AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [D]étente après un footing (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [D]étente après un footing (PV)   Lun 28 Jan - 13:45

    Une jeune femme courrait dans la forêt, un baladeur MP3 à fond dans les oreilles pour se donner un rythme de course suffisamment important pour éliminer un énième morceau de brownie. La gourmandise tuera les femmes un de ces jours mais c'est tellement bon qu’on n’arrive pas à s'en priver. Aussi, comme bon nombre de ses congénères, Eva Linberg courrait pour éliminer ce surplus mais aussi donner se bonne conscience. Bon avouons le, il n'y a pas que ça mais elle ne préférait pas repenser au bal et surtout à sa tragique fin. Ce mutant lui avait causé la plus grosse frayeur de sa vie et le voir finir décapiter, la traumatisait plus que de raison. Qui étaient les hommes qui avaient fait ça? Peut-être auraient-ils pu envisager une intervention moins mortelle et surtout moins traumatisante pour le commun des mortels. Depuis ce soir là, Eva évitait l'Institut et ses mutants. Même sa propre fille. C'est juste qu'elle n'y arrivait plus. A quoi? À se sentir en sécurité sans nul doute. Le plus triste dans cette histoire, c'est que James continuait de l'appeler sur son portable mais honteuse de son comportement, elle ne décrochait pas.

    Pourtant, vous me direz, la voilà en train de courir dans la forêt de l'Institut alors qu'elle l'évite depuis au moins une semaine. Allez savoir pourquoi ses pas l'avaient mené ici. A l'origine, elle s'était garée un peu plus loin, à l'entrée de la forêt du comté. Toutefois, celle-ci étant reliée à celle bordant le manoir, Eva avait fini inconsciemment à se retrouver pile poil à cet endroit : le parc. En soupirant, elle s'essuya le front avec un bout de sa veste de jogging en coton puis but une ou de gorgée de sa bouteille d'eau qu'elle conservait dans un emplacement prévu à cet effet dans sa ceinture. Etrange comme sa vieille peur pouvait encore la paralyser. Cela faisait des années qu'elle vivait avec les Winchester et il fallait ce mutant pour rouvrir les plaies. Et ce flash qui s'était livré à elle au cours du bal? Qu'est ce qu'il voulait dire. Dans cette vision, elle devait avoir une dizaine d'année mais si elle en croyait l'orphelinat russe, elle avait été là bas de ses 4 ans à ses 18 ans. En désespoir de cause, elle éteignit sa musique juste au moment où des bruits de pas venaient dans sa direction. Se retournant vivement, elle ne fut même pas surprise de tomber sur James. A tous les coups, il avait du la voir arriver de la forêt. Gênée au plus haut point, elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille avant de le saluer.

    "Hey ! Salut, tu vas bien?"

    Pas très originale je vous l'accorde mais elle ne savait pas comment se comporter car voyez vous, elle aimait cet homme mais d'un côté, elle l'avait un petit peu évité. Aussi, craignait-elle sa réaction vis à vis d'elle. Eva se reprit quand même et s'avança vers lui, jusqu'à être très proche et que sa veste frôle ses vêtements. Puis, elle releva la tête, toujours en rougissant de son comportement passé.

    "Je suis désolée James ! Je veux dire d'avoir fui aussi lâchement mais j'avais besoin de prendre du recul vis à vis de tout ça. Je t'aime, et mes sentiments n'ont pas changé, c'est juste que j’aie peur des mutants et l'épisode du bal a ranimé cette frayeur. Je sais que tu ne pourrais jamais me faire du mal consciemment. C'est la partie inconsciente qui me terrifie. Je suis désolée."

    Doucement, elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un doux baiser sur les lèvres de son compagnon, comme pour tester la température. Allait-il être froid et rester de marbre face à cette démonstration d'affection ou au contraire être chaleureux et répondre à celle-ci? La suite dans le prochain épisode.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [D]étente après un footing (PV)   Lun 4 Fév - 22:14

    Si vous passiez en ce moment dans la forêt de l’Institut Munroe à New-York vous pourriez entendre un bruit caractéristique de la présence d’un Renard dans les environs :

    « Zzzzzzz..... » [Si quelqu’un trouve l’onomatopée parfaite pour faire comprendre que je dors je suis preneur ! XD]

    En effet notre cher ami, et semble t-il professeur, Christopher Folley faisait tout simplement la sieste en haut d’un des arbres de la forêt profonde au lieu d’aller surveiller son fils en cours. D’ailleurs pourquoi le surveiller alors que de toute façon le cours de Combat n’était pas encore d’actualité ? C’est dommage parce que Chris avait justement envie de s’amuser un peu avec ça ! Mais bon il n’irait pas trop loin sinon il allait soit se faire traiter de poseur et frimeur, soit il allait leur faire peur.

    Oui car cette situation lui était déjà arrivée auparavant, une élève de l’Institut Xavier l’avait qualifié de poseur. Mais ce n’était pas de sa faute si ce fichu Faucon s’était posé sur son bras à la fin de son entrée non ? Enfin pas sa faute... Légèrement pas sa faute non ? Enfin de toute façon Chris avait toujours été un frimeur dans l’âme, et sa nomination en tant qu’X-Men n’avait certes pas arrangé les choses.

    Pourtant il y avait un domaine dans lequel Christopher ne frimait pas, et il s’agissait tout simplement de ses sentiments. Il ne pouvait pas tromper les autres sur ses sentiments, sauf quand il le fallait pour ne pas leur causer du tort.

    C’était ainsi que Chris s’était vite constitué une petite famille ces derniers temps, et le tout dans l’apocalypse récente qui s’était abattue sur l’Institut Munroe de San-Francisco. Enfin maintenant il fallait aller de l’avant, et puis cette catastrophe avait eu, si l’on peut dire sans être trop cynique, des bons côtés. Comme l’aveu tardif de James pour Eva Linberg, et inversement si l’on peut dire d’ailleurs.

    Il y avait aussi eu plus tôt la rencontre avec le jeune Lucas dans les rues de la ville. Chris l’avait d’ailleurs adopté et Lucas était finalement devenu un Folley. Mais cela causait certains problèmes à Chris, qui ne savait pas vraiment comment être un bon père. Mais il estimait assez bien se débrouiller avec le petit monstre pour l’instant, aussi tentait-il de ne pas se faire trop de souci, ce qui revenait à une Mission Impossible.

    Et il fallait dire qu’Eva ne semblait pas plus à l’aise avec les enfants, mais hélas même si elle l’avait été, cette dernière refusait obstinément de lui parler ou de l’approcher depuis le Nouvel An et son Bal perturbé...

    Ainsi Christopher prenait soin autant que possible de la petite Dakota, la fille adoptive d’Eva, en attendant le retour de sa mère. Mais il devait bien dire qu’il se sentait un peu fautif du départ de sa mère. En effet les évènements du Bal tels que les journaux les ont racontés ne sont que la partie émergée de l’Iceberg.

    En effet les mystérieux tueurs qui avaient éliminés la menace en lui tranchant la tête, n’étaient autres que des membres de la Section Est-Américaine d’une troupe d’Elite parmi la FPO, les Varias.

    Mais le plus inquiétant était également le fait que Christopher semblait avoir perdu le contrôle pendant une partie du Bal, et pourtant son autre personnalité semblait n’avoir conscience de rien qui ressemble à une de ses prises de contrôle. Chris n’avait repris ses esprits qu’après avoir été assommé par un détachement de l’Equipe Varia. Cependant cet évènement semblait avoir réveillé une peur ancestrale des Mutants chez Eva, et ainsi cette dernière avait déserté l’Institut et refusait de prendre tous les appels de James sur son portable pour tenter de lui parler.

    Il ouvrit cependant les yeux rapidement entendant des bruits de pas dans la forêt. Il se redressa rapidement et trouva finalement l’origine de ses bruits de pas avec un léger sourire. Une silhouette connue traversa la forêt en passant sous son arbre et en allant vers le Parc au cours d’un Footing. Il la laissa ainsi finir sa course et se reposer avant d’arriver derrière elle, ayant sauté de la cime des arbres avec la souplesse d’un chat, il ne fut pas surpris qu’elle ne se retourne qu’au moment de son avancée vers elle.


    « Ouep merci ca va parfaitement bien, et toi ? »

    Il sourit, la conversation démarrait comme s’ils ne s’étaient tout simplement pas vus depuis le dernier soir. Il vit ensuite Eva s’approcher timidement de lui et la laissa faire. Elle se colla ensuite à lui, il la vit ensuite rougir en levant la tête et en s’expliquant et s’excusant de son comportement de ces derniers temps.

    Il l’écouta et retint un soupir quand elle parla de sa partie inconsciente, il devait bien avouer qu’en ce moment il ne savait pas trop à quoi s’en tenir, cependant Jason certifiait que mentalement il était impeccable et tout à fait apte au service.

    Il sentit ensuite les lèvres d’Eva sur les siennes et l’enlaça aussitôt tendrement avant de lui rendre son baiser de manière aussi sensuelle et amoureuse que possible. Il la regarda ensuite dans les yeux et répondit à sa petite tirade.


    « Tu n’as pas à être désolée Eva, chacun à en nous des peurs insurmontables, mais ne compte pas sur moi pour te dire les miennes ! Cependant, pour redevenir plus sérieux, je comprends parfaitement que tu puisses avoir peur de nous. Et je sais aussi que tu sais que je ne te ferais jamais de mal. Je t’aime aussi Eva Linberg, et j’aimerais passer sur ce petit problème pour mener une vie pratiquement normale avec toi ! Oui pratiquement parce qu’avec Lucas et Dakota ca me semble compromis le totalement calme ! »

    Il termina sa phrase par un petit clin d’oeil avant de serrer sa bien aimée contre lui, comme pour la rassurer et lui montrer qu’elle serait toujours en sécurité ici, dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [D]étente après un footing (PV)   Dim 10 Fév - 0:53

Citation :
Mme Linberg,

Nous avions bien pris en compte votre demande mais nous sommes dans l'incapacité de vous fournir les documents que vous nous avez demandé. [...]
Au nom de toute l'administration russe, je vous prie d'agréer nos sincères excuses.

    Eva reposa la lettre qu'elle tenait dans ses mains et soupira. Une nouvelle fois, elle rencontrait des difficultés à découvrir la vérité autour de sa personne. A croire qu'on s'était amusé à effacer la moindre preuve de son existence. Pourtant, ses dernières visions la confortaient dans l'idée que son amnésie n'était pas naturelle. On l'avait provoqué. Pourquoi? Comment? Où? Quand? La tête remplie d'interrogation, elle s'effondra de fatigue sur son canapé. Durant de longues minutes, elle contempla le blanc immaculé de son plafond avant de tourner son regard vers l'horloge sur pied de son salon.

    "Allez ma vieille, un footing ne te ferait pas de mal"

    Toutefois avant d'aller se changer, elle attrapa son téléphone portable et se résolut à réserver un vol New York/Moscou. Si les informations ne venaient pas à elle, elle irait aux informations. Quoiqu'il lui en coûte, elle découvrirait la vérité. Pour elle, mais aussi pour Dakota. Jamais elle ne pourrait devenir une bonne mère tant qu'elle n'aura pas la clé de son passé oublié ou volé. Un bon quart d'heure plus tard, elle prenait le volant de sa newbeatle et fonçait vers l'extérieure de la ville pour rejoindre la forêt. Après, vous connaissez la suite, elle courra pendant plus d’une heure avant de se rendre compte que ses pas l’avaient mené en plein parc du manoir. Comme un retour à la case départ. Voilà une semaine qu’elle était partie comme une voleuse, embrassant sa fille d’un tendre baiser sur le front. Eva n’avait pas eu le courage d’aller dire au revoir à Chris. Elle ne pouvait pas par lâcheté. Ce soir là, la jeune femme avait senti son cœur se serrer au point qu’elle cru un moment qu’il allait exploser. Pourquoi avoir fui l’homme de sa vie ? Tout simplement parce qu’elle avait peur de lui, des mutants, de ce qu’ils pouvaient faire. La puissance qu’ils abritaient en leur sein, lui faisait vraiment peur sans qu’elle ne comprenne d’où ça venait.

    Perdue dans la contemplation de l’Institut Munroe, elle ne prit pas garde à l’homme qui s’approchait d’elle. Ce n’est qu’au dernier moment qu’elle le remarqua. Alors, son cœur commença à battre la chamade, ses mains devenir moites. Bref, elle retombait amoureuse de cet homme qu’elle avait quitté sans un mot. Maladroitement, elle le salua d’un bref "Hey ! Salut, tu vas bien?". Je vous accorde que c’était plus pathétique qu’autre chose mais elle restait une personne inapte aux relations sociales. A croire que ce petit rat de bibliothèque était une bonne russe, incapable d’exprimer ses émotions. Quand on savait qu’elle avait mis trois ans à se déclarer à Chris, vous ne pouvez que voir son désastre en amour.

    « Je vais bien merci. »

    Non elle n’allait pas bien mais elle ne se l’avouait même pas à elle-même alors l’avouer à Chris, n’en parlons pas. Timidement, presque craintivement, elle s’approcha de lui, jusqu'à être à quelques millimètres de lui. Eva posa doucement ses mains sur sa taille, comme pour s’assurer qu’il ne partirait pas et qu’elle n’était pas sujette à une illusion. Depuis une semaine, elle ne cessait d’être hantée par des rêves plus terribles, les uns que les autres. Dans certains, Chris s’amusait à la tuer à petits feux, dans d’autres, il la quittait ne voulant pas fréquenter une femme aussi lâche ou dans une minorité, il se séparait d’elle pour sortir avec une femme mutante. Dans tous les cas, elle s’éveillait en sursaut, complètement trempée. La tentation alors d’appeler son petit ami se faisait très forte mais elle se refusait à craquer. Dieu seul savait sa capacité en cas de besoin, d’agir sans prendre en considération ses sentiments. Seulement, là, il était bien présent, elle pouvait le toucher, elle pouvait s’excuser et peut-être reprendre là où elle avait laissé leur relation. C’est ce qu’elle s’employa de faire. Chris la serra alors dans ses bras, et elle ferma les yeux de bonheur.

    « J’aimerais tant ne pas ressentir cette peur. Je ne la comprend pas ou peut-être que j’ai peur de la comprendre. L’autre soir, j’ai eu comme un flash de mon passé. Il y avait un mutant, il me faisait si peur Chris et il le savait. C’est incohérent. Je suis arrivée à l’orphelinat à quatre ans et dans ma vision, j’en avais peut être une douzaine. Je sais que je n’aurais pas du fuir. Décidément, je fais une bien piètre mère ou petite amie. A croire que les Winchester m’ont transmit le goût de la fuite en avant. »

    Eva eut un triste sourire avant de se reculer pour s’écarter des bras de Chris. Pas qu’elle ne veuille plus de lui mais elle venait de courir et elle n’était plus trop fraîche. Voyant son incompréhension, elle s’expliqua rapidement. Eva n’aimait pas être à son désavantage alors elle préférait écourter leur retrouvaille pour aller prendre une douche.

    « Une femme se doit d’être présentable devant son compagnon ! C’est ce que l’on m’a toujours enseigné. »

    Ingénue, elle lui fit une petite moue badine avant de prendre sa main et de se diriger vers l’Institut. A la façon dont elle serrait la main de Chris, on pouvait sentir son degré de stress. Pourtant, malgré sa peur, elle continuait d’avancer vers le bâtiment puis une envie complètement idiote la prit et elle regarda Chris en souriant avant de se mettre à courir puis arrivée près de la piscine, elle se déchaussa, enleva sa veste et son Ipod et sauta carrément dans l’eau pour remonter, complètement hilare.

    « Ouah, je pensais pas qu’elle serait si froide. Vous me rejoignez monsieur Folley ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [D]étente après un footing (PV)   Mar 12 Fév - 1:09

    Citation :
    Rapport d’Autopsie du Sujet B-5598

    Lors de l’opération nous avons retrouvé des doses massives d’une toxine inconnue dans le système sanguin du sujet. Nous pouvons pratiquement affirmer que le comportement inhabituel et meurtrier de ce dernier avant sa mort est directement lié à cette mystérieuse toxine.

    Nous avons pour le moment décidé d’utiliser le terme de Toxine B-589 pour la désigner. Il semblerait qu’elle ait été crée de façon totalement artificielle et nous ne pouvons qu’émettre des hypothèses sur son lieu d’origine.

    Cependant nous pouvons aisément affirmer que les moyens mis en œuvre pour sa création ont du être assez considérables. Il y a donc tout lieu de penser que cette action a été commise par un Grand Groupe possédant de bonnes connaissances dans le domaine Médical et des diverses Toxines.

    Chris soupira du haut de son arbre après avoir lu ce rapport confidentiel de l’autopsie pratiquée sur le corps ramené de la fête du Nouvel An. Les Scientifiques ne faisaient que tourner autour du pot, mais Chris avait très bien compris de quoi il s’agissait, il semblerait que l’Organisation ait décidée de se mettre en mouvement. Cependant notre Agent de Terrain favori ne savait pas si les hautes huiles de la FPO avaient jugé bon de communiquer cette information aux alliés divers comme la Commission. Et honnêtement il s’en fichait un peu, il n’était franchement pas l’homme le plus doué de toute la FPO pour la diplomatie, mais il ne s’en plaignait pas vraiment.

    « Bah à quoi bon se tourner le cerveau dans tous les sens aussi vite ? On va attendre les informations et les ordres de plus haut et ensuite on s’y mettra ! »

    Oui il est vrai que Chris pouvait paraître parler seul, cependant il s’adressait aussi à son autre personnalité, qui était tout aussi intéressée que lui par cette affaire. Surtout que la perte de contrôle subite durant le Bal était arrivée de façon trop proche de la déclaration de l’infection pour n’être due qu’au simple hasard. Mais bon comme nos deux compères n’avaient pas d’informations il s’en remettaient aux services informateurs pour le moment. Mais après si cela traînait trop ils allaient mettre la main à la pâte.

    - Oublie pas qu’on a aussi ta progéniture présente et future à surveiller gamin ! -

    *Tu me casses les pieds Kyubi ! Je sais bien qu’on doit veiller sur Lucas et Dakota tant qu’Eva ne décidera pas de revenir dans le coin et que je ne suis pas fait pour ça. Mais bon ce n’est pas une raison de me le rappeler sans cesse...*

    - J’arrêterais de te le rappeler le jour où tu prendras ce boulot au sérieux et que tu éviteras de changer de place avec moi à chaque fois qu’on doit le faire ! -

    *Mais les enfants t’adorent !*

    - Alors à quoi bon me donner une apparence Démoniaque hein ? Tsss si les 8 autres me voyaient.... -

    *Ils se ficheraient de ta tronche oui on sait !*

    - .... -

    *Rooohhh fais pas la tête !*

    - Tais toi et descend de cet arbre, il y’a ta femelle qui s’approche... -

    *Je t’ai déjà dit de perdre cette habitude de parler comme si tu étais un animal ! Enfin bref toujours est-il que tu as raison. Donc on en reparlera après, mais tu n’y échapperas pas !*

    - C’est plutôt toi qui es sauvé par le gong non ? -

    Ce fut sur cette parole charmante que Chris préféra rompre le lien qui l’unissait quelques secondes avant avec son autre partie. Il descendit prestement de l’arbre avec toute sa félinité naturelle et s’approcha ensuite discrètement de la jeune femme qui s’était aventurée dans les bois...

    - Si jamais tu penses à « Loup y’es-tu ? » je te promets de te botter l’arrière train la prochaine fois... -

    S’abstenant de penser à une quelconque réponse, Christopher signala sa présence doucement en toussotant et vit la jeune femme se retourner aussitôt. La conversation démarra sur des banalités qui firent bailler le renard tapi dans les profondeurs du crâne de Chris, mais ce dernier l’ignora et préféra se concentrer sur Eva.

    « Tant mieux ! »

    Il fut soulagé de constater que le renard ne fit aucune remarque, et put ainsi se concentrer sur son objectif présent, lancer la discussion avec Eva Linberg.

    Elle s’approcha alors, à son plus grand bonheur, de lui et bientôt posa même ses mains sur son torse. Ce contact le réchauffa intérieurement et il crut même sentir un léger sourire chez l’animal qui lui servait de colocataire mental. Il s’employa alors à la serrer dans ses bras pour tenter de la rassurer, le tout après lui avoir dit ce qu’il ressentait vraiment. Il écouta ensuite sa réponse d’une oreille attentive et y répondit également.


    « Bah tu sais le passé n’est rien de bien fiable si l’on ne se fie qu’aux enseignements oraux, regarde pour moi ! Je pourrais te dire tout un paquet de choses que j’ai en tête, mais quant à te les prouver, ça...

    Et tu sais on à tous besoin d’être seuls parfois, et puis la petite Dakota est solide, et ce n’est pas peu dire ! Et avec ce cher Lucas ils forment une équipe de choc pour me mener la vie dure. Mais ta fille ne semble pas t’en vouloir, enfin de mon avis. Après il faudra sûrement lui demander pour la suite. »


    Il la vit ensuite s’écarter et la regarda avec une lueur d’incompréhension, elle lui expliqua alors le problème et il sourit avant d’acquiescer pour signaler qu’il comprenait parfaitement.

    « Et bien on ne t’a pas appris que des trucs inutiles à ce que je vois donc ! »

    Pour Chris il y avait certaines notions de mondanité qu’il jugeait superflues, mais qu’Eva classait au dessus de tout. Ce léger désaccord suscitait toujours des moqueries de la part de son compagnon, mais Eva semblait s’en être accommodée à la longue.

    Il la suivit donc vers l’Institut tout en sentant sa main se contracter dans la sienne, il la serra également plus fort pour lui témoigner de sa présence, mais fut plus que surpris quand il la sentit bifurquer vers la piscine.

    Cependant la surprise arriva à son paroxysme quand il vit sa petite-amie plonger dans l’eau après avoir enlevé son I-Pod, ses chaussures et chaussettes ainsi que sa veste.


    « ...Alors toi... »

    Il haussa les épaules en signe de résignation et se prépara lui aussi à sauter dans le bain, mais lui prit la précaution d’aller chercher des affaires faites pour en quatrième vitesse. En clair le temps que sa bien aimée ne cligne des yeux. Il plongea ensuite et s’approcha d’elle en nageant avant de s’exclamer.

    « Qui êtes vous et qu’avez-vous fait d’Eva Linberg ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [D]étente après un footing (PV)   Mer 13 Fév - 13:47

    "J'aimerais juste savoir qui je suis. Comment construire quelque chose quand je ne sais même pas comment je m'appelle ni d'où je viens. J'aimerais tant connaître mes racines."

    Eva plongea son magnifique regard dans celui de son compagnon. On ne pouvait passer à côté de cette lueur de fragilité. Rares étaient les personnes capables de dire qu'ils l'avaient vu mais elle était bien là, tapie au fond d'elle-même. Pour le commun des mortels, Eva n'était qu'une femme froide et insensible, incapable de compassion. Peut-être que oui, peut-être que non. La jeune femme peinait à se montrer spontanée, à rigoler ou même à esquisser un sourire. En toute circonstance, elle restait maître d'elle-même. Enfin pas toujours car dans ses rêves, c'était une autre paire de manche. Son plus grand malheur fut d'avoir confié ses songes à son grand frère de cœur. Dean s'était à moitié étranglée en buvant sa bière avant de lui ébouriffer les cheveux. Pas de sa faute si ses rêves étaient à haute teneur en érotisme. A 28 ans, elle n'avait toujours rien fait avec un homme. Elle se réservait pour le mariage mais plus elle fréquentait Chris, et plus elle sentait ses bonnes résolutions faiblir. Encore un peu, et elle le supplierait à genoux (XD).

    Le couple échangea une brève mais tendre étreinte avant qu'elle ne repousse Chris pour cause d'hygiène douteuse. Elle venait de courir plus d'une heure et demi alors autant dire qu'elle devait coller et être moite. Eurk, elle ne voulait pas infliger ça à son chéri quand même. Eva n'était pas sadique à ce point. Une nouvelle fois Chris la taquina sur ses "bonnes manières" qu'il jugeait de temps en temps complètement superflu. A croire que dans une vie antérieure la belle Eva avait été une princesse ou quelque chose dans ce genre.

    "Moque toi autant que tu veux chéri mais un jour où l'autre j'arriverais à t'inculquer des bonnes manières."

    Puéril car rassurée sur son couple, elle s'autorisa un tirage de langue dans les règles de l'art avant commencer à marcher en direction du manoir, sa main dans celle de Chris. Plus la distance s'amoindrissait et plus elle serrait cette main si chaude et rassurante. Son petit-ami du sentir son mal être car il intensifia son étreinte. Sans prévenir, elle s'écarta de lui pour prendre la direction de la piscine, comme piquée par une abeille. Elle se déshabilla légèrement puis plongea dans la piscine, remontant complètement hilare. Chris la rejoignit et elle remarqua qu'il se trouvait en maillot de bain. Amusée, elle secoua sa longue crinière brune avant de nager pour se retrouver dans ses bras.

    "Tu n'es qu'un tricheur ! Et c'est bien moi, un peu de folie ne fait pas de mal et je crois que j'en ai besoin. Tu vois, tu es un bon professeur mon amour même si j'avoue que j'aimerais bien que tu m'inities à un autre genre de folie."

    Se rendant compte de ce qu'elle venait de dire, elle piqua un fard monstrueux avant de cacher sa petite tête à connerie dans le creux du cou de son Chris adoré. Se rendant compte que sa timidité était un peu futile, elle pouffa de rire avant d'embrasser son homme. Il y avait quelque chose dans l'air pour qu'elle se sente aussi libérée? Peut-être y avait-il un mutant derrière tout ça ! Peut-être n'était simplement qu'heureuse d'être dans les bras de son petit-ami.

    "Je t'ai manqué au fait?" lui demanda-t-elle avec un mignon petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [D]étente après un footing (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[D]étente après un footing (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Détente après avoir frôlé la mort avec un psychopathe... [Josh" et Viva']
» Détente après l'entraînement
» Moment de détente après un gros entrainement (Pv Maria Miller)
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Chronicles™ :: • ARCHIVES • :: Avant Fermeture-
Sauter vers: