AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand le désespoir et la folie l'emportent... [Scénar.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand le désespoir et la folie l'emportent... [Scénar.]   Lun 4 Fév - 17:11

*Stop arrête !*
*Arrêter quoi ?*
*Ce que vous faîtes ! Arrêtez tout de suite !!!!*
*Pourquoi me vouvoies-tu Jordan ? Et pourquoi devrais-je arrêter ?*
*Je ne vous connais pas, je ne sais pas qui vous êtes ! Je vous en prie, arrêtez ! Par pitié arrêtez... Vous me faîtes mal…*
*Jordan, ma très chère Jordan, nous ne sommes pas des inconnues… Nous nous sommes déjà rencontrées par le passé.*
*Non, je ne vous ai jamais vu.*
*Si. Te rappelles-tu l’époque où tu vivais encore à San Francisco ? Il y a maintenant un peu plus d’un an. Te souviens-tu de ce qui s’est passé dans l’appartement de ton père ?*

Jordan vit des images s’imposer à elle, sortes de flash-back. Plongeant dans ses souvenirs, elle se revit discuter avec Alex, dans l’appartement du père de la jeune femme. Elle ne se rappelait plus pourquoi elle ressentait tellement de colère et de haine envers Alex ; lui qu’elle aimait plus que tôt et pour qui rien de plus ne comptait (hormis le bébé qui grandissait dans son ventre).

Bougeant la tête sous le coup d’une sorte d’impulsion électrique, Jordan vit une autre image lui apparaître : elle parlait avec Alex, et soudain, après qu’un éclat lumineux et éblouissant l’ait à moitié aveuglât, une forte explosion avait lieu. L’appartement fut entièrement soufflé par l’explosion, mais par un miraculeux hasard, Alex et Jordan étaient sains et saufs…

Revenant à elle, Jordan répondit :

*Il y a eu une fuite de gaz.*
*Oui, c’est ce que tout le monde s’est dit pour se rassurer*, dit la voix sur un ton ironique. *Mais tu sais parfaitement ce qui s’est passé ce jour là. Tu tentes de te voiler la face pour oublier ce qui s’est passé. Tu tentes d’oublier que tout est arrivé par ta faute !*
« Non ça suffit !!! »

Jordan poussa un cri de désespoir qui se répercuta dans la ruelle sombre. Une vague d’énergie s’échappa de Jordan, sorte de bouclier télékinésique, qui explosa, libérant sa force dans toutes les directions. Soufflées par cette force invisible, les poubelles s’envolèrent et furent éjectées hors de la ruelle ; les vitres donnant sur cette petite cour sombre volèrent en éclats, retombant sur le sol comme une pluie de gouttelettes de verre coupant…

Jordan tomba à genoux sur le sol, comme soudain vidée de toute son énergie. Elle avait une migraine telle qu’elle n’en avait connu et elle avait l’impression de ne pas avoir dormi depuis plusieurs jours, voire même plusieurs semaines. Sa vision devint floue, le décor bascula peu à peu sous son regard avant que l’obscurité ne recouvre tout…

Au loin, des miaulements et des aboiements de panique retentirent dans tout le pâté de maisons, des alarmes de voiture se déclenchèrent, et le début d’un orage se fit sentir (l’atmosphère devint lourde et la pluie commença à tomber en fine gouttelettes annonçant bientôt le déluge)…


RP introduisant la suite du RP du bal (à savoir la destruction du New York ^^). Sujet entièrement libre, alors si vous voulez vous prendre des coups par une future mère complètement à l'ouest incrustez-vous Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le désespoir et la folie l'emportent... [Scénar.]   Jeu 7 Fév - 15:24

    New York. Le Queens. Dean Connors travaillait en civil ce soir. En effet, la criminelle avait réquisitionné des hommes pour rechercher un violeur en série qui sévissait dans le quartier. Arme dans son holster attaché à la ceinture, Dean déambulait dans les rues froides et humides de ce secteur de la ville. Un des secteurs où la sécurité ne régnait pas vraiment en maître. Pour Dean, cette enquête signifiait un premier pas dans la criminelle. Lui qui voulait devenir inspecteur, c’était l’expérience parfaite. Mais d’un autre coté, il se sentait mal à l’aise. Pourquoi ? Tous simplement pour les victimes de ce violeur. Combien déjà sont passées entre les mains de ce monstre ? Huit. Huit en huit semaines. Ne laissant que peu d’indices. Il ne savait qu’une seule chose. Ce violeur repérait ses victimes dans le Queens. C’est ainsi que Dean patrouillait avec d’autres dans ce quartier, dans ce secteur. Mais pour l’instant, rien à l’horizon. Les rues étaient vides, désespérément vides. C’est comme si quelque chose de grave, de terrible allait se passer et que tout le monde était au courant. Tout le monde restait dans leurs maisons, dans leur appartement attendant que l’heure funèbre arrive. L’atmosphère était lourde et pesante. Peut être tout simplement du à l’orage qui n’allait pas tarder à s’abattre sur la ville.

    Le calme avant la tempête ? Peut être. Ce qui était sûr, c’est que la rencontre que Dean allait faire, jamais il ne l’oublierait. Une mutante d’une telle puissance, il n’en avait jamais rencontré. Alors que ce dernier continuait à déambuler dans les rues sombres, son sens du danger se mit à s’affoler. Jamais il ne sentit un danger s’approcher être aussi … dangereux. Son sens du danger s’affola, un mal de tête d’une rare puissance le ravagea. Tous ses sens furent perturbés pendant quelques instants. Perdant l’équilibre, Dean du se rattraper au mur qui s’offrait à lui. Se glissant contre lui, les mains sur les tempes, Dean s’assit à terre. Un cri de douleur sortit de sa bouche. Puis le danger s’écarta. Mais il était encore présent. Dean pouvait le sentir. Ce dernier se releva à l’aide du mur. Il se secoua la tête pour se remettre les idées en place.

    Dean sentit que ce danger d’une puissance colossale était très près de lui. Ce dernier commença à marcher. S’engouffrant dans une rue des plus sombres, il commença à marcher. Plus il avançait plus il avait l’impression qu’une silhouette se dégageait devant lui. Une femme. Une femme qui parlait seule. Un cri dans les ténèbres. Le sens du danger que possédait Dean s’affola à nouveau. Ce dernier n’eut pas le temps de réagir qu’il sentit son corps être poussé par une force invisible qui le projeta contre un mur. Dean retomba violemment contre le sol. Son sens se remit à s’affoler. Relevant la tête, il vit des poubelles, des barres métalliques et des morceaux de verres coupant comme des rasoirs être pulvérisés. Le tout venant dans sa direction. Avec une agilité décuplé et surhumaine, Dean renvoya les poubelles en leur donnant des coups dedans à l’aide de ses pieds. Choses qu’il ne pourrait pas faire avec les verres.


    « C’est pas ma journée »

    Dean, dans un mouvement rapide, leva ses bras, lâchant du fil d’araignée sur deux murs, il se servit de l’élasticité de ces fils pour s’envoler en l’air et ainsi passer au dessus des débris de verres. Dean sauta avec une force et rapidité incroyable. Il retomba ainsi la tête à l’envers sur un mur sur lequel il s’accrocha. Il vit la jeune femme tombée à terre. Au loin, des aboiements et des miaulements se faisait entendre. On dit que lorsque des animaux sentent un grand danger, ils le font entendre. Etait-ce elle le grand danger ? Dean descendit de son mur à l’aide d’un fil. Reposant les pieds à terre, ce dernier sentit une pluie tombée sur son visage. L’orage grondait. Les éclaires zébraient le ciel. La pluie se voulait violente. L’atmosphère était de plus en plus lourde. Dean s’approcha lentement de la jeune femme à terre. Il s’abaissa tout en restant sur ses gardes.

    « Vous allez bien ? »

    [Désolé, pas terrible comme début, je répondrai mieux au prochain post]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le désespoir et la folie l'emportent... [Scénar.]   Dim 17 Fév - 15:05

« Vous allez bien ? »

Jordan venait d’entendre une voix lointaine, et pourtant, elle ne voyait rien autour d’elle. En fait, il n’y avait que des ténèbres autour d’elle, le néant. Tentant de chercher l’origine du bruit, Jordan voulut se retourner mais elle se rendit compte qu’elle était comme paralysée. Elle ne bougeait aucun muscle. Elle ne bougeait que respirer et fixer les ténèbres devant elle.

*Quoi ? Que se passe-t-il ? Est-ce que vous m’entendez ? S’il vous plaît, aidez-moi !* tenta-t-elle de dire, sans succès, ses mots se perdant dans ses pensées.
*A l’aide !!* tenta-t-elle de redire, toujours sans succès. *A l’aide !!!*
*Cesse de crier, personne ne peut t’entendre.*
*Comment ça.*
*Tu es enfermées dans tes pensées. Tes cris ne sortent même pas de ta bouche. Tu es simplement prise au piège.*
*Qui êtes-vous ?*
*Quand finiras-tu par le comprendre Jordan. Je suis… toi !*

Une femme sortit des ténèbres et s’avança sans bruti en direction de Jordan. Elle semblait marcher sur une surface plane et dure, et pourtant, on avait en même temps l’impression qu’elle flottait à quelques centimètres du sol. Finalement, son visage devint clairement visible malgré les ténèbres alentour et le choc fut violent : la femme se trouvant en face de Jordan n’était autre que Jordan elle-même…

Néanmoins, une petite différence était visible : la Jordan libre de ses mouvements avait une pointe de malice sadique et machiavélique dans les jours. Elle inspirait la peur et sentait la haine à plein nez. Jordan en était persuadée, la femme se trouvant devant elle n’était pas le genre de femme qu’il était bon de fréquenter.

*Que me veux-tu ?* demanda Jordan, abandonnant le vouvoiement au profit du tutoiement.
*Rien d’autres que ta place.*
*Comment ça ?*
*J’en ai marre de vivre enfermée dans ta tête depuis toutes ces années. J’ai besoin de me sentir libre et en vie. Et pour cela, tu dois disparaître. Malheureusement, je ne peux pas te tuer, ou sinon je mourrais, alors… je vais simplement t’enfermer ici, dans ta propre tête, et jamais plus tu ne vivras comme tu as vécu jusqu’à maintenant. C’est la fin pour toi Jordan, tandis que pour moi, c’est le début d’une nouvelle vie.*

Le corps de Jordan allongé dans la ruelle tressauta légèrement, comme si Jordan venait d’être sauvée de la noyade après avoir perdu connaissance sous l’eau. Puis soudain, elle ouvrit les yeux, fixant le ciel noir qui flottait au-dessus de la ville. La pluie tombait avec beaucoup plus de force que quelques minutes plus tôt, et de temps à autres, un éclair venait zébrer le ciel avant que le tonnerre ne gronde. La pluie battait le visage de Jordan avant de couler le long de sa joue, pourtant, cela ne semblait pas gêner la femme qui restait immobile, les yeux grands ouverts fixés vers le ciel…

Soudain, une présence attira son attention : celle de l’homme qui avait parlé quelques instants plus tôt. Tournant la tête vers lui, Jordan le fixa sans rien dire, puis finalement, sa bouche s’ouvrit et elle dit :

« Oui, je vais bien. »

Laissant son regard parcourir les environs, elle ajouta :

« J’ai simplement dû faire un malaise. Ce n’est pas rare chez les femmes enceintes. »

Jordan baissa les yeux vers son ventre rond dans lequel grandissait un enfant de cinq, bientôt six mois. Jordan caressa son ventre, puis reposant les yeux sur l’homme, elle ajouta :

« Par contre, je pense qu’il n’en ai pas de même pour vous. »

Phrase lourde de sens qui n’était pas très claire. Pour arranger les choses, Jordan, ou plutôt son double maléfique, décida de se montrer plus explicite : d’un mouvement de tête, elle envoya valdinguer l’homme droiit contre un mur, le maintenant collé au mur par une force invisible puissante. Puis écartant les bras, elle se fit léviter elle-même, se redressant et se remettant sur pieds en quelques secondes. Puis s’avançant vers l’homme bloqué contre le mur, elle laissa courir les doigts de sa main gauche le long de la joue du jeune homme, en disant :

« Qui êtes-vous ? Je n’ai pas le plaisir de vous connaître… »

Pendant ce temps, dans la tête de Jordan, Jordan luttait vainement pour reprendre le contrôle de son corps.

*Arrête ce que tu fais et rends moi mon corps !*
*Maintenant c’est le mien, et tu n’as plus aucun droit sur lui. Tu resteras ici et tu y mourras lorsque l’heure sera venue, et personne ne pourra rien y faire, toi la première.*
*AU SECOURS !!! A L’AIDE !!!*
*Crie autant que tu veux, personne ne viendra t’aider. C’est la fin pour toi Jordan. Fais toi en une raison. Je suis Jordan maintenant. Toi, tu n’es plus rien. Tu as un unique instant de faiblesse et j’ai fini par prendre dessus. Maintenant, je contrôle tout et toi, tu disparais pour toujours…*

Jordan sentit son esprit vaciller et ce fut comme si on la tirait violemment en arrière. Elle eut l’impression de faire une longue, très longue chute, jusqu’à ce qu’il n’y plus rien. Elle ne ressentait plus rien, n’avait conscience de plus rien, elle ne pouvait même plus penser… C’était comme si, elle n’existait plus du tout. Jordan avait apparemment disparu dans un endroit où personne ne pourrait jamais plus la trouver…

La Jordan qui se trouvait devant l’homme bloqué contre le mur afficha un large sourire lorsqu’elle sentit un poids s’enlever de ses épaules, celui de l’ancienne Jordan. Il ne restait qu’elle maintenant. Le temps était venu de changer le cours du monde à présent.

« Donc, si nous continuons les présentations » dit-elle d’une voix enchantée…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le désespoir et la folie l'emportent... [Scénar.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le désespoir et la folie l'emportent... [Scénar.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Launysk ~ Quand la beautée est rejointe par la folie
» Quand la folie vient à prendre le dessus.
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Chronicles™ :: • ARCHIVES • :: Avant Fermeture-
Sauter vers: