AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #

Aller en bas 
AuteurMessage
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Sam 23 Fév - 21:11

    « Chéri, on doit absolument célébrer mon anniversaire ? Tu sais, c’est pas la peine, je vieillis seulement d’une année, rien d’extraordinaire ! Au fait, comment as-tu su que c’était aujourd’hui ? Je suis sûre que je n’ai jamais mentionné la date. Promets-moi que tu n’as rien planifié de trop extravagant. Dean, allez, dis-moi ce que tu as prévu ! »

    Penelope lui adressa une moue enfantine, pour tenter de le faire renoncer à ses plans pour la soirée. Évidemment, il refusait de lui faire part de ce qu’il avait préparé pour célébrer les vingt-sept ans de sa femme adorée. La demoiselle était touchée par cette tendre marque d’affection, mais elle refusait catégoriquement de souligner cette date depuis une dizaine d’année. Depuis la mort de sa sœur aînée, pour dire vrai. Son anniversaire lui rappelait inévitablement les tristes évènements qui avaient marqués son enfance, et son existence toute entière. Ces blessures n’avaient jamais véritablement cicatrisé, du moins, c’était vrai avant qu’il entre dans sa vie. Les deux jeunes gens avaient surmonté des épreuves qui auraient détruit bien des couples, mais pas eux. Ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre étaient si forts, que rien ne semblait pouvoir détruire leur amour. Quelques minutes plus tôt, Penny avait enfin pris conscience de la profondeur des sentiments que Dean lui vouaient. Les doutes et la peur qui l’assaillaient depuis des mois s’étaient évanouis en seulement quelques secondes, chassées par le regard bleu océan de l’homme de sa vie. Elle avait enfin réussi à tourner la page sur son infidélité, et elle avait l’impression d’être libérée d’un poids énorme. Blottie dans les bras de son époux, ce dernier la raccompagna à sa voiture, et déposa un baiser sur ses lèvres. La jeune femme, qui était en proie à une euphorie qu’elle n’avait pas éprouvée depuis longtemps, enroula ses bras autour de son cou, et prolongea le baiser pendant encore quelques minutes.

    « Si tu as prévu une soirée tranquille en tête à tête, je veux bien t’accompagner. Tant que je peux t’embrasser à volonté, ça me va ! Tu m’as manqué, Dean Winchester, et je compte bien profiter de toi et du temps qu’on passera ensemble ! »

    Penelope rigola de sa bêtise, avant d’effleurer les lèvres de son mari avec tendresse. Ce dernier ouvrit galamment la portière et sa douce se glissa dans sa voiture. Le cœur léger, elle démarra en direction du Manoir Winchester. Dean ne tarderait pas à y être, lui aussi. La jeune femme chantonna pendant tout le trajet jusqu’à la maison, chose rare chez elle, puisque Penny se montrait toujours très timide lorsqu’il était question de sa magnifique voix. Elle chantait parfois à la demande son mari, et pour ses filles, en les berçant le soir. Elle prit toutefois bien soin de ne pas quitter la route des yeux. Son époux était toujours très inquiet lorsqu’elle prenait le volant. Apparemment, il n’avait pas foi en ses talents de conductrice. C’est sans doute pourquoi il tenait absolument à conduire lui-même lorsque le couple se baladait ensemble. Pour l’instant, la belle mutante s’en fichait éperdument. Elle avait Dean pour elle toute seule jusqu’au retour des filles, le lendemain matin. Penny se doutait bien que ses adorables princesses n’étaient pas inclues dans les célébrations, probablement parce que leur père avait une toute autre idée derrière la tête. Un sourire niais illumina son visage à cet instant, et elle coupa le moteur, avant de courir jusqu’au porche du manoir victorien. Après avoir déverrouillé la porte, elle se glissa rapidement dans la grande maison, accueillant avec bonheur la chaleur ambiante de sa demeure. Elle retira ses vêtements hivernaux. Dean ne tarda pas à faire son entrée, quelques minutes plus tard. Incapable de se contenir, Penny lui sauta pratiquement au cou, plongeant sa petite tête au creux de ce dernier, respirant sa délicieuse odeur en le chatouillant tendrement du bout du nez.

    « J’adore ton parfum ! Désolée si je me comporte en chaton depuis tout à l’heure, je sais pas ce qui me prend. En même temps, tu ne peux pas m’en vouloir, qui résisterait à un mari aussi adorable et sexy qui fait une surprise à sa femme pour son anniversaire ? En passant, mon cœur, les courses t’attendent dans le coffre de ma voiture ! Je sais qu’on meurt de froid dehors, alors fais vite, je vais me faire un plaisir de te réchauffer. »

    Penelope lui sourit tendrement, embrassa ses lèvres si douces et sensuelles, avant de s’arracher à son étreinte, pour le laisser retourner dans le froid. Elle lui jeta un dernier regard par-dessus son épaule avant de se diriger dans la cuisine, attendant patiemment son retour pour l’aider à tout ranger. La jeune femme était absolument radieuse. Elle était pourtant vêtue comme à tous les jours, mais cette étincelle de malice et de folie avait retrouvé sa place dans ses yeux marron. Elle souriait sans cesse depuis qu’ils avaient tous les deux quitté le café. Ce changement était pourtant uniquement dû à la présence de son mari, et au fait qu’elle était enfin convaincue de pouvoir lui accorder sa confiance, sans risquer qu’il la trahisse une nouvelle fois. Dean débarqua bien vite dans la cuisine, et la jeune femme s’approcha de lui pour caresser sa joue, avant de capturer ses lèvres dans un nouveau baiser. C’est fou, depuis une heure, elle ne pouvait s’empêcher de se glisser dans ses bras, d’humer son parfum.

    « J’ai trouvé comment te motiver ! À chaque fois que tu rentres un sac, tu as droit à un long baiser ! Finalement, je crois que je vais bien aimer fêter mon anniversaire. Passer une journée avec toi, c’est le plus beau cadeau que j’ai reçu. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
~ Your love keep me strong ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Age : 35
Dispo RP : Pris
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent du FBI
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Sam 23 Fév - 21:13

    "Chérie, ta date de naissance est inscrite sur l'acte de naissance de Matthew et puis tu as épousé un agent du FBI, il va falloir t'y faire mon cœur. Je ne dirais rien même sous la torture mais tortures moi quand tu veux, tu sais que j'adore ça."

    Dean s'approcha de sa femme et l'embrassa sensuellement dans le cou tout en glissant ses mains chaudes sous son chemisier. Depuis qu'elle l'avait pardonné, il se sentait d'une humeur plus que coquine et elle avait de la chance de se trouver dans un lieu public sinon ses mains auraient fait autre chose que lui caresser le dos. Aujourd'hui était le premier anniversaire de Pénélope qu'ils fêteraient ensemble. Alors, depuis des semaines, il planifiait ce moment jusqu'a oublier de décommander son conseil d'administration de 19H. Tant pis, John Sullivan, son bras droit, prendrait le relais mais à coups sûr que Dean se retrouverait dans le bureau de son père à entendre pour la unième fois, une leçon de morale et de responsabilité. Sa femme était plus importante que tout et quoique dise ou fasse son père n'y changerait quelque chose.

    Glissant ses lèvres sur la peau douce d'une joue, Dean termina sa course sur les lèvres sucrées de sa femme. Pénélope apprécia semble-t-il cette délicieuse attention puisqu'elle enroula ses bras autour de son cou pour approfondir d'elle-même leur baiser. Glissant une main jusqu'a l'attache de son soutient gorge, Dean résista à le lui défaire mais l'envie se faisait clairement sentir, et Pénélope ne pouvait qu'en être consciente puisqu'elle se trouvait serrée contre lui. De son autre main libre, il lui caressa doucement la nuque, d'un geste emprunt de tendresse et de sensualité.

    "Humm tout ce que tu voudras tant que tu continues de m'embrasser comme ça. Tu m'as manqué Penny, je suis content de te retrouver mon ange mais rentrons sinon je crains de te faire l'amour en public sur le capot de ta voiture."

    Pénélope rigola de sa propre bêtise avant d'effleurer ses lèvres qui lui arracha un faible grognement. Il aurait tant aimé plus mais il devait apprendre à patienter. A charge de revanche. Dean l'aida à monter dans sa voiture avant de se diriger vers la sienne qui se trouvait dans le parking au bout de la rue. Il l'observa s'engager dans la circulation avec un sourire niais. Au bout d'un quart d'heure, il arriva à son tour au manoir. Durant tout le trajet, il n'avait fait que taper sur son volant en suivant le rythme de sa vieille cassette de rock. Dean était on ne peut plus heureux. Le fait que Pénélope lui pardonne avait soulagé ses épaules d'un énorme fardeau. Désormais, ils allaient pouvoir vivre comme un couple à part entière.

    A peine venait-il de pénétrer dans le hall du manoir que Pénélope lui sautait dans les bras. Aussitôt, il renferma son étreinte sur elle, pour plonger sa tête dans ses cheveux. Dean était si heureux de la revoir heureuse comme au premier jour de leur retrouvaille sur cette plage Californienne.

    "Humm que dirais-tu d'un bon bain moussant, rien que toi et moi ! Les enfants sont chez mes parents pour tout le week end alors autant en profiter non? File mon cœur sinon j'arriverais pas à te lâcher pour aller dans le froid."

    Pénélope l'embrassa une dernière fois avant de se diriger vers la cuisine. Quant à lui, il retourna dehors pour aller chercher les courses. Quatre sacs, il y avait de la nourriture pour au moins tout un régiment. Dean s'amusa à fouiller dans les sacs et il ne put s'empêcher de se frotter les mains en découvrant quelque chose qu'il adorait : de la lingerie. Autant vous dire qu'il rentra en quatrième vitesse dans le manoir avec deux sacs de provision pour retrouver sa femme dans la cuisine. Une nouvelle fois, elle l'attaqua par la prise du ninja-bisous et il rendit les armes. Du bout des lèvres, il maintenu le contact tout en reculant vers la table pour déposer les sacs puis aussitôt, il la captura dans ses bras pour la soulever et la déposer sur le comptoir. Se glissant entre les jambes de sa femme, Dean l'embrassa fougueusement avant de se séparer d'elle de quelques centimètres.

    "Voyez-vous madame Winchester, j'ai d'autres envie que de rentrer des courses surtout quand dans un sac de provision, une nuisette attend impatiemment que sa maitresse la porte."

    L'embrassant dans le cou, il glissa ses mains sur ses cuisses pour les lui caresser sous sa jupe, puis il l'embrassa sensuellement remontant ses mains vers ses fesses, soulevant sa jupe au passage.

    "Je dois vraiment te laisser pour aller chercher les deux derniers sacs mon cœur?" lui demanda-t-il taquin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Dim 24 Fév - 6:22

    « Je ne crois pas que tu apprécies la torture que je te réserve ! Même sous la privation de bisous et de câlins, tu ne dirais rien ?! Quoique non, moi je ne tiendrais pas. Tant pis, je vais devoir attendre. Dean, non, je connais ce regard… N’y pense même pas ! »

    Les avertissements qu’elle lui avait adressés sans grande conviction n’eurent absolument aucun effet sur son mari. Une lueur de malice brillant dans ses magnifiques yeux bleus, il resserra leur étreinte, avant de plonger sa tête au creux du cou de sa femme, pour l’embrasser sensuellement. Comment repousser de telles avances, alors que pour la première fois depuis longtemps, elle avait enfin admis l’évidence même, elle était aimée et chérie par cet homme, qui voyait en elle, la source de son bonheur. Lorsqu’il glissa une main sous son chemisier pour caresser son dos, un frisson lui parcourut l’échine, et elle s’abandonna tout simplement à cette douce étreinte, oubliant momentanément qu’ils se trouvaient tous les deux dans un lieu public. Elle se sentait si bien lorsqu’il l’invitait ainsi à se blottir contre son torse. La jeune femme portait, depuis des années, un lourd fardeau, et elle avait toujours refusé de se reposer sur quiconque. Penelope avait eu du mal à lui accorder sa confiance, alors qu’elle comprenait aujourd’hui que se méfier de lui était probablement la pire erreur qu’elle avait pu commettre au cours de ses vingt-sept années d’existence. Elle était même prête à faire exception à la règle, en célébrant, à ses côtés, son anniversaire, chose qu’elle n’avait pas fait depuis bien longtemps. Pourquoi pas, après tout ? Dean ne désirait pas lui rappeler de vieux souvenirs douloureux, il souhaitait simplement lui offrir une soirée romantique, pour rattraper le temps perdu et lui montrer à quel point il était heureux de la savoir près de lui.

    Les lèvres du jeune homme effleurèrent sa joue, avant de lui arracher un tendre baiser, qu’elle prolongea volontiers en enroulant ses bras autour de son cou. Elle se moquait bien de tous ceux qui les entouraient et les regardaient probablement de façon curieuse. Penny avait l’impression qu’ils étaient seuls au monde, comme si personne sur cette Terre ne pourrait jamais briser cet instant magique. Elle ne pourrait jamais se séparer de lui, de ses étreintes et de son éternelle douceur et tendresse qu’il n’employait qu’avec elle. Si un jour, pas le plus grand des malheurs, on l’arrachait à lui, elle se savait incapable de continuer à vivre. Le perdre, c’était la condamner à une mort lente et douloureuse. La main de son mari poursuivit sa course jusqu'à l’agrafe de son soutien-gorge, et un sourire naquit sur ses lèvres en comprenant qu’il avait tout le mal du monde à résister à l’envie de le détacher. La jeune femme posa sa main sur la joue de son époux, qu’elle caressa avec amour, avant de secouer la tête avec amusement en entendant ses dires.

    « Après la plage, le capot de ma voiture ? Quel exemple on donne à nos enfants ! Je me déclare coupable de t’aimer à la folie et d’être incapable de te résister. Comme sentence, je propose un weekend en tête à tête, seuls, loin de tous ceux qui pourraient être contaminés par nos idées plutôt spéciales. »

    Après avoir déposé un nouveau baiser sur ses lèvres, la demoiselle s’installa au volant avec de prendre la direction du Manoir Winchester. Quinze minutes plus tard, la jeune femme se garait dans l’allée, et faisait son entrée dans le hall. Dean la rejoignit quelques secondes après son arrivée, et sa femme lui réserva un accueil qu’il apprécia sans doute énormément. Penelope se jeta donc dans ses bras, et sourit lorsque son mari plongea sa tête dans ses cheveux, tandis qu’elle-même humait son délicieux parfum. Peu à peu, elle réussit à trouver le courage de se séparer de lui pour lui adresser la parole, avant de succomber une nouvelle fois à la tentation de l’embrasser.

    « J’adore ton idée ! Je te réserve aussi une surprise que tu devrais grandement apprécier, j’en suis sûre ! Par contre, il faudra patienter jusqu’à ce soir… »

    Penny avait bien pris soin de lui murmurer ces quelques mots à l’oreille pour le faire frissonner. La jeune femme le laissa ensuite retourner dehors pour sortir les paquets de la voiture, et se dirigea dans la cuisine. Sa soirée d’anniversaire s’annonçait très bien, et Penelope comptait bien profiter de ces instants en tête à tête avec l’homme de sa vie. En entendant des pas dans le couloir, elle se dirigea vers lui, non pas pour l’aider à se débarrasser de ses nombreux paquets, mais bien pour l’embrasser, comme elle ne cessait de le faire depuis une demi-heure. Lorsque son mari eut déposé les deux sacs sur la table, il la souleva pour l’installer sur le comptoir de la cuisine, avant de se rapprocher d’elle pour lui arracher un fougueux baiser, auquel elle ne chercha pas une seule seconde à se soustraire. Elle haussa cependant les sourcils en rigolant, lorsqu’il s’adressa à elle.

    « Dean Winchester, tu as osé fouiller dans les paquets ! C’est pas juste, la surprise est gâchée maintenant. Qu’est-ce que je vais faire de toi, hein ? Vous êtes beaucoup trop curieux, monsieur l’Agent du FBI ! Et cette fois, je ne te pardonnerai pas uniquement parce que je te trouve absolument craquant, irrésistible et charmant ! »

    Dean chercha, semble-t-il, à se faire pardonner en recommençant son petit cirque. Tandis que ses lèvres exploraient chaque parcelle de son cou, ses mains s’attaquaient à ses cuisses. Lorsqu’il lui demanda s’il devait absolument retourner dehors, la jeune femme hésita quelques secondes, ce qui laissait bien sûr entendre qu’elle n’avait pas envie de quitté la chaleur de ses bras.

    « Eh oui, tu dois y retourner, ça t’apprendra à fouiller dans mes sacs ! »

    Un sourire malicieux sur les lèvres, elle le laissa partir, sans une once de regrets, puisqu’une idée avait, entre temps, germé dans son esprit. Lorsqu’il fut hors de vue, la jeune femme attrapa la boîte contenant la lingerie qu’elle avait achetée cet après-midi, et se dirigea dans la salle de bain la plus proche pour l’enfiler. La demoiselle avait opté pour un modèle plus sage et romantique, idéal pour le genre de soirée qu’ils s’apprêtaient à passé, enfin, si Dean consentait à lui dire ce qu’il avait prévu. Penelope retourna ensuite à la cuisine, et s’installa sur l’une des chaises. Le jeune homme ne tarda pas à faire son entrée. Penny lui tournant le dos, elle imaginait avec amusement le sourire niais qui illuminait probablement son visage à cet instant. Doucement, elle s’approcha de lui, jusqu’à ce blottir dans ses bras.

    « Il fait chaud, tu n’es pas d’accord ? Alors, tu vas enfin me dire ce que tu as prévu pour ce soir ou tu comptes me faire patienter encore un peu !? Parce que si c’est le cas, je peux toujours changer d’avis, retourner enfiler mes vêtements, et toi aussi tu devras patienter ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
~ Your love keep me strong ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Age : 35
Dispo RP : Pris
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent du FBI
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Jeu 28 Fév - 16:58

    Dean redescendait les marches le menant à la voiture de sa femme. Le sourire ne semblait pas d’accord avec l’idée de quitter son visage. En réalité, le mutant était tout ce qu’il y a de plus heureux. Les heures si sombres que le couple avaient vécu ce deux derniers mois s’envolaient de son esprit petit à petit. Le poids sur ses épaules pesant moins lourd, il voyait l’avenir sous un nouveau regard. Celui de l’amour. Malgré les épreuves, l’amour qu’il portait pour sa femme ne s’était point effrité mais sa confiance oui. Pas envers Pénélope. Non, envers lui-même. Depuis très jeune, Dean souffrait d’un manque cruel de confiance en lui qui se traduisait par cette attitude de comique, de dragueur, d’homme à l’assurance quasi-indestructible. Toutefois, quand on grattait à l’intérieur, on y trouvait qu’un homme faible, inconscient du danger qu’il représentait. Ou plutôt, trop conscient. Pénélope le savait, elle connaissait les risques que la bombe humaine de mari qu’elle avait épousé, pouvait exploser à la moindre étincelle. Malgré ce fait, elle continuait à l’aimer. Et lui, cet amour lui faisait peur. Si peur. A ses côtés, il sentait sa vigilance faiblir, trop emporté dans ce cocon d’amour. Dean se devait de rester vigilent mais comment résister à cette chaleur bienfaitrice, à cet amour si reposant. Arriverait-elle à panser ses blessures ? Ces non-dits ? Parviendrait-elle à éteindre le feu de haine qui brûlait dans ses veines ? La réponse, il ne la connaissait pas et il ne voulait pas la connaître.

    « Bon sang mon gars ! Tu as une femme folle de toi à l’intérieur du manoir et toi, tu restes planté devant le coffre de sa voiture à penser ! »

    Secouant la tête, il attrapa deux paquets, affichant un air on ne peut plus niais. Dans l’un des paquets reposait un sage ensemble mais plus, il était sage, et plus ça lui faisait un effet fou. Déjà dans sa tête se construisait le fil de la soirée. Et elle promettait chargée en [censure de l’auteur]. Pff si on ne peut même plus penser au [censure de l’auteur ! Dean : bon t’arrête de me censurer à la fin !! Auteur : je fais ce que je veux !! Dean : *sors son panneau grève* Auteur : marche pas, tu n’es pas syndicalisé XD] Bref, après ce petit délire de l’auteur, reprenons le récit qui a décidément bien perdu en crédibilité. Chargé de ses deux paquets, il retourna dans la cuisine et fut agréablement accueillit par sa femme qui l’embrassa. Du mieux qu’il put, le mutant déposa son chargement sur la table avant d’attirer Pénélope dans ses bras pour partager un baiser emprunt de sensualité et d’amour. Un long baiser que le couple n’avait échangé depuis des semaines. C’est fou ce que ça lui avait manqué de sentir sa femme se laisser aller dans leur étreinte, de pouvoir également se laisser transporter sans penser à rien, si ce n’est à leur amour et désir mutuels. N’y tenant plus, Dean la souleva dans ses bras pour l’installer sur le comptoir de la cuisine avant de se fondre entre ses jambes pour la serrer contre lui et la couvrir de baiser dans le cou. Il s’interrompit toutefois pour lui faire comprendre que non, il était hors de question qu’il retourne dans le froid pour rentrer les courses, car mine de rien, il avait d’autres idées en tête.

    « Que veux-tu j’ai un radar pour ce genre de chose ! Quand c’est les enfants qui fouillent, tu ne dis rien, alors pourquoi moi je devrais être puni ? Mais tu me peines ! Dans ta définition, tu as oublié, sexy, intelligent et diablement doué avec sa langue et ses mains. La soirée est loin d’être gâchée et crois moi, je compte bien te montrer à quel point, je peux te faire ressentir une pléiade d’émotion. »

    Dean l’embrassa langoureusement tout en glissant ses mains sur ses cuisses, jusqu'à atterrir sur ses fesses qu’il caressa sensuellement avant de remonter le long de son dos, butant une nouvelle fois sur l’attache de son soutient gorge, décidément bien gênant aujourd’hui. Il demanda alors dans un murmure rauque, signe que son désir commençait à atteindre son apogée, si elle désirait toujours qu’il rentre les derniers paquets. Douché, il grogna légèrement avant de lui mordiller la lèvre inférieure puis consentit à la lâcher bougon.

    « Vous êtes dure avec votre mari, Mrs Winchester ! Ma vengeance sera sans appel. »

    Le mutant, pour donner une touche plus légère, lui tira tout bonnement la langue avant de mettre ses mains dans les poches de son pantalon puis quitta la cuisine, en râlant que c’était un crime contre l’humanité de l’envoyer dans le froid comme ça. Deux minutes plus tard, il revenait dans la cuisine et tout de suite, il retrouva toute sa bonne humeur et bien sûr, son éternel sourire mi-niais, mi-séducteur. Bon sang, elle jouait avec ses nerfs et il adorait ça ! Un vrai maso ! Dean posa ses paquets avant de renfermer ses bras autour de sa douce Pénélope quand celle-ci vint quémander un baiser. Baiser qu’il lui offrit bien volontiers !

    « Hum tu as parfaitement raison ! Et non tu restes comme ça ! Interdiction d’enlever cette tenue, sauf si c’est pour rester nue mon cœur.. Vois-tu j’avais prévu une soirée au restaurant, puis un cinéma pour ce soir. Que dirais-tu en attendant ce soir, de profiter de cette douce après-midi en tête à tête, sans les enfants ? »

    Sans lui laisser le choix, il la souleva dans ses bras, la portant comme lors de leur lune de miel, jusqu’à leur chambre au premier étage. Tendrement, il la coucha sur leur lit avant de s’écarter, pour se diriger vers leur salle de bain. Une minute trente après, Pénélope pouvait entendre l’eau couler dans leur immense baignoire. Il semblerait que son mari ait envie de prendre un bon bain moussant avec sa femme. Retournant dans la chambre, il se dévêtit légèrement pour n’être plus qu’en pantalon. Dean rejoignit alors sa femme pour s’allonger sur elle, une main caressant sa cuisse et sa hanche, l’autre lui permettant de ne pas peser de tout son poids sur Pénélope. Son mari déposa alors une multitude de baiser dans son cou avant de faire glisser une bretelle de son haut pour l’embrasser sensuellement sur l’épaule avant de cueillir ses lèvres pour un baiser des plus doux et sensuel.

    « Que penses-tu de partager un bon bain chaud, avec des fraises et du champagne et un mari qui ne désire qu’une chose, te montrer qu’il t’aime comme au premier jour de votre rencontre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Sam 1 Mar - 2:35

    Penelope attendait impatiemment le retour de son mari pour se blottir au creux de ses bras. Elle ne se sentait jamais aussi bien que lorsqu’il l’attirait à elle pour la serrer contre son large torse. Si désormais, elle ne doutait plus de l’amour que lui portait son époux, elle ne pouvait s’empêcher de craindre les ténèbres tapis au plus profond de son être. L’homme pour qui elle était prête à mourir cachait en lui un mal terrible. Elle en avait eu le souffle coupé lors de la démonstration plutôt morbide qu’il lui avait offerte cet après-midi. Comment ne pas être terrifiée, alors qu’elle l’avait vu prêt à tuer son meilleur ami, pour la défendre ? Une fois de plus, elle avait eu la preuve que ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre risquaient un jour de causer des dommages. Non pas pour eux, mais pour leur entourage, puisqu’ils étaient tous les deux, capables de tuer tous ceux qui menaçaient leur famille. La jeune femme osait croire qu’elle serait celle qui panserait ses blessures, qui lui permettrait de détruire définitivement cette part si sombre de son âme. Elle pouvait, certes, lui apporter la tendresse dont il avait tant besoin, la douceur qu’il réclamait, mais ses bonnes intentions suffiraient-elles ? Réussirait-elle, là où sa propre famille avait échoué ? Ce question persistait dans son esprit. Chose certaine, elle ne voulait pas le perdre, pour rien au monde. Lorsqu’il glissait sa main dans la sienne, elle avait l’impression de se sentir forte, courageuse. Grâce à lui, elle apprivoisait peu à peu ce monde qui l’avait tant fait souffert par le passé. Un avenir florissant se dessinait à l’horizon, dans lequel elle était heureuse, tout simplement parce que lui, Dean Winchester, était à ses côtés.

    La jeune femme lui avait d’ailleurs avoué qu’elle était extrêmement touchée par son attention. Penny ne s’attendait pas du tout à célébrer son anniversaire ce soir, mais son mari, toujours aussi imprévisible, lui réservait plus d’une surprise. C’était la première personne depuis longtemps qui avait réellement insisté pour fêter cet évènement, puisqu’en réalité, il ne s’agissait que d’un prétexte pour passer du temps en sa compagnie. Sans être un as des finances, elle savait à quel point le président d’une multinationale est indispensable, et elle appréciait qu’il lui consacre un weekend tout entier. Avec les deux boulots à hautes charges qu’il cumulait, Matthew et Maddison, qui requéraient malgré leur âge, une bonne dose d’attention, le couple n’avait pas souvent l’occasion de profiter ainsi des petits plaisirs simples de la vie. Malgré tout, la jeune femme ne s’était jamais sentie aussi comblée. D’ailleurs, l’homme responsable de tous ces merveilleux changements dans sa vie débarqua après de longues minutes dans la cuisine du Manoir Winchester. Immédiatement, elle s’approcha de lui d’une démarche gracieuse, presque féline, pour l’embrasser sur les lèvres. Dean ne tarda pas à se débarrasser des deux paquets qu’il portait, pour s’abandonner totalement à leur étreinte. Penny ne ressentait, désormais, plus aucune retenue, aucune colère, lorsqu’il lui arrachait comme à cet instant, le plus passionné des baisers. Tous ses gestes étaient emprunts d’une sensualité qu’elle avait légèrement refoulée, peut-être par amertume. Lorsqu’il la souleva pour l’installer sur le comptoir, le rire cristallin de sa douce retentit. Elle le laissa bien volontiers se glisser entre ses jambes pour la serrer contre lui, profitant en souriant de la sensation qu’elle éprouvait lorsqu’il parcourait ainsi son cou.

    « Parce que ma lingerie ne concerne pas les enfants ! On repassera pour l’effet surprise ! La modestie t’étouffe toujours, mon amour. Enfin, je ne te contredirai pas pour éviter de te fâcher ! J’ai pas envie de dormir sur le canapé ce soir, je compte bien passer la nuit dans tes bras. »

    Leurs petits jeux amoureux se poursuivirent pendant encore quelques minutes. Dean caressa les cuisses de son épouse, tandis qu’elle-même passait une main sous sa chemise par le col de cette dernière pour caresser son dos mais aussi pour se venger de la tentation auquel il la soumettait. Il poursuivit son chemin jusqu’à ses fesses, pour ensuite remonter dans son dos, sous son chemisiers, jusqu’à l’agrafe de soutien-gorge. Après lui avoir demandé d’une voix rauque s’il devait absolument retourner dehors, dans le froid glacial pour rentrer les courses, Penny fit mine de réfléchir, et un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres lorsqu’elle lui annonça qu’il devait y retourner. La jeune femme rigola en l’entendant grogner, et il lui mordilla la lèvre inférieure avant de la quitter.

    « Je suis terrifiée ! Tu changeras peut-être d’avis à ton retour, mon amour… »

    Sans lui en dire plus, elle le laissa partir, non sans jeter un coup d’œil à sa délicieuse silhouette qui s’éloignait peu à peu. Lorsqu’il fut hors de vue, Penelope ne tarda pas et courut enfiler la tenue légère qu’elle avait achetée. Par chance, elle avait eu la brillante idée de passer à la boutique de lingerie préféré de son époux, dans l’espoir de le convaincre de passer une nuit complète à ses côtés, sans que la sonnerie de son portable retentisse. Combien de fois avait-elle prévu passer une soirée romantique avec lui ? Plusieurs fois. Combien de fois avait-elle été stoppée dans son élan par un appel d’un collègue le priant de se rendre sur une scène de crimes ? Pratiquement autant de fois. Cet après-midi, cette colère face à ses absences s’était totalement dissipée. Lorsqu’elle songeait à lui, les divers problèmes qu’ils avaient connus au cours des derniers mois semblaient n’avoir jamais existé. Penny fila ensuite dans la cuisine, et détacha sa chevelure. Une cascade de cheveux d’un châtain clair se déversa sur ses épaules. Elle se retourna pour plonger son regard chocolat dans celui de son mari, qui avait bien évidemment retrouvé son sourire de tombeur. Il déposa les courses sur la table, avant de l’accueillir au creux de ses bras pour ensuite lui offrir le baiser qu’elle réclamait.

    « J’adore tes plans pour la soirée ! Tu n’as pas à t’inquiéter, je ne compte pas me changer. Pour ce qui est de passer un après-midi en tête à tête, j’attendais impatiemment que tu me le proposes ! Par contre, je suis prête à parier qu'on aura beaucoup de mal à quitter le lit pour sortir au ciné ! Surtout si tu décides de m'emprisonner dans tes bras ! »

    Sans plus attendre, il la souleva façon jeune mariée et la conduisit à leur chambre, au premier étage, tout en la couvrant de baisers. Dean allongea sa femme sur le lit avant de la quitter pour se diriger dans la salle de bain. Penny se redressa légèrement, pour tenter de voir ce qu’il fabriquait. Son sourire s’étira en entendant l’eau qui ne tarderait pas à remplir leur baignoire. Le jeune homme ne tarda pas à la rejoindre, prenant place au-dessus d’elle, pour reprendre ses caresses là où il s’était arrêté, quelques minutes plus tôt. Pendant qu’il s’affairait à embrasser sensuellement chaque parcelle de son cou, de son épaule qu’il venait tout juste de dénuder, Penny tentait de lui retirer sa ceinture, même si pour l’instant, elle avait du mal à se concentrer sur une tâche aussi simple (XD). La jeune femme le repoussa doucement pour échanger leur place. En souriant malicieusement, elle déposa une multitude de baisers sur son torse tout en tentant de déboutonner son pantalon. Une fois sa mission réussie – réussie mais avec un temps record de lenteur puisqu’elle avait bien l’intention de rendre son mari complètement fou –, la jeune femme se dirigea vers la salle de bain, tout en répondant à sa proposition des plus alléchantes.

    « J’en dis que j’ai épousé un homme terriblement romantique, et que je me ferai un plaisir de partager un bain avec lui ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
~ Your love keep me strong ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Age : 35
Dispo RP : Pris
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent du FBI
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Lun 3 Mar - 18:08

    Quand sa femme vint se couler dans ses bras, Dean renferma ses bras autour d’elle avant de l’embrasser doucement, une main glissant dans sa chevelure châtain, l’autre, au creux de ses reins, pour la maintenir contre lui. Le baiser s’approfondit alors de lui-même avant que le manque d’oxygène pousse le couple à se détacher légèrement l’un de l’autre. Dean en profita pour frotter le bout de son nez contre le sien, en souriant tendrement. Au fond de lui, il était heureux d’avoir retrouvé sa femme. Il reconnaissait que ces derniers temps, il bossait beaucoup trop mais il sentait Pénélope si loin de lui, même dans leurs moments intimes, qu’il se refugiait dans la seule chose qu’il savait réussir. Le boulot. Son seul élément stable dans toute sa vie. Désormais, Penny lui était rendue et il comptait bien en profiter. Dans un geste théâtrale, il lui tendit son portable, un sourire malicieux aux lèvres.

    « Je te laisse l’éteindre ? J’ai pris deux jours de congé au FBI et au Groupe. Ils ont pour ordre de m’appeler que vraiment la vie de la planète est en jeu. Personne n’est indispensable. Sauf toi ! Je ne peux pas me passer de toi. »

    Dean resserra sa prise autour d’elle, avant de l’embrasser une nouvelle fois sur les lèvres, d’un rapide baiser. Il lui souffla au passage que oui, ils auraient beaucoup de mal à quitter le lit. Après tout, ils devaient offrir à Maddison et Matthew un petit frère ou une petite sœur. Autant s’entraîner le plus souvent possible non ? Ok, c’était une excuse un peu facile mais que voulez-vous, on fait avec ce que on sous la main ! Or, le mutant était bien décidé à passer une longue après-midi en compagnie de Pénélope. Ne perdons pas plus de temps comme ça ! Dean souleva sa femme dans ses bras et la conduisit dans leur chambre avant de l’allonger sur le lit. Il ne s’absenta qu’une ou deux minutes, le temps de faire couler un bon bain moussant. Quand il revint dans la chambre, il enleva sa chemise et s’allongea sur elle, pour la couvrir de baisers. Il se sentit alors repousser sur le dos. Pénélope venait d’échanger leurs place pour se retrouver au-dessus de lui, à califourchon sur ses cuisses, quoi de plus tentateur pour notre Winchester national ?! La jeune femme commença alors son plan diabolique, consistant à le rendre dingue. Elle déposa une multitude sur son torse. Dean, ne resta pas en reste car il lui caressa les cuisses, remontant lentement le long de son dos, de ses épaules puis termina sa longue remontée dans la chevelure de sa sirène. La pression sur son jean commença à s’allonger à mesure qu’elle déboutonnait ses boutons mais tout d’un coup, plus rien. Pénélope venait de le quitter pour se diriger vers la salle de bain.

    « Pen’ c’est cruel ça ! Si ça continue, je vais oublier mon côté romantique pour un autre plus pervers ! »

    Dean se redressa sur les coudes pour l’observer sous toutes les coutures. Bon sang, il n’y avait pas plus sexy qu’elle. C’était fou l’effet qu’elle lui faisait. Quand il entendit le bruit de son corps entrant dans le bain moussant, un doux frisson lui parcourut la colonne vertébrale. Dean secoua la tête et se laissa tomber dans la cuisine, se trouvant juste en dessous de leur chambre. Il récupéra, la coupe de fraises et leur servit une coupe de champagne chacun. Une seule oui oui, il comptait bien profiter de ce moment en toute sobriété avec elle. Le mutant remonta vers leur chambre mais hélas, son jean s’était fait la malle entre temps. C’est donc en boxer noir qu’il pénétra dans la salle de bain. Il déposa les fraises et les deux coupes de champagne avant de se dévêtir et d’entrer dans le bain, attirant sa femme vers lui, pour l’embrasser sensuellement.

    « Portons un toast ! » lui proposa-t-il contre ses lèvres avant de lui tendre une coupe de champagne « A la plus merveilleuse des femmes et des mères ! Bon anniversaire mon amour. »

    Le couple trinqua et Dean but une gorgée de champagne avant de reposer sa coupe et de l’embrasser dans le cou, sa peau mouillée contre ses lèvres. Un véritable délice. Un baiser innocent mais ce que vous ne savez pas, c’est que sous la mousse, ses mains caressaient chaque courbure de la magnifique silhouette de sa Pénélope. Adossant son épouse à la baignoire, il se glissa entre ses jambes, continuant de l’embrasser dans le cou, puis glissant petit à petit vers sa poitrine, qu’il couvrit de douces attentions, une main sur le rebord de la baignoire, pour prendre appui, la deuxième, perdu dans le dos de Penny, glissant sur la rondeur d’une fesse puis remontant le long d’une hanche, puis d’une cuisse. Dean se recula légèrement pour attraper une fraise qu’il tendit à sa femme pour qu’elle la mange, avant de partager avec elle, un baiser on ne peut plus fruité.

    « Pen’ tu me rends fou, tu es au courant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Lun 3 Mar - 23:03

    Le monde, alentour, n’existait plus. La jeune femme, emprisonnée dans le regard tendre et bienveillant de l’homme de sa vie, n’entendait plus que le son de sa voix grave, que le bruit de sa respiration caressant la peau satinée de son cou. Une douce chaleur se diffusa dans tout son être lorsqu’il embrassa ses lèvres. Elle n’avait pas éprouvé une sensation aussi délicieuse et libératrice depuis des mois. Non pas parce que Dean ne lui accordait plus ce genre d’attentions, mais bien parce qu’elle-même était incapable de s’abandonner à son étreinte. Elle avait contribué, à contre cœur et de façon inconsciente, à creuser le fossé qui les avait peu à peu éloignés l’un de l’autre. Sa douleur et sa rancune face à sa trahison se traduisait par une réticence infime à toutes les marques d’amour qu’il désirait lui prodiguer. Les baisers qu’il échangeait n’étaient plus emprunts de cette passion fiévreuse à laquelle se mêlait une infinie tendresse. Ce changement était pourtant à peine perceptible. Le jeune homme avait presque immédiatement décelé cette anomalie. Sans doute est-ce parce qu’il connaissait mieux que quiconque sur cette Terre toutes les facettes de la personnalité ô combien mystérieuse et complexe de sa femme. Penelope, malgré la profondeur des sentiments qu’elle lui portait, n’avait pu s’empêcher de douter de lui, encore et encore. Il avait tout fait pour regagner sa confiance. Le blocage qui avait élu domicile chez Penny persistait, et chaque jour, elle le voyait s’éloigner un peu plus d’elle, multipliant les heures de travail. Elle avait tellement peur de souffrir à nouveau, qu’elle en oubliait pratiquement d’être heureuse.

    Bien des couples ne se seraient jamais remis de pareils évènements. Mais comme à chaque fois, Penelope et Dean avaient réussi l’impossible, grâce à la force de leur amour, qui ne cessait de croître, malgré les nombrables épreuves qu’ils devaient affronter. Après avoir échangé un long baiser, Penny consentit à éloigner son visage du sien de quelques centimètres, histoire qu’il ne meure pas asphyxier au tout début de la journée, mine de rien, elle n’avait pas envie de passer le reste de la soirée, seule, parce que monsieur a oublié de respirer entre deux baisers. Son mari, incapable de se séparer d’elle ne serait-ce que quelques secondes, frotta doucement le bout de son nez contre celui de sa femme, ce qui inévitablement, arracha un magnifique sourire à la belle Penelope. La main que Dean avait posé au creux de ses reins se révélait de plus en plus caressante, et la demoiselle risquait de commencer à ronronner comme un chaton devant un bol de lait sous peu. Il stoppa cependant tous ces gestes de tendresse pour lui tendre son portable, lui proposant du même coup, de l’éteindre elle-même, chose qu’elle fit instantanément, avec un plaisir évident. Et une victoire de plus sur son pire ennemi, le téléphone cellulaire de son mari.

    « Je l’enfouirais bien sous des mètres de neige mais tu risquerais de m’en vouloir, alors je vais me contenter de l’éteindre. Ça tombe bien, moi non plus je ne peux pas me passer de toi. Même si tu n’es pas en service, tu as quand même une mission, mon amour ! »

    Un sourire malicieux sur les lèvres, elle lui adressa un clin d’œil. Malgré les évènements des derniers temps, et la stérilité pratiquement totale de son époux, elle espérait encore connaître les joies de la maternité. Ils avaient déjà deux beaux enfants en santé, mais ils désiraient découvrir le bonheur d’élever leur bébé, ensemble. Un rêve qui ne se concrétiserait peut-être jamais, mais la jeune femme osait croire que tout était encore possible. Penelope se plaisait bien souvent à imaginer son époux, avec un tout petit être au creux de ses bras, qu’ils pourraient bercer et chérir à leur guise. Dean mit fin à ses doux songes en l’embrassant rapidement, pour ensuite la soulever délicatement et la conduire au premier étage, dans leur chambre. Il la déposa sur le lit, et la quitta quelques instants, arrachant ainsi à Penny, une moue boudeuse et un petit cri enfantin. La demoiselle cessa toutes protestations dès qu’elle entendit l’eau couler dans leur baignoire. Deux secondes plus tard, il la rejoignait pour s’étendre sur elle, en prenant bien soin de ne pas la blesser. Il s’employa ensuite à exploiter la moindre de ses faiblesses, usant de tous ses talents pour la faire craquer. La demoiselle ne tarda pas à déclarer la guerre, en le repoussant sur le dos, prenant place sur ses cuisses. Tout en embrassant lentement son torse, histoire de le faire souffrir un peu, Penelope déboutonna son jeans, tandis qu’il continuait ses caresses, s’attardant tout particulièrement dans son dos. Elle mit ensuite fin à ce petit jeu en le quittant pour se diriger dans la salle de bain, et éclata de rires en entendant sa réplique.

    « Ne m’en veux pas, amour ! J’ai toujours aimé te faire patienter. Tu comptes rester allonger sur le lit encore longtemps, ou tu me rejoins ? L’eau est délicieuse ! »

    La belle mutante retira les quelques vêtements qu’elle portait toujours, sous le regard attentif de son mari qui l’observait. Elle lui souffla un doux baiser, en souriant malicieusement, et se glissa dans l’eau chaude. Dean ne la rejoignit pas immédiatement, et Penny en profita pour déposer un CD – à distance et grâce à la télékinésie - dans la chaîne stéréo. Une douce mélodie s’éleva dans la pièce à l’instant précis où son époux réapparaissait dans la salle de bain, portant uniquement ses sous-vêtements. Il ne perdit pas une seconde de plus et la rejoignit dans la baignoire, tout en l’attirant à lui pour l’embrasser sur les lèvres. Pourtant loin d’être timide, la jeune femme ne put s’empêcher de rougir lorsqu’il porta un toast en son honneur. Seul l’avis de Dean avait de l’importance à ses yeux. Elle se moquait éperdument de ce que pensaient tous les autres hommes sur cette Terre. Celui qui détenait son cœur lui donnait le courage nécessaire pour avancer. Elle qui avait toujours manqué cruellement de confiance en elle, apprenait peu à peu à aimer la personne qu’elle était. Il veillait sur elle en permanence, et il l’aimait. Maintenant, elle n’en doutait plus. Pourtant, peu avant leur mariage, les médias faisaient preuve d’une étonnante méchanceté envers celle qui était officiellement devenue la nouvelle madame Winchester. On annonçait, à la une de presque tous les journaux du pays, qu’il épouserait une infirmière issue de la classe moyenne. Une véritable catastrophe selon les requins de la haute société. Comme quoi, les journalistes ont souvent tendance à raconter n’importe quoi pour faire mousser les ventes, heureusement, Dean n’y avait jamais porté attention.

    « Merci, et maintenant, à mon tour de porter un toast. À mon mari que j’aime malgré toutes les idées perverses qu’il a en tête à ce moment ! »

    Penelope sourit malicieusement. Une fois de plus, elle avait eu accès à ses pensées de façon accidentelle. Mine de rien, Dean pensait très fort (XD). La jeune femme ferma les yeux lorsque ses lèvres atterrirent au creux de son cou, pendant que ses mains parcouraient à nouveau son corps. Échangeant leur place dans la baignoire, la belle Penny se retrouva adosser à la baignoire, tandis qu’il se glissait entre ses jambes pour s’approcher d’elle et continuer ses multiples caresses. Lorsqu’il lui offrit une fraise, elle partagea volontiers un baiser à saveur fruitée avec lui. La demoiselle approcha ensuite ses lèvres de son oreille pour répondre à sa question, et elle mordilla au passage, le lobe de cette dernière.

    « Mais te rendre dingue à toujours été mon intention ! Tu crois qu’on réussira, à avoir notre bébé ? »

    Penelope déposa un baiser sur ses lèvres. Elle avait besoin de son réconfort, de l’entendre la rassurer. Elle ne perdait pas espoir, mais par moment, elle se sentait faiblir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
~ Your love keep me strong ~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Age : 35
Dispo RP : Pris
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent du FBI
Mutant(e) : Oui
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/02/2008

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   Sam 8 Mar - 0:05

    « Tu n’es qu’une sorcière amour mais j’aurais ma vengeance un jour ! Allez file tentatrice, je vais chercher ce que je t’ai promis. »

    Dean la regarda en souriant entrer dans la salle de bain avant d’imaginer son corps nu entrer dans le bain moussant. Rien qu’a l’idée de la rejoindre et de partager un moment de pur bonheur et de complicité avec elle, il sentait son désir accroitre. Le mutant se hâta donc d’aller chercher deux coupes de champagne et un bol de fraises pour ensuite rejoindre sa belle dans la salle de bain. Entre temps, il avait perdu son jean qui avait glissé sur ses hanches en marchant pour finir lâchement abandonné sur les escaliers. Dean entra alors dans la salle de bain en boxer pour unique vêtement. Il s’amusa du regard appréciateur de Pénélope, lui faisant un petit clin d’œil coquin puis il déposa leurs petites gourmandises avant de se déshabiller et de la rejoindre dans la vaste baignoire. Son époux l’attira à lui, ne supportant plus de la savoir si loin de ses bras. Dean aimait énormément la sentir blottie contre lui, de ressentir toute la douceur de sa peau contre la sienne, de l’embrasser comme à cet instant précis. Comment pourrait-il lui résister ?

    Il s’éloigna tout de même un instant le temps de porter un toast, s’attendrissant en la voyant rougir. Les journaux se trompaient sur son compte. Elle n’était pas l’infirmière arriviste et vénale qui épousait un multimilliardaire pour s’assurer une rente confortable à vie. Pénélope était plus que ça. Elle représentait son idéal féminin, elle était un tout pour lui. Sa meilleure amie, sa confidente, sa femme, sa maîtresse et la mère de ses enfants. Sa femme avait su s’imposer au sein de sa famille tout en douceur et en gentillesse et sa mère l’adorait énormément. Elle l’aimait tant que dès qu’il commettait une connerie, elle lui tirait les oreilles. Dean éclata de rire quand elle lui retourna son toast. Encore une fois, il avait pensé trop fort ! Foutu télépathie.

    « Tu peux pas me reprocher d’avoir envie de ma femme mais tu remarqueras que je me retiens de te sauter dessus là tout de suite. Autant faire durer le plaisir et je compte bien le faire durer. »

    Sa voix s’était faite rauque sur les derniers mots et son regard, séducteur. Dean l’embrassa dans le cou, très sensuellement pour faire monter la température en même temps qu’il inversait leur position pour se retrouver entre ses bras. Merci à la grande baignoire, ils pouvaient bouger sans trop de difficultés. Comme quoi la vie de milliardaire possède ses avantages (XD). Son mari attrapa alors une fraise et tout en embrassant un sein, il la lui fit manger puis ses lèvres remontèrent sensuellement vers les siennes pour partager un baiser fruité. Pénélope lui répondit alors à son oreille dont elle mordilla le lobe, lui faisant ainsi ressentir un millier de frissons le long de sa colonne vertébrale. Il ne s’attendait tout de même pas qu’elle lui demande s’ils arriveraient à faire leur bébé qu’il désirait tant. Dean s’écarta légèrement d’elle pour la regarder droit dans les yeux.

    « On y arrivera ! Ça prendra peut-être du temps et il faudra faire l’amour encore et encore mais on y arrivera car notre bébé sera le fruit de notre amour, comme Matthew et rien n’arrête un Winchester quand il est question de donner vie à un trésor d’émotion. Il faudra juste faire très souvent l’amour et je compte bien m’y atteler dès à présent. »

    Dean lui offrit son air malicieux, celui qu’il prend quand il veut quelque chose qu’elle ne peut jamais lui refuser. Il accompagna le tout par son sourire le plus charmeur avant de lui mordiller la lèvre inférieure pour quémander l’accès à un baiser plus sensuel, plus érotique. La soulevant, il l’assit sur le rebord de la baignoire, et se glissa à genoux entre ses jambes. Dean passa ses bras autour de sa taille et commença à déposer de doux et sensuel baisers sur sa poitrine, la parcourant de sa langue et de ses lèvres pour lui procurer le maximum de plaisir. Son époux descendit progressivement vers son ventre puis vers ses cuisses et son aine. La suite et bien c’est que Pénélope peut attester qu’il est très doué avec sa langue. Dean se redressa alors en attrapant une fraise qu’il glissa dans sa bouche avant d’embrasser Pénélope langoureusement et de la faire revenir dans l’eau, sur ses cuisses. Le mutant s’adossa alors contre la baignoire, attrapant son verre de champagne qu’il reversa sur elle pour la lécher tout de suite après. Son mari pouvait rapidement devenir accro à cette façon de boire.

    « Et si nous faisions cet enfant maintenant ? J’ai envie de toi Pen’ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un anniversaire à célébrer et du temps à rattraper # Dean #
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Anniversaire 2010 du Chef d' Etat-Major
» BON ANNIVERSAIRE DROOPY
» Samedi 24 Juillet Anniversaire Yogojabi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Chronicles™ :: • MANHATTAN • :: Logements de Manhattan :: Manoir Winchester-
Sauter vers: