à contre cœur, il se détacha d’elle pour observer les alentours.

    « Alors ? Qu’en penses-tu ? N’est ce pas magnifique ? Si tu veux, je peux même faire un joli arc en ciel. »

    Amusé, il se retourna pour la regarder dans les yeux. C’est fou ce qu’il avait l’impression d’avoir fait un bon de deux ans dans le passé. Il retrouvait son envie de sourire, de rire et de taquiner la jeune femme. Est-ce cette raison qui le poussa à poser cette question à Cassie ?

    « Demande le moi, et je resterais Cassandra ! J’annulerais ce mariage et je reviendrais à New York. Il n’y a que toi qui puisses me faire changer d’avis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:34

    Cassandra avait enfin trouvé le courage de lui poser cette question qui l’obsédait depuis maintenant deux ans. Elle ne désirait toutefois pas entendre la réponse. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de s’accrocher à cet infime espoir. Elle l’avait aimé de tout son cœur pendant plusieurs mois – parmi les plus beaux de son existence – et malgré leur séparation, ses sentiments pour le jeune homme étaient aussi puissants qu’au tout premier jour. Les choses avaient changé depuis son départ précipité. Il était désormais fiancé, et dans deux semaines, il épouserait sans doute une magnifique jeune femme. Comment pouvait-elle le convaincre de rester à ses côtés ? Elle ne pouvait lui offrir que son amour et sa confiance. Mais après ce qu’il avait entendu, elle savait qu’il était vain d’espérer son retour définitif aux Etats-Unis. Elle connaissait Sam mieux que quiconque, et c’est par respect pour sa future femme, mais aussi, parce qu’elle ne voulait pas le faire souffrir davantage, elle préféra ne pas insister, lorsque celui qui détenait son cœur changea de sujet sans lui offrir les réponses qu’elle attendait. D’une voix tremblante, elle accéda à sa demande, et lui expliqua doucement ce qui s’était réellement passé, lorsqu’il était venu lui rendre visite à la faculté. La demoiselle tentait avec beaucoup de mal, d’accepter le fait qu’il serait à nouveau séparé, et cette fois, pour toujours. Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine. Se trouver si près de lui alors qu’il était inaccessible se révélait être un véritable supplice. Samuel lui adressa de bien tristes excuses, et incapable de stopper son geste, elle lui caressa la joue.

    « Ce qui est fait est fait, on ne pourra jamais revenir en arrière, malgré toute notre bonne volonté. Je ne t’en veux pas pour ce qui s’est passé. Personne n’est parfait, et tu as commis une erreur. Tu as une nouvelle vie qui s’offre à toi, alors tâche d’être heureux. »

    Cassie ne voulait pas alourdir le fardeau qu’il portait déjà en lui confiant ce qu’elle ressentait à propos de sa propre solitude. Depuis plus de deux ans, elle croisait les doigts, dans l’espoir de le voir un jour revenir vers elle. Son cœur saignait, et les plaies qui n’avait jamais réellement cicatrisé, lui causait une douleur atroce, incontrôlable. Elle avait peur de le voir partir, de se retrouver à nouveau seule. On l’avait déjà, par le passé, abandonnée sans remords. Si elle avait eu beaucoup de mal à accepter le départ de son père, Cassandra se savait incapable de survivre à celui de Sam. Certes, elle continuerait à mener cette vie triste et ennuyeuse, mais elle ne trouverait jamais le bonheur s’il ne vivait pas à ses côtés, pour la simple et bonne raison qu’il représentait tout ce qu’elle avait de plus précieux en ce bas monde. La jeune femme pouvait toujours compter sur sa jumelle, qui n’hésiterait jamais à lui tendre la main pour lui venir en aide. Cassie était toutefois consciente que sa sœur avait désormais sa propre famille. Il était temps pour elle, de voler de ses propres ailes. Elle devait apprendre à se débrouiller seule, même si, à cet instant, elle avait plus que jamais besoin de Branwen. Cassandra ne doutait plus maintenant, elle savait que Sam prendrait cet avion, qui décollerait dans un peu moins de cinq heures. Ils pouvaient tous les deux tenter de devenir amis, d’oublier tous les baisers, les caresses, les sourires et les regards enflammés qu’ils avaient autrefois échangés. Mais la jeune femme ne guérirait jamais. Elle souffrirait éternellement, et cette douleur était infiniment trop grande pour la demoiselle. Les yeux brillants de larmes, elle le pria de rester avec elle jusqu’à son départ, puis, de ne plus jamais chercher à la revoir.

    « Je ne t’oublierai jamais, mais peut-être que la distance atténuera la douleur. Je te suis Sam, au bout du monde s’il le faut ! »

    Adressant au jeune homme un magnifique sourire, elle glissa sa main dans la sienne, et entraînée par Samuel, entama une course folle dans les couloirs de l’Institut, qui les conduisit à une terrasse. Frissonnant parce qu’elle n’était pas suffisamment vêtue pour se balader dehors en plein hiver, elle ne refusa pas l’étreinte qu’il lui proposait. Elle lui jeta un regard à la fois curieux et amusé lorsqu’il lui conseilla galamment de s’accrocher à lui. La demoiselle s’exécuta, et une seconde plus tard, elle se trouvait en chute libre. Incapable ne serait-ce que d’hurler sa peur, elle se blottit encore plus contre Sam. Cassandra avait toujours été un peu craintive lorsqu’elle se trouvait en hauteur, sans être toutefois atteinte d’un vertige maladif. La peur s’effaça rapidement pour faire place à un millier de sensation plus grisante les unes que les autres. La vue était à couper le souffle, elle n’avait jamais rien vu d’aussi impressionnant. Et c’est sans compter, ce sentiment de liberté totale qui s’était emparée d’elle quelques minutes plus tôt. Un sourire enfantin s’était dessiné sur ses lèvres pour la première fois depuis longtemps, trop longtemps. Pendant un instant, elle oublia tous ses malheurs, ses déchirures. Elle volait, enlacée dans les bras de l’homme qu’elle aimait, et c’est tout ce qui comptait. Mais comme toute bonne chose à une fin, Sam les conduisit à l’écart, dans une forêt près d’un petit ruisseau. Son sourire s’effaça en comprenant qu’elle devait s’arracher à cette étreinte si douce.

    « C’est… wouah ! Tu as de la chance de pouvoir voler, c’est génial. Tu voudrais bien réchauffer un peu les alentours, s’il te plaît, je suis morte de froid ! Je pourrais toujours faire un feu, mais je doute encore de mes capacités. »

    Deux années plus tôt, elle se serait simplement blottie dans ses bras pour se réchauffer, mais elle ne voulait pas compromettre Sam auprès de sa nouvelle fiancée. Observant le paysage sans trop se préoccuper du jeune homme, elle sursauta légèrement lorsque sa voix retentit. Un frisson lui parcourut l’échine et elle se retourna, plongeant son magnifique regard océan dans le sien. Elle ne savait quoi lui répondre. Écouter son cœur, qui lui dictait de prendre son courage à deux mains pour lui demander de rester, ou sa tête ?

    « Je ne peux pas choisir pour toi, Sam. Tu sais ce que je ressens, tu n’avais pas à me poser cette question. Tu sais que je rêve de te voir rester aux États-Unis, de redevenir ta petite amie. Mais c’est ta décision, pas la mienne. Tu dois faire ce que tu crois le mieux pour toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:36

    Il ne lui restait que cinq petites heures à partager avec Cassandra et il ne voulait pas les gâcher à rester planté au beau milieu du couloir comme deux étrangers que la vie et leurs choix avaient séparés. Non, il voulait pour quelques heures peut être, retrouver cette insouciance qui caractérisait son existence depuis sa naissance. Insouciance qui l’avait lâchement déserté au détour d’un couloir d’une université par un bel après midi de juin. Alors, sur un coup de tête, il invita son ancien amour à sortir de l’Institut. Quand Cassandra lui tendit la perche en s’exclamant qu’elle le suivrait au bout du monde, il la regarda gravement avant de retrouver son sourire charmeur.

    « Ne me tente pas trésor ! »

    Trésor, un mot qui lui avait échappé. Un mot venant tout droit du passé qui hélas ne prenait aucune signification dans le futur. Pour lui, Cassie était un véritable trésor, et dans le temps, il se prêtait bien volontiers au jeu du pirate. Cela appartenait au passé ! Vraiment ? Avait-il ne serait-ce qu’une envie de la quitter maintenant ? Alors qu’il connaissait le fin mot de l’histoire ? Samuel Winchester se montrera-t-il aussi buté qu’il y a deux ans et tournera-t-il le dos à cette créature enchanteresse ? Seul l’intéressé possédait les réponses à ses questions mais pour le moment, il ne voulait pas y répondre. Cinq heures, cinq heures pour décider de quel avenir sera fait sa vie.

    Arrivé sur la terrasse de l’imposant manoir, il serra contre son large torse, le corps frêle de sa compagne et lui conseilla de s’accrocher. Cassandra leva alors son regard mélange de curiosité et d’amusement. Il ne lui laissa pas le temps de la réflexion, qu’il appela par sa volonté, le vent pour pouvoir décoller du sol. Plus d’attache dans le ciel, plus aucun problème. Juste elle et lui. Quand elle l’étreignit un peu plus fort, sous la peur, il la serra que d’avantage, profitant de cette étreinte autant que possible. La dernière fois ! Cette expression lui laissait un goût amer mais l’horizon bleuté refit ce miracle qu’il appréciait tant : lui vider l’esprit. Aussi, Samuel s’empressa de faire partager son jardin secret à Cassandra, en lui montrant ce que l’on pouvait ressentir en volant, en observant tous les paysages de haut. Au bout d’une heure, sentant la fatigue poindre, il commença la descente, jusqu'à atterrir au beau milieu de la prairie. Les pieds sur terre, Samuel se détacha de la jeune femme, frissonnant bien malgré lui, en sentant le froid mordre à pleine dent dans son cœur. Pourquoi se voiler la face ? Cassie était la chaleur qui réchauffait son âme, le feu qui coulait dans ses veines, l’étincelle qui faisait battre son cœur. Sans elle, il n’était plus qu’un corps, une coquille vide. Un être froid sans scrupule que seul l’argent intéresse. En un mot, son garde-fou. Un peu comme Pénélope était celui de Dean, l’empêchant de sombrer dans sa folie destructrice.

    « Quelle température désire Miss Hope ? Pas trop chaud sinon on va m’accuser de détournement météorologique. Hum, essayons celle-ci, ça te va ? Mais tu sais, tu ne devrais pas douter de tes capacités, au pire, je ferais tomber la pluie, ça éteindra ton début d’incendie !»

    Sam la regarda en souriant, ses yeux se teintant de noir l’espace d’un instant pour réchauffer l’atmosphère puis, il s’approcha d’elle jusqu'à lui mettre sa veste sur les épaules, pour la réchauffer, comme il faisait autrefois, quand ils sortaient d’un cinéma, ou d’un restaurant. Que ce temps là lui manquait. De voir son sourire illuminait sa vie, de voir ses yeux bleus resplendissant de beauté mystérieuse. De la voir s’épanouir tout simplement. Samuel, d’un geste tendre, lui caressa la joue, une sourde douleur au fond de son regard.

    « Voler me fait oublier tous mes soucis, je voulais que toi aussi, l’espace d’un instant, tu goûtes à nouveau au bonheur. On va dire comme un cadeau d’adieu si je puis dire cela. »

    Ne supportant plus son regard, il détourna sa tête, pour observer le petit ruisseau s’écouler dans un petit bruissement. Un son si apaisant ! Si apaisant que sa tête s’endormit l’espace d’un instant, permettant ainsi à son cœur de prendre le dessus. Durant quelques secondes, Samuel resta pétrifié. Venait-il de lui demander de lui accorder une seconde chance ? Aux paroles prononcées par Cassie, son cœur se mit à battre plus violement. Il avait le choix ! Justement, le mutant ne savait que choisir. Une vie sans sentiment mais sans surprise désagréable ou une vie avec, mais au risque de se brûler les ailes une dernière fois.

    « Mais pourrais-tu aimer un homme dont la vie sera décortiquée par la presse à scandale ? Pourras-tu supporter ce monde si hautain, si froid ? Je te connais Cassie, tu es la personne la plus droite, la plus intègre que je connaisse. J’ai peur de te faire souffrir en te faisant entrer dans mon monde. Un univers fait de duperie, de lutte de pouvoir. J’aimerais n’être que Samuel, l’étudiant que tu as rencontré, il y a deux ans mais je ne le suis plus. Je suis Samuel Winchester, et si je reviens aux USA, président d’un empire. J’ai peur que tu perdes ton âme en côtoyant les loups de Walt Street. »

    Le ciel, comme écho aux douleurs de Samuel, se teinta d’un gris sombre, menaçant. Samuel ne désirait pas cette vie là pour Cassie. Il voulait tant lui offrir une famille paisible mais il devait assumer ses responsabilités. Dean ne tiendrait pas longtemps et il ne voulait pas voir son frère aîné, replonger en perdant sa famille. Melinda était du même monde que lui mais pas Cassandra. Pourtant, il ne voulait qu’elle auprès de lui. Il voulait être aimé pour l’homme qu’il deviendrait et non pour son compte en banque. Seule Cassie lui offrait cette chance.

    « J’ai envie d’être égoïste, j’ai envie que tu sois près de moi pour m’épauler dans les moments où la pression sera trop forte pour moi tout comme je veux être là pour toi. Seulement, je n’ai pas le droit de te faire plus souffrir. J’en ai assez fait. Tu as raison Cassandra, on aura besoin de temps tous les deux pour guérir. Rentrons, je dois aller chercher mes effets personnels à mon hôtel. »

    Sans lui laisser le temps de dire quoique ce soit, il la prit dans ses bras et s’envola dans le ciel comme il y a une heure de cela. Toutefois cette fois-ci, même le ciel n’arriva pas à calmer la souffrance qui l’habitait. Trop de peine. Le voyage se fit alors dans un silence pesant, Samuel serrant Cassie comme un condamné à mort. Une heure plus tard, ils étaient de nouveau au Manoir. En douceur, il se posa et l’embrassa sur le front, lui faisant comprendre qu’il valait mieux faire leurs au revoir dès maintenant.

    « Je suis désolé, je ne peux pas faire semblant, je ne peux pas jouer la comédie du type heureux pendant encore quelques heures. Je préfère m’en aller maintenant. »

    Samuel fuyait son regard et comme au moment de leur bousculade, son visage se ferma, ne laissant plus aucune émotion filtrer. Le mutant était redevenu cet homme froid au regard caché par des verres teintés de noir. La laissant sur la terrasse, avec sa veste sur le dos, il disparu au détour du manoir. Cependant, quelques minutes après, il réapparaissait en courant jusqu'à s’arrêter à quelques centimètres du visage de Cassandra. Essoufflé, il mit un temps à reprendre sa respiration puis sans prévenir, il l’attira à lui et l’embrassa passionnément, l’étreignant contre son cœur. Quand le baiser se termina, il prit le visage en coupe de son trésor pour lui parler, d’une voix rendue rauque par l’émotion.

    « Epouse moi ! Je t’aime, je veux faire ma vie avec toi, épouse moi ! Quand je vais revenir, tu me donneras ta réponse. Le temps de rompre mes fiançailles, de démissionner, et de déménager, ça va te laisser un mois. Tu me donneras ta réponse à ce moment là. Je ne peux pas me séparer de toi, malgré tout ce que je t’ai dit. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te rendre heureuse car tu es la seule qui puisse me faire ressentir ça. Est-ce que tu m’attendras ? Pour le mariage, ça peut attendre mais je veux que tu redevienne ma petite amie au moins.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:38

    Lorsque Cassandra affirma qu’elle était prête à le suivre jusqu’au bout du monde, elle était, on ne peut plus sérieuse, malgré le sourire charmeur qui illuminait son visage angélique. Elle tâchait de paraître calme, sereine, mais elle éprouvait intérieurement une panique sans nom. Sam la quitterait dans un peu moins de cinq heures, pour ne plus jamais revenir, à sa demande. Elle perdrait définitivement sa raison de vivre, sa raison d’être. Et elle avait peur. La jeune femme se sentait incapable de vivre ne serait-ce qu’une journée de plus sans l’homme qui détenait les clefs de son cœur. Elle avait vécu pendant deux ans sans lui, et c’est avec beaucoup de mal qu’elle avait survécu à cette épreuve qu’elle croyait insurmontable. Grâce à sa jumelle, elle avait entamé le long processus de la guérison, mais quoiqu’il advienne, les pensées de Cassie dérivaient inévitablement vers Sam, peu importe la situation. L’espoir de le revoir l’avait maintenu en vie pendant toutes ces années, mais qu’adviendrait-il de Cassandra Hope, désormais ? Branwen était mariée, elle avait tout pour elle. Elle refusait de devenir un poids pour sa sœur, et c’est pourquoi, elle avait bien l’intention de lui cacher sa rencontre inattendue avec Samuel. Nul doute qu’elle découvrirait la vérité par elle-même, mais en toute honnêteté, la jeune femme préférait éviter un meurtre. Cette dernière n’avait jamais apprécié l’héritier de l’empire Winchester, et aujourd’hui, elle n’hésiterait pas deux secondes à le massacrer si elle découvrait qu’il avait une fois de plus, fait souffrir la cadette de la famille Hope.

    Lorsqu’il employa le mot trésor pour la décrire, Cassandra crut que son cœur ne tiendrait pas le coup. Comment vivre, en sachant qu’un homme, que cet homme, l’aimait plus que tout au monde ? Un océan et un mariage ne tarderaient pas à les séparer. Pourtant, elle aurait pu tenter de le convaincre, il suffisait qu’elle lui avoue son rêve de le voir demeurer à ses côtés. Au cours des derniers mois, la jeune femme était hantée par une vision enchanteresse. Elle se voyait aux côtés de Samuel, dans une grande demeure. Elle souriait sans cesse, ses yeux brillaient comme autrefois. Il était prêt d’elle, et c’est tout ce qui comptait. Dans ses songes, il la serrait dans ses bras, l’embrassait passionnément, et ils étaient heureux. Elle était désormais consciente que ce bonheur était absolument inaccessible. Sans Sam, elle mènerait très certainement une existence triste. Cassie ne se sentait pas prête à affronter une nouvelle fois la solitude, ce vide immense qui la détruisait petit à petit. La demoiselle, qui ne supportait plus ces sombres pensées, préféra les enfouir profondément en elle. Elle voulait croire, pendant encore quelques heures, que tout irait toujours pour le mieux dans le plus merveilleux des mondes. Un mensonge, une illusion, mais la vérité lui causait une douleur trop grande.

    Sam l’avait conduit jusqu’à l’une des terrasses du Manoir. Cassandra ne voyait pas l’intérêt d’aller se balader dehors, compte tenu du fait qu’elle était à peine vêtue. La jeune femme s’apprêtait à lui poser une question, mais le regard qu’il posa sur elle l’empêcha d’émettre à voix haute ses nombreuses interrogations quant à ses intentions. Sans prononcer un seul mot, il referma ses bras autour d’elle, et la demoiselle ne se fit pas prier pour se blottir – peut-être pour la dernière fois – contre le large torse de l’homme qu’elle aimait. Sans plus attendre, il invoqua les vents, et le couple se retrouvera très rapidement à une hauteur vertigineuse. La jeune femme, qui n’avait pas l’habitude de voler autrement que dans un avion, s’accrocha solidement à Samuel. Ses muscles se détendirent peu à peu, et elle put se concentrer sur la magnifique vue de New York qui s’offrait à elle. Elle n’avait jamais rien vu d’aussi impressionnant. Le temps s’écoula à une vitesse phénoménale, si bien que lorsqu’ils atterrirent, Cassie fut surprise de voir qu’une heure avait déjà passé. Ce constat lui rappela que l’avion de Sam décollerait dans quelques temps.

    « Parfaite, cette température ! Et tu sais, de la pluie en plein hiver quand il fait un froid pareil, c’est pas très normal ! Autant éviter d’attirer l’attention sur nous. Si les médias apprenaient ton statut de mutant, il en profiterait pour te démolir, et pas question que qui que ce soit te fasse du mal. »

    Cassandra aurait tout donné pour accompagner ses dires d’un doux baiser. La jeune femme oublia toutefois cette envie, et un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’il déposa sa veste sur ses épaules. La demoiselle resserra le bout de tissu autour de ses frêles épaules. Si elle était 100% résistante au froid et à la chaleur, Cassie avait toujours froid. Autrefois, lorsqu’elle était complètement frigorifiée, elle enfilait l’un des tee-shirts trois fois trop grands de son petit ami, et se blottissait bien au chaud dans ses bras. Aujourd’hui, elle ne pouvait pas agir ainsi. Il était lié à une autre femme, et même s’il n’éprouvait aucun sentiment amoureux pour elle, Cassandra respectait trop son ami pour le compromettre auprès de sa future épouse. Ce dernier s’approcha d’ailleurs d’elle pour lui caresser la joue.

    ** Qu’aurait fait Bran à ma place ? Elle se serait probablement moquée du fait qu’il était fiancé et elle lui aurait arraché tous ses vêtements en un temps record. Ouais, vaut mieux éviter. **

    « Un cadeau d’adieu… Oui… C’est vrai… J’avais presque oublié que tu partais dans quelques heures… »

    Sam lui tourna le dos pendant quelques instants, et Cassie en profita pour lever les yeux vers le ciel. Pour la première fois depuis des années, depuis la mort de sa mère, plus précisément, elle pria. La jeune femme sursauta en entendant retentir la voix de Sam, qui lui offrait un mince espoir, une infime possibilité. D’une voix tremblante, elle lui répondit franchement. Elle ne pouvait choisir pour lui, c’était sa décision, et elle l’accepterait sans broncher, peu importe ce qui adviendrait.

    « J’en sais rien Sam, la seule chose dont je suis persuadée, c’est que je n’arriverai pas à être heureuse sans toi. J’ai besoin de toi, je ne veux pas me retrouver seule à nouveau ! On peut y arriver, je saurai m’adapter, je peux faire des efforts. Je ne suis plus une gamine, je vais survivre. Et tu seras là pour me protéger. Tant qu’on sera ensemble, personne ne pourra jamais m’atteindre. »

    Chaque mot était prononcé avec un désespoir total. Malgré ses paroles, Cassandra savait qu’il ne changerait pas d’avis. Les possibilités qu’ils commettent une erreur en revenant à New York étaient trop grandes. Sam s’était toujours comporté en véritable mathématicien, en scientifique. Il évaluait les probabilités, le facteur chance, bref, des données complètement inutiles. Il lui suffisait pourtant d’écouter son cœur, pour découvrir ce dont lui, Samuel Winchester, avait réellement envie. La voûte bleutée se teinta rapidement d’un gris inquiétant, et le vent glacial redoubla d’ardeur, poussant la demoiselle à resserrer, une fois de plus, la veste du jeune homme. Le jeune homme se retourna finalement vers elle, pour lui faire part de sa décision finale. Si son cœur avait recommencé à battre quelque seconde plus tôt, cette dernière lueur d’espoir s’éteignit bien vite.

    « Sam, non… »

    Il ne lui laissa pas le temps d’ajouter quoique ce soit d’autre. Il l’enlaça, la serra contre son cœur, et s’envola, Cassandra blottie au creux de ses bras. Le paysage était tout aussi splendide, mais la jeune femme ne s’en réjouit pas. Sa gorge était trop serrée pour qu’elle puisse dire quoique ce soit, son cœur souffrait trop pour qu’elle tente de réconforter Sam quant à leur avenir. Ils se posèrent bien vite sur la terrasse de l’Institut, et il embrassa rapidement sur le front. En croisant son regard, elle sut que le moment des adieux était venu. Lorsqu’il lui exposa la raison de son départ précipité, elle acquiesça silencieusement. Elle chercha les paroles qu’elle voulait lui dire avant qu’il parte, mais son esprit était vide, et elle se contenta des formules d’au revoir habituelles.

    « Adieu, Sam. Je ne t’oublierai jamais. »

    Cassandra baissa la tête, incapable de regarder Sam la quitter. Elle demeura sur la terrasse, qui semblait encore imprégnée de la présence du jeune homme. Les larmes inondèrent bien vite ses joues, et elle laissa libre cours à sa fureur. Ses mains s’enflammèrent, une flamme dansait au fond de ses yeux bleus océan. Quelques minutes s’écoulèrent, et la demoiselle éteignit ses mains. Elle écarquilla les yeux, en voyant Sam revenir à la vitesse grand V, croyant avoir à faire à une illusion. Elle comprit toutefois qu’elle avait à faire à un être de chair et de sang lorsqu’il l’attira à elle pour l’embrasser passionnément. Lorsqu’il se recula légèrement pour lui adresser la parole, Cassie se raccrocha à chacun de ses mots, buvant littéralement ses dires. Un magnifique sourire illumina son visage.

    « Tu n’as pas à attendre un mois pour connaître ma réponse, Sam ! Je veux t’épouser, je veux devenir ta femme. J’attendrai ton retour avec impatience. Pour ce qui est du mariage, on verra le moment venu, mais le plus tôt sera le mieux. Je t’aime ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:38

    « Je ne t’oublierai jamais non plus trésor. »

    Samuel aurait tant aimé pouvoir l’embrasser à nouveau mais il devait se montrer fort pour leur bien à tous les deux. A cet instant, il aurait tant aimé ne pas partir, ne pas être fiancé, ne pas avoir fui il y a deux ans. Le mutant était tout de même conscient que tous les regrets de la terre n’effaceront pas les deux années écoulées. Ça ne changerait pas grand-chose de toute façon. Alors, prenant son courage à deux mains, il la quitta sur la terrasse, laissant son âme et son cœur au passage. Déjà, il sentait le froid mordant de l’hiver pénétrer sa chair. Lui qui était insensible aux changements de températures, sentait pourtant une sensation lui glacer le cœur. C’est sur cette pensée qu’il contourna le bâtiment, disparaissant du champ de vision de Cassie. Sa Cassie, son ange, son trésor. Pouvait-il vraiment la quitter une seconde fois ? Reprendre son existence comme si de rien n’était ? Arriverait-il à faire l’amour à sa femme en songeant que la femme de sa vie se trouvait à New York ? La réponse était irrémédiablement non. Impossible tout simplement.

    Assis derrière son volant, Samuel prit le temps de la réflexion. Autant ne pas commettre deux fois les mêmes erreurs. Devait-il se montrer égoïste comme son cœur lui soufflait ? Ou au contraire, partir au risque de tout perdre et de finir acariâtre ? Soudain, il sortit de la voiture et se mit à courir vers la terrasse. Un fol espoir le guidait et son cœur se remit à battre en la voyant toujours au même endroit. Samuel s’arrêta en face d’elle, plongeant son regard dans le sien. Elle avait pleuré, il le voyait bien. Au fond de son cœur, il se fit la promesse qu’elle ne pleurerait jamais plus à cause de lui, ou alors uniquement des larmes de joie. Quand il eut reprit sa respiration, Sam l’embrassa alors passionnément, faisant ainsi passer tout son amour pour elle puis il lui avoua sa flamme en la demandant en mariage. Sam ne voulait plus perdre de temps, il la voulait à ses côtés pour toujours. Il rajouta néanmoins que le mariage pouvait attendre, il ne voulait pas trop la brusquer non plus ou lui faire peur.

    Lorsque Cassie lui donna sa réponse, le mutant cru qu’il allait sauter en l’air ou s’envoler dans le ciel avec sa future femme. Il était l’homme le plus comblé de la Terre. Elle voulait l’épouser, partager sa vie et en plus, le plus rapidement possible. La soulevant dans ses bras, il la fit tourner en souriant comme un gamin avant de la reposer doucement sur le sol pour l’embrasser tendrement.

    « Je vous aime Cassandra Winchester ! Ne perdons pas plus de temps, il me reste un peu moins de trois heures. Tu veux qu’on se marie le plus rapidement possible ? Alors allons-y ! »

    Samuel pouvant se montrer comme son frère impulsif, attrapa la main de sa petite amie pour lui faire emprunter le même chemin que lui quelques minutes plus tôt. Le couple arriva très vite à sa voiture et en homme galant, il lui ouvrit sa portière avant de prendre place au volant.

    « Je te rassure, on va juste publier les bans, je sais que tu souhaites un mariage de princesse et moi-même, je ne veux pas d’un mariage à la sauvette. Ça sera le plus beau jour de notre vie Cassie ! Je ne t’abandonnerai plus, je te le promets. »

    Avant de démarrer la voiture, il lui prit la main pour y déposer un baise main avant de prendre la route vers l’hôtel de ville de New York. Ils y arrivèrent une demi-heure plus tard. Sans un remord, il usa de son nom pour prendre rendez-vous avec le maire. Il haussa les épaules comme unique excuse vis-à-vis de Cassandra. Il allait falloir s’y habituer, Samuel était devenu un requin de la finance. Durant quarante minutes, ils réglèrent les préparatifs du mariage avant de sortir de la Mairie. Sam attira alors sa future femme dans ses bras et l’embrassa tendrement.

    « Pas de regrets ? Tu es sûre de devenir la femme d’un Winchester ? Demande à ta directrice, il parait que c’est un job à temps plein. Bon je te l’accorde, j’ai moins de problème que mon frère, donc moins de soucis pour toi mais la vie à mes côtés ne sera pas toujours rose. Je ferais en sorte qu’elle le soit le plus souvent possible mais il y aura toujours une certaine pression sur notre couple. »

    Samuel ne cherchait pas à la décourager, juste qu’elle soit consciente des responsabilités qu’entrainait son statut de Madame Winchester. Il ne voulait pas qu’un beau jour, elle se réveille en ayant l’impression d’avoir gâché sa vie. Sam ne désirait pas la faire souffrir ni lui enlever sa liberté. Prenant ses mains dans les siennes, il plongea son regard dans le sien, avant de lui poser une nouvelle fois la question, d’un ton anxieux.

    « Alors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:40

    Cassandra ne réagit pas lorsqu’il le quitta précipitamment. Elle aurait voulu le supplier de rester à ses côtés. Les larmes ruisselaient sur ses joues, qui avaient pris une jolie teinte rosée. L’air était froid, son cœur et son âme étaient froids, morts, pour être plus exacte. La jeune femme était persuadée qu’elle ne trouverait plus jamais le bonheur, Sam étant tout ce qu’elle avait de plus précieux en ce bas monde. Une vie qu’il avait soigneusement construire l’attendait à Londres. Il épouserait une femme adorable, pour qui il n’éprouverait probablement jamais d’amour, mais qu’avait Cassandra Hope pour oublier cette terrible souffrance ? Rien. Elle pouvait, bien sûr, compter sur sa sœur jumelle. Mais Branwen, quoiqu’elle fasse, ne pourrait jamais remplacer l’homme de sa vie, et occuper, la place qu’il avait si facilement acquise dans le cœur de la belle demoiselle. L’avenir s’annonçait triste pour la mutante. Âgée d’à peine 24 ans, elle était confrontée à une dure réalité. Elle devrait mener son existence, en tentant de ne pas songer au paradis auquel elle aurait eu droit si elle n’avait pas dit ces quelques mots. Elle ne supporterait pas de voir des photos de Sam et son épouse en page couverture de tous les journaux de la planète, lorsqu’il officialiserait son union avec Melinda, celle attendait sans doute impatiemment son retour. Chose certaine, elle ne voulait plus d’homme dans sa vie. Elle avait suffisamment souffert jusqu’à présent par leur faute. D’abord son père, qui l’avait abandonné dès son plus jeune âge.

    Et maintenant Sam. Pourtant, elle ne considérait pas son départ comme une trahison. Cassie n’était pas insensible, et elle pouvait comprendre les motivations qui l’avaient poussé à tout plaqué, deux ans plus tôt, pour fuir à Londres. Elle admirait son courage. Elle avait elle-même été incapable de surmonter la douleur pour reprendre une vie normale. Malgré les apparences, il possédait une très grande force de caractère qui avait toujours impressionné la jeune femme. Aujourd’hui, son bon sens le poussait toutefois à commettre une erreur irréparable. C’est du moins, ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Cassandra ferma les yeux, et serra les poings. La jeune femme hoqueta de surprise en voyant une silhouette se dessiner tout près d’elle. Elle secoua vivement la tête, persuadée d’avoir à faire à une illusion. Elle croyait pourtant qu’il avait pris sa décision. Apparemment, il avait changé d’avis. Elle espérait de tout cœur qu’un revirement de situation était la cause de son retour inattendu. Il se planta devant elle, et après avoir repris son souffle, l’attira à lui pour un baiser des plus passionnés qui provoqua une multitude de sensations en elle. Des effusions de tendresse, de douceur et d’amour se diffusèrent dans tout son être. La surprise atteignit le summum lorsqu’il la demanda en mariage. Elle accepta sans même réfléchir. Bien qu’il soit présentement fiancé à une autre femme, pour l’instant, elle s’en fichait complètement.

    « Cassandra Winchester, wouah, ça sonne drôlement bien, tu ne trouves pas ?! Tu dois vraiment prendre cet avion ce soir ? D’accord, alors on n’a pas une minute à perdre ! Je t’aime Sam, je t’aime ! Tu m’as tellement manqué ! J’avais presque oublié à quel point tu embrassais bien ! »

    Cassie avait retrouvé ce sourire qui avait toujours fait craquer Sam. Elle était absolument rayonnante. Quelques petits mots avaient suffi à lui rendre sa joie de vivre, et cette étincelle de malice dans son beau regard couleur de l’océan. Le jeune homme, après l’avoir soulevé façon jeune mariée pour la faire tourner, provoquant ainsi, les éclats de rires de sa douce, il la reposa au sol, glissant sa main dans la sienne, pour la guider jusqu’à sa voiture. Cassandra le suivait sans poser de question. Une transformation s’opérait en elle. L’amour que lui portait Sam atténuait à chaque seconde ce sentiment amer qui l’avait poursuivi pendant plus de deux ans : la solitude. Pour l’instant, toutes ses pensées étaient concentrées sur son futur mariage avec l’homme de sa vie. Il lui avait, à maintes reprises, rappelé qu’il était l’héritier d’une multinationale et qu’inévitablement, un jour ou l’autre, devrait reprendre le flambeau et accepter le poste de Président du Groupe W. Cassie était prête à affronter le monde sans pitié que Sam lui décrivait. Évidemment, elle n’avait aucune idée précise de ce qui l’attendait. Elle risquait, d’être surprise, et ce, très prochainement… Le couple arriva finalement devant la voiture du mutant, et il ouvrit galamment la portière à sa fiancée.

    « Je te fais confiance, Sam ! Tu sais, le mariage de princesse n’est pas absolument obligatoire. L’important, c’est que je devienne ta femme. Le reste, pour être honnête, je m’en fiche un peu ! Tu crois qu’on réussira à se marier sans avoir toute la presse à scandale sur le dos ?! »

    Sam, avant de s’engager dans l’allée, déposa un doux baiser sur la main de Cassandra, et cette dernière rougit de plaisir. Comme c’était bon de retrouver l’homme dont elle était éprise depuis des années ! Elle qui avait cru devoir une bonne fois pour toute, faire une croix sur le bonheur, se gourait totalement. Son futur mari se dirigeait vers le centre ville de New York, et Cassie en profita pour observer attentivement le trajet. Elle vivait dans la grosse pomme depuis peu, et pour être honnête, elle avait encore beaucoup de mal à s’y retrouver (XD). Lorsqu’ils se présentèrent devant l’assistante du Maire, et usa de son nom pour obtenir un rendez-vous. Si la jeune femme était surprise de le voir agir ainsi, elle ne le montra pas. Elle avait changé, Sam aussi. Pourtant, elle n’avait pas l’intention de le laisser se transformer en magnat des affaires. Elle était prête à veiller sur lui. Elle espérait de tout cœur que leur amour les préserverait tous deux des gens ignobles de ce milieu. Elle commença immédiatement en passant ses bras autour du cou de Samuel pour ensuite l’embrasser longuement sur les lèvres. Quarante minutes plus tard, ils ressortaient du bureau du Maire, après avoir réglé les préparatifs sommaires du mariage.

    « T’inquiète, Sam ! La seule chose qu’on risque, c’est que Bran décide de te manger pour se venger de toi ! Oui, elle te déteste toujours autant, mais je suis sûre que ça peut s’arranger. Je suis prête à affronter ton univers. On sera ensemble, c’est tout ce qui compte. On va s’en sortir, je le sais. Si tu veux tout savoir, je connais la femme de ton frère depuis un certain temps, et je ne l’ai jamais vu aussi heureuse. Être ton épouse à peut-être quelques désavantages, mais tu trouveras bien une façon de rattraper le coup, pas vrai ? »

    Cassandra se montrait peut-être un tantinet plus confiante qu’elle ne l’était réellement, mais hors de question de briser ce moment magique. Elle appréhendait certains aspects de sa nouvelle vie, mais elle savait qu’elle pourrait toujours compter sur Sam pour l’épauler et la soutenir. Sans oublier Branwen, sa jumelle. Évidemment, Cassie aurait droit à une colère monstre de la part de cette dernière lorsqu’elle apprendrait qu’elle s’était fiancée avec son ennemi juré, mais elle connaissait suffisamment bien Bran, et celle-ci ne s’opposerait jamais au bonheur de sa petite sœur. Lorsque Sam réitéra sa question, la jeune femme soupira, amusée, et se blottit contre son torse.

    « Alors ? Je me demandais si le Maire avait encore une petite heure à nous consacrer… Sam, je n’ai pas la patience d’attendre que tu reviennes. Et si on se mariait tout de suite ?! Je sais que c’est un peu précipité, que tu es toujours fiancé à Melinda… mais je t’aime. Je t’aime et je me fiche de ce que les autres penseront. Pour une fois dans ma vie, j’ai envie d’être égoïste. Je chéris ce rêve depuis la première fois qu’on s’est embrassé. Je ne tiendrai pas un mois de plus ! »

    Cassandra se leva sur la pointe des pieds pour embrasser Sam sur les lèvres, avant de caresser tendrement sa joue. Puis, elle grimaça légèrement en songeant à sa fiancée qui l’attendait à Londres, et qu’elle avait mentionnée, à peine quelques secondes plus tôt.

    « Enfin, c’est à toi de voir. Je ne veux pas te compromettre encore plus au près de Melinda. Je te laisse le choix final, et je t’attendrai des siècles s’il le faut. Pour toi, je veux bien faire preuve de patience, même si j’avoue avoir très envie de t’épouser, là, tout de suite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Winchester
~ You're my everything ! ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Dispo RP : Occupé
Age du perso : 26 ans
Profession : PDG Groupe W
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:40

    "Je connais deux trois trucs infaillibles pour te convaincre que tu vas épouser la bonne personne mais c'est trop indécent pour être dit dans le hall d'une mairie ma puce. Quant à ta sœur, je crains le pire. Je te laisserais préparer le terrain ok? Pas trop envie de mourir aussi jeune."

    Samuel embrassa l'adorable jeune femme qu'il tenait entre ses bras. Son ange semblait irradier de bonheur et se savoir à l'origine de cet état d'allégresse le remplissait de fierté et de contentement. Il voulait que son euphorie dure pour l'éternité et que quand il serait temps de partir après une vie très bien remplie, ils partent avec le sourire. Dans son songe, il se voyait entourer d'une grande famille avec enfants, petits enfants et arrière petits enfants. Seule cette femme pouvait lui faire entrevoir ce bonheur, il n'y avait qu'elle et son cœur en possédait la certitude. En parlant de certitude, il reposa sa question à Cassandra, comme s’il n’était pas encore certain qu'elle veuille de lui pour l'éternité. Dans la famille Winchester, on ne divorçait jamais alors autant se montrer sûr de son coup dès le départ. Serrant sa petite amie dans ses bras, il l'écouta attentivement avant de se crisper. Elle avait bien dit maintenant? La repoussant gentiment à bout de bras, il la regarda comme si elle était folle. Depuis quand Cassie se montrait aussi imprévisible? Et bien, il n'était pas le seul à avoir changé en deux ans. Ce petit côté foufou lui plaisait beaucoup en même temps. Cassandra se mit alors sur la pointe des pieds pour l'embrasser avant de lui caresser la joue. Il avait toujours aimé ses attentions. Un vrai chaton !

    Toutefois, elle marqua un temps d'arrêt en lui rappelant qu'il était pour le moment toujours fiancé et qu'elle ne voulait, par conséquent, le compromettre encore plus auprès de sa fiancée actuelle.

    "Oublis là, tu sais si j'avais fait le choix de retourner à Londres pour me marier avec elle, il y avait de forte chance qu'un jour qu'elle m'apprenne qu'elle est enceinte d'un autre. Melinda n'est pas du genre très fidèle si tu vois le genre. Les aléas des mariages arrangés. N'y pense plus, tu es celle que j'aime et qui va porter dans une heure mon nom."

    Malicieusement, il l'embrassa dans le cou, s'amusant à la chatouiller avec son souffle. S'ils n'étaient pas dans un lieu public, ça ferait longtemps qu'il aurait fêté leur retrouvaille d'une manière plus charnelle qu'autre chose. En attendant, ils devaient réaliser quelque chose qui leur tenait à coeur : leur mariage. Le couple remonta alors au deuxième étage pour retourner voir le maire. Après quelques négociations et un gros chèque pour les rénovations du bâtiment fédéral, le couple était enfin uni par les liens du mariage. Sam ne se fit pas prier pour embrasser sa toute nouvelle femme.

    "Bienvenue dans la famille Cassandra Winchester. Tu viens de faire de moi le plus heureux des hommes en acceptant de devenir ma femme. Chérie, est-ce que tu accepterais de venir avec moi pendant un mois en Angleterre, je ne veux pas être séparé de toi une seconde de plus."

    Ils venaient de sortir du bureau du Maire quand Samuel venait de parler à sa femme. Le couple descendait tranquillement les escaliers et en serrant la main de la toute nouvelle Winchester, le mutant se promit de lui acheter très vite une bague de fiançailles et une alliance. C'est alors que Sam découvrit la horde de photographes et de journalistes qui les attendaient sur les marches de la mairie. Bon sang, l'info avait filtré !

    "Cassie, laisse-moi faire. Ces charognes sont du genre coriace alors autant ne pas leur donner quelque chose à manger."

    Il l'embrassa une dernière fois avant de fendre les photographes d'une marche rapide, tout en serrant sa femme contre lui pour la protéger. Les questions fusèrent alors de toute part, allant de la plus politiquement correct à la plus vulgaire.

    "Monsieur Winchester, est-ce vrai que vous venez de vous marier à cet instant précis?"
    "Monsieur Winchester, on vous disait fiancer à la fille d'un homme d'affaires anglais, qui est donc votre nouvelle femme? "
    "Monsieur Winchester, allez-vous revenir aux Etats-Unis, allez vous reprendre la direction du Groupe W au détriment de votre frère?"
    "Monsieur Winchester, est-ce vrai que des tensions existent toujours au sein de votre famille? Une rumeur annonce que vous lancez une OPA sur le groupe W?"


    Samuel serra les dents, un peu plus fort tout en continuant de fendre la foule causée par la masse de journalistes. Une fois dehors, il se retourna vers eux, pour faire un commentaire. Dès lors, Samuel laissa la place à l'homme d'affaires, devenant froid et intransigeant. Son regard aurait refroidit le plus courageux des hommes.

    "Je donnerais une conférence de presse quand je le jugerais nécessaire."

    Resserrant son emprise sur la main de Cassandra, il la conduisit rapidement à la voiture où il la fit rentrer avant de prendre place derrière le volant et de démarrer rapidement. Ce n'est qu'une fois loin de la mairie qu'il soupira de soulagement. Le mutant aurait tout donné pour que Cassandra ait le temps de s'y préparer avant de la présenter aux médias.

    "Désolé, je n'avais pas prévu que quelqu'un les mettrait au courant. Ça va ma puce?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Winchester
~ I smile again just for you ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 24 ans
Profession : Assistante juridique
Mutant(e) : Oui
Habitation : Brooklyn
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   Dim 24 Fév - 18:49

    « Tu sais que même les conneries que tu peux raconter m’ont manquées ? Dommage que tu partes dans moins de trois heures, j’aurais bien aimé tester la marchandise et tes fameux trucs infaillibles avant de me marier ! Pour ce qui est de ma sœur, je m’occupe de tout ça. Je ne dis pas qu’elle va t’adorer, ni même t’apprécier, mais elle ne tentera pas de te tuer, ça je te le promets. Je t’aime trop pour laisser quiconque de faire du mal. »

    Cassandra lui sourit tendrement. Elle ne mentait pas en affirmant être prête à affronter sa jumelle pour préserver leur amour. Branwen n’apprécierait pas de savoir sa sœur mariée, ou même fiancée au jeune homme. Après tout, depuis deux ans, elle voyait Cassie dépérir, et ce, parce que l’homme à qui elle avait confié son cœur, avait pris la fuite sans explication. Si auparavant, l’aînée de la famille ressentait déjà une certaine hargne mêlée à une jalousie fortement marquée, elle lui vouait aujourd’hui, une haine sans borne. Il demeurerait toujours le type qui avait osé faire du mal à sa petite sœur, du moins, dans la tête de Bran. La jeune femme espérait qu’elle pardonnerait à Sam comme elle l’avait fait. Cassandra ne l’avait pas avouée à son futur mari, mais elle avait peur de perdre l’unique personne qui avait toujours veillé sur elle comme une mère. Elle désirait préserver le lien si puissant qui l’unissait à sa jumelle, tout en construisant sa vie auprès de son époux. Peut-être que son nouveau statut de femme mariée lui apporterait une certaine sagesse, qui sait. Depuis la soudaine demande en mariage de Samuel, la mutante avait longuement réfléchi, jusqu’à ce qu’une certitude s’ancre bien profondément en elle. Elle ne laisserait personne, absolument personne, s’opposer à leur bonheur. Cassie confirma cette pensée à voix haute en affirmant une bonne fois pour toute qu’elle avait bel et bien l’intention de devenir officiellement madame Samuel Winchester.

    En croisant son regard, elle comprit qu’elle ne survivrait pas à une seconde séparation. Elle ressentait le besoin vital de se blottir dans ses bras, d’embrasser ses lèvres si douces, de respirer son délicieux parfum. Lorsqu’elle songeait à lui, un sourire illuminait inévitablement son beau visage angélique. Si au cours des deux dernières années, le brin de folie qui la caractérisait si bien auparavant avait disparu, il retrouvait, à cet instant, toute sa force. En souriant malicieusement, elle lui proposa de célébrer leur mariage immédiatement. Gamine, elle avait longtemps rêvé à un mariage de princesse. Elle avait assisté à l’union de Jason et Branwen, et elle n’avait pu retenir un soupçon de jalousie en l’apercevant dans sa magnifique robe immaculée. Cassandra, lorsque Sam l’attirait à lui pour la serrer dans ses bras, songeait tout simplement au bonheur de devenir son épouse. La robe, les bagues, les fleurs n’avaient aucune réelle importance à ses yeux. Ce jour demeurait le plus beau de sa vie parce qu’il représentait le début d’une vie nouvelle. Il entamerait ensemble, la route qui menait au bonheur. Samuel n’avait pas tort en affirmant que leur existence ne serait peut-être pas toujours rose. Cassie en était consciente, mais elle avait foi en eux, en leur capacité à traverser tous les obstacles qui se dresseraient sur leur chemin.

    « Je vois que tu ne regrettes absolument ton choix d’être revenue vers moi. Attends, j’ai bien entendu ? Tu es sérieux ? Tu viens vraiment d’accepter ma proposition ? Wouah, dans une heure je vais être mariée ! Dire que ce matin j’étais persuadée de finir ma vie avec pour seuls compagnons, des dizaines de chats ! Bon allez, qu’est-ce qu’on attend ?! »

    Cassie rigola de sa bêtise, pendant que Sam s’acharnait à embrasser son cou, provoquant une multitude de frissons et quelques éclats de rires de la jeune femme. Elle le repoussa gentiment, pour lui faire comprendre qu’il devait encore se comporter en gentleman pour une petite heure. Tout couple à droit à une Lune de Miel, non ? Si Cassandra se mariait de façon très peu conventionnelle, elle n’avait pas l’intention d’oublier la nuit de noces, une tradition qu’elle refusait catégoriquement de briser. Main dans la main, souriant comme des gamins et se lançant à maintes reprises des regards qui en disaient longs, ils remontèrent au deuxième étage, pour s’entretenir avec le maire, pour la seconde fois aujourd’hui. La demoiselle n’appréciait pas particulièrement sa façon de gérer la ville, mais puisque c’est lui qui devait les marier, elle fit un effort pour se montrer polie et adorable. La mutante ne put retenir une grimace discrète en voyant Sam signer un chèque pour obtenir une petite heure dans l’emploi du temps déjà très chargé du grand manitou de New York. Il ne s’agissait pas exactement de pot-de-vin, et elle se doutait que ce genre de pratique était fréquent dans le monde de la politique. Elle se promit toutefois d’avoir une petite discussion avec le jeune homme, du moins, dès qu’ils dénicheraient deux petites minutes pour avoir une conversation sérieuse. Il deviendrait, sous peu, le Président du Groupe W, et Cassie désirait qu’il gère l’entreprise comme tous les hommes de sa famille avant lui, avec honnêteté et intégrité. Cette multinationale et ses dirigeants avaient conquis le cœur de toute la population du continent américain en promouvant l’importance d’une société bâtie sur l’équité. Elle était l’une des rares entreprises internationales qui prenaient bien soin de n’exploiter personne. La jeune femme rangea cependant tout ce qui concernait le groupe dans un coin de son esprit, pour se concentrer sur le moment présent. Lorsque Sam l’embrassa passionnément pour sceller leur mariage, Cassandra ne manqua pas de prolonger ce baiser en enroulant ses bras autour de son cou.

    « Et moi je suis la femme la plus comblée ! Je serais ravie de t’accompagner en Angleterre, enfin, si tu me promets que ton ex-fiancée ne tentera pas de m’assassiner ! On pourra profiter de ce voyage pour, hum, célébrer notre lune de miel ?! Je te connais suffisamment pour savoir que tu y tiens ! »

    Le couple nouvellement marié descendait les escaliers en discutant, lorsque Cassandra fut aveuglée par le premier d’une longue série de flash. Des photographes et des journalistes, mais qu’est-ce qu’ils faisaient tous là, plantés devant eux à prendre un millier de cliché d’eux ?! L’information était déjà arrivée jusqu’au média ! Cassie ne réagissait pas, disons qu’elle ne s’y attendait pas du tout. Branwen allait la tuer en apprenant aux infos du soir que la mystérieuse nouvelle madame Winchester n’était nulle autre que sa petite sœur. Avec un peu de chance, Jason réussirait à la calmer, et la demoiselle pourrait espérer vivre pendant encore quelques jours.

    « Dis, je peux les cramer ? Oui, je sais que ça serait très mal vu, mais c’est tellement tentant ! »

    Une moue digne d’une gamine de huit ans se dessina sur le visage de Cassie, qui vit tout de même sa demande refusée par son tout nouveau mari. Sam déposa un doux baiser sur les lèvres, l’enlaça, avant d’entamer la traversée des photographes. Les journalistes posaient mille et une questions, plus embarrassantes les unes que les autres. Cassandra demeura muette comme une carpe, mais elle s’amusa à imaginer des réponses plus loufoques les unes que les autres à ces interrogations.

    ** Mariés ? Mais non, du tout, on venait simplement rendre une petite visite de courtoisie à notre ami monsieur le Maire. Cassandra Hope, mutante et assistante dans un bureau d’avocats. Ma famille aussi est célèbre, vous connaissez tous ma sœur, accusée de meurtres l’année dernière. Non, Sam ne compte pas s’installer aux Etats-Unis. On a prévu de s’enfuir sur une île paumée dans l’Océan Indien pour éviter de croiser un paparazzi. Questions stupides, réponses stupides. C’est fou ce que ces types ont du temps à perdre ! **

    Cassandra était légèrement déstabilisée. On ne lui avait jamais accordé une attention pareille, pas même au début de sa relation avec Sam. Elle était toutefois prête à assumer les conséquences de ce mariage. La jeune femme s’attrista en voyant le visage de son époux devenir dur et froid. Elle aurait adoré massacrer ces crétins de journalistes, uniquement parce qu’ils transformaient peu à peu le doux et gentil Samuel en magnat d’affaires. Le couple réussit finalement à semer tous les journalistes. Ils s’installèrent dans la voiture du jeune homme, et ce dernier démarra pour ne s’arrêter qu’à bonne distance de la mairie.

    « Je vais bien, et tu n’as pas à être désolée, fallait s’y attendre. Ce n’est certainement pas tous ces idiots qui vont gâcher cette magnifique journée ! On se rend à mon appartement, pour que je prenne quelques affaires avant de décoller en direction de Londres ? Je dois aussi passer un coup de fil à Bran, et toi à ta famille ! Fuyons au plus vite, je sens qu’on va avoir droit à un sermon ! », dit-elle en rigolant, se penchant ensuite pour embrasser Sam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [R]encontre boulversante [1]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[R]encontre boulversante [1]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Chronicles™ :: • BROOKLYN • :: Le Refuge :: Le premier étage-
Sauter vers: