AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De vieux comptes à régler ## PV Liam ##

Aller en bas 
AuteurMessage
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Sam 12 Jan - 22:30

    Penelope, comme toujours, avait un horaire très chargé. Dean ayant été appelé sur une scène de crime très tôt ce matin, la jeune femme devait trouver une façon d’arriver à tout faire en même temps, c’est-à-dire, veiller sur ses filles, faire les courses, et donner un cours à l’Institut. Un horaire chargé, mais à force, elle avait pris l’habitude et se débrouillait plutôt bien. La mutante avait pris soin de diminuer sa charge de travail et apprenait désormais à déléguer. Pour son plus grand bonheur, elle formait une excellente équipe avec Eva, la nouvelle directrice. Penny se réjouissait de la nouvelle relation beaucoup plus amicale et chaleureuse qu’elle entretenait avec sa collègue. Si, au début, elle avait eu du mal à accepter son arrivée, c’est avec humilité qu’elle avait finalement avoué ses torts. Une amitié naissante voyait peu à peu le jour entre les deux demoiselles. Elle avait bien évidemment remarqué que Dean appréciait les efforts qu’elle avait fait pour tenter de faire connaissance avec Eva, qu’il considérait depuis longtemps comme sa petite sœur de cœur. Un sourire tendre effleura ses lèvres en songeant à son mari. Les choses avaient tant changé depuis sa venue dans sa vie !

    Penny ne croyait plus en l’amour depuis belle lurette, et lui, il avait rallumé cette étincelle d’espoir. Il lui avait offert ce dont elle avait toujours rêvé, une famille. Dire qu’aujourd’hui, elle adorait faire les courses pour ceux qu’elle aimait. La jeune femme dissimulait un instinct maternel très développé, et maintenant qu’elle avait la chance de vivre auprès de ses filles, de son mari, il reprenait le dessus. Elle avait même accepté de prendre des cours de cuisine ! Penelope se révélait une vraie quiche dans le domaine culinaire, même avec un bon professeur, qui heureusement, ne perdait pas facilement patience. Jusqu’à maintenant, elle maîtrisait l’art de faire des crêpes et des desserts. Pour le reste, je vous conseille fortement de refuser si un jour elle vous invite à dîner (XD). Pour vous donner une idée, la demoiselle conduisait pratiquement aussi bien qu’elle cuisinait. Vous comprenez maintenant pourquoi Dean refuse catégoriquement de la laisser approcher sa merveille, la fameuse antiquité qui lui servait de voiture. D’ailleurs, dernièrement, il lui avait proposé de lui fournir un chauffeur. Il avait prétexté qu’il préférait éviter de passer deux autres semaines dans un hôpital à attendre son réveil. Penny avait dû lui promettre de faire preuve d’une prudence extrême pour le rassurer.

    Trois heures plus tard, elle avait enfin terminé les courses et se garait devant un mignon petit café qu’elle affectionnait. Penelope s’arrêtait ici lorsqu’elle avait un peu de temps libre, parce qu’elle appréciait beaucoup l’ambiance. Leur café ne valait pas le sien, mais elle pouvait s’assurer de trouver un instant de calme dans cet endroit charmant. Et elle avait bien besoin d’un petit remontant après cet après-midi terrible. La mutante avait eu beaucoup de mal à supporter la vision de toutes ces femmes enceintes, ou accompagnées de bébés. Elle avait dû se mordre les élèves pour éviter de laisser les larmes coulées. La jeune femme s’en voulait d’être aussi sensible, mais elle était encore blessée par les révélations de son époux. Elle avait ressenti la vive envie de l’appeler, simplement pour entendre sa voix, ou mieux, de passer à la NYPD pour se blottir dans ses bras. Évidemment, elle avait vite oublié cette idée. Pas question de déranger Dean en pleine enquête. Avec un peu de chance, il ne rentrerait pas trop tard et elle pourrait espérer une soirée en famille pour oublier sa tristesse.

    Penny poussa la porte du café et soupira en apercevant l’endroit plein à craquer. Génial ! Elle qui avait espéré un peu de calme et de tranquillité. La demoiselle commanda tout de même un café et chercha une place des yeux. Elle aperçut un jeune homme, assis seul à une table. N’étant pas d’une nature timide, elle s’approcha de l’inconnu pour lui demander s’il ne voyait aucun inconvénient à ce qu’elle prenne place à sa table. Penelope lui sourit gentiment, et s’adressa à lui. Après tout, quand on a auparavant dragué la moitié de la population masculine de New York, on ne voit pas de problème à poser une simple question au premier inconnu (XD).

    « Pardon de vous déranger, mais cette place est libre ? L’endroit est plein à craquer, et comme vous êtes seuls, je peux m’asseoir à votre table ? Ne vous inquiétez pas, je ne vous dérangerai pas, je sais me faire discrète ! »

    Puisque le jeune homme ne semblait pas s’offusquer de sa présence, Penny s’installa et but une gorgée de café, avant de lever les yeux vers lui. Elle avait beau lui avoir promis de se faire discrète, elle ne put s’empêcher de lui poser quelques questions. On ne pouvait pas exactement la qualifier de petite fouine, mais la demoiselle se montrait tout de même très curieuse en générale. Elle s’attirait bien souvent des ennuis, mais à force, on s’y habitue (XD).

    « Pardon, je suis curieuse, mais vous êtes ?... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Mar 15 Jan - 19:55

  • Remord : Nom masculin signifiant un sentiment douloureux, accompagné de honte, que cause la conscience d’avoir mal agi. Tout à fait ce qui lui correspondait en temps présent. Depuis la venue de JG à son loft, Liam n’avait pas beaucoup fermé l’œil. Il repensait à la douleur qu’il avait vu dans les yeux de la jeune femme. La même douleur qu’il ressentait de ne pas être aimé d’Haley. Comment une femme-t-elle que son Haley pouvait aimer un homme tel que lui. Il n’y en avait que pour ce Winchester de malheur. Pourtant, il était doté d’un physique très avantageux, et il n’était pas plus con qu’un autre mais c’est vrai que son compte en banque n’affichait pas une dizaine de zéro au compteur. Ce constat pour le moins amer acheva de lui gâcher le moral. Voila deux semaines qu’il était sorti de l’hôpital et si son bras qui en réalité n’avait une qu’une toute petite fracture rapidement guérie, sa jambe continuait de le faire souffrir le martyre mais rien de comparable à la douleur de son cœur. Une nouvelle fois, il avait fait souffrir la belle Jazmin Grace. Liam aurait du résister, ne pas l’embrasser, ne pas lui donner de faux espoirs mais ce soir là, il s’était retrouvé dans un tel état de détresse que la moindre attention, le moindre geste de tendresse relevait d’un véritable don du ciel. Alors avait-il craqué mais pourquoi au final ? Pour que sa JG souffre plus qu’auparavant ? Elle ne méritait pas ça. Encore heureux pour lui, Dean ne semblait pas au courant, sinon, il serait déjà mort à l’heure qu’il est. Sa mâchoire se rappelait encore de la dernière fois.

    Depuis cette fameuse soirée donc, il y a maintenant deux jours, Liam écumait les bars la nuit et l’agence pour l’emploi le jour. Toujours pas de boulot en vue et son compte en banque criait à la famine. Pour tout vous dire, il ne savait même pas comment il ferait pour payer le loyer de son loft le mois prochain. La traversée du désert ne faisait que commencer. C’est au détour d’une ruelle qui percuta une jeune femme, blonde comme les blés au sourire enjôleur. Jazmin Grace. [Passage écrit en collaboration avec ladite demoiselle]. Celle-ci le regardait exactement comme au premier jour, sans aucune trace de souffrance ou de peine. Liam en fut grandement étonné dans la mesure où il connaissait suffisamment la jeune femme pour savoir qu’elle n’arrivait jamais à cacher ses émotions. JG l’entraîna alors dans un café bondé et le força pratiquement à s’asseoir à une table.

    [Salut ! Comment ça va ?] lui demanda-t-il assez penaud.
    [Hii bien ! Tu es exactement la personne que je cherchais !]
    [Ecoute pour l’autre soir..]
    [Taratata ! J’ai encore des problèmes avec ma conscience mais ça va aller ! Je savais à quoi m’attendre en venant te voir. Tout va bien pookie]
    [Si tu m’appelles ainsi d’accord je te crois ! Alors pourquoi tu me cherchais ?]
    [Voila, tu cherches toujours du boulot ?]
    [Oui pourquoi ? Oh non je bosserais pas pour ton frère. Hors de question, il peut se brosser]
    [Et pour moi ? je veux dire, tu accepterais de bosser avec moi ?]

    Jazmin Grace lui confia alors tout un dossier rouge intitulé : Winch Détective & Co. Il s’agissait tout bêtement d’une agence de détective qu’elle comptait ouvrir incessamment. Liam s’interrogea sur ses réelles motivations mais elle resta assez vague. Toutefois, il ne passa pas à coté de cette lueur de malice au fond de son regard. La même que son frère quand il se lançait dans une enquête. Se pourrait-il que tous les Winchester aient la fibre aventurière finalement ? Durant les trois heures qui suivirent, les deux associés parlèrent accords financiers, d’immobiliers, d’enquête etc.. Jazmin Grace voulait continuer à peindre mais elle ne voulait pas être qu’une artiste. Elle voulait également agir et aider les autres et puis à force de toujours observer les gens, il vient un temps, où on veut prendre part à la vie. Et non être une simple spectatrice. Quelque chose avait changé en elle, la rendant plus mûre, plus séduisante aussi. Toutefois, ne connaissant rien au métier de detective, elle avait besoin d’un professionnel et Liam lui correspondait tout à fait. Son passé dans les divers milieux criminels ne pouvait être qu’un plus et puis elle lui faisait confiance. D’ailleurs, elle ne du pas faire beaucoup d’effort pour le convaincre puisqu’il accepta après qu’elle lui eut présenté le projet. Emballé, l’ancien flic signa le contrat, faisant de lui, un nouvel homme. Son seul problème était que pour le moment, sa jambe l’empêchait de se lancer dans une quelconque enquête mais JG balaya son argument d’un geste de la main. Après tout, il fallait d’abord monter l’agence etc. Ils avaient encore du temps devant eux.

    Quand Jazmin Grace le quitta, il continua de lire le dossier qu’elle lui avait laissé. Mine de rien, la petite s’en était donné à cœur joie tellement il était bien monté. Nul doute la dessus que son frère Samuel avait du passer par là. Des deux frangins Winchester, Liam était plus proche de Sam que de Dean. Peut être parce qu’il ne ressentait aucune compétition avec lui. Peut être aussi que Sam se montrait un être beaucoup plus discret que son aîné. Une petite voix lui souffla aussi, insidieusement, que le fait qu’Haley ne soit pas l’ex femme de Sam aidait beaucoup à cette amitié. Plongé dans sa lecture, il ne remarqua pas la jeune femme qui venait de se poster en face de lui. Ce n’est que quand elle lui adressa la parole, qu’il releva la tête, pour la regarder, assez étonné. Pénélope Winchester, la femme de son ennemi juré. Plutôt belle femme pour tout vous avouer. Comment la connaissait-il ? Quand votre patron n’arrête pas de vous parler d’elle et qu’une photo traîne toujours sur son bureau, disons qu’après, vous ne pouviez pas la louper.

    « Oh mais installez-vous, je serais le pire des goujats si je n’autorisais pas une si charmante créature à s’asseoir. »

    Tout ça dit avec un sourire des plus charmeurs et cette étincelle de malice au fond de son regard. Quoi ? Ok ok ce n’est pas bien mais Liam tenait sa vengeance. Dean lui avait volé la femme de sa vie et bien il lui volerait la sienne. Le hic c’est qu’il n’arrêtait pas de voir les yeux bleus d’Haley ainsi que son mépris. Pourquoi est-ce qu’il se dégoûtait lui-même quand il draguait une autre femme ? Allez, mettons ces sentiments de côté, Liam voulait faire mal à Dean autant qu’il lui en avait fait. Pénélope ne tarda pas à l’interpeller et il cacha tant bien que mal un sourire amusé derrière sa barbe de deux jours.

    « Vous savez vous faire discrète hein hein ?! Je plaisante. Je m’appelle Liam O’Brien, et vous êtes Pénélope Winchester si je ne m’abuse. Je suis un ancien collègue de votre mari. Comment va-t-il d’ailleurs ? Aux dernières nouvelles, j’ai appris qu’il travaillait avec son ex-femme ? »

    Sourire innocent, gueule d’ange à qui l’on donnerait le bon dieu sans confession. Qui aurait pu croire qu’il avait dit cela dans l’intention de nuire à ce Winchester de malheur ? Alors, sa femme était-elle au courant de ce fait ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Jeu 17 Jan - 2:32

    Penelope se surprit à rougir aux dires du jeune homme. Elle, qui maîtrisait l’art de la drague mieux que quiconque, sentait ses jolies joues se colorer au moindre compliment ?! C’était peut-être du au fait qu’elle avait maintenant l’habitude qu’une seule personne lui parle de cette façon et sur un ton aussi charmeur, son mari. La demoiselle s’installa donc, sans trop savoir comment réagir. Pour dire vrai, elle était complètement perdue. Auparavant, lorsqu’un aussi beau mec lui adressait la parole, elle n’hésitait pas une seule seconde, et armée de son sourire irrésistible, elle le draguait, et en moins de temps qu’il ne le faut pour dire ouf, ils terminaient la soirée au lit. Sans même utiliser la télépathie, elle voyait clair dans le petit jeu de son interlocuteur, le regard malicieux qu’il posait sur elle prouvait hors de tous doutes qu’il avait bel et bien une idée en tête. Sans trop réfléchir, elle lui répondit, du tact au tact. Penny avait beau être diplomate, dans la vie de tous les jours, elle avait cette manie incorrigible de penser après avoir ouvert la bouche. Elle avait un véritable don pour se mettre les pieds dans les plats. Rachel avait d’ailleurs hérité de ce trait de caractère. Même si Dean ne semblait pas s’en formaliser, la jeune femme tentait par tous les moyens de corriger ce petit défaut. En même temps, on ne peut pas lui en vouloir. Tout le monde craquait pour son petit côté gaffeur et maladroit.

    « Merci, c’est très gentil de votre part, vous savez, vous n’êtes pas mal dans votre genre, vous aussi ! »

    Penny regretta bien vite ses paroles et se mordit intensément la lèvre, en jetant un regard désolé à son alliance. Par ces simples mots, elle avait l’impression de trahir l’homme qu’elle aimait par-dessus tout. Pourtant, elle n’avait aucunement l’intention de passer une nuit dans les bras de Liam O’Brien. Elle était absolument dégoûtée à la seule idée de tromper Dean. Ce type avait peut-être tout du mec charmant et sexy, mais Penelope ne craquerait jamais à ses avances, ni à celles de tous les autres hommes vivant sur cette Terre. Elle avait laissé échapper cette réplique par réflexe. Pendant plus de huit ans, elle s’était comporté ainsi avait pratiquement tous les types un tant soit peu attirants qui avaient croisé son chemin depuis cette fameuse soirée dans un bar. Personne n’avait osé la draguer depuis un peu plus de six mois, compte tenu du fait qu’elle portait une alliance et que la plupart des journaux du pays avaient annoncé son mariage avec l’héritier de la fortune des Winchester. Apparemment, jusqu’à maintenant, personne n’avait été suffisamment suicidaire pour tenter de mettre la main sur cette ravissante demoiselle. Elle était peut-être mariée, mais elle possédait toujours ses atouts légendaires, son sourire éclatant et son regard malicieux. Les regards s’attardaient bien souvent sur sa jolie silhouette, mais c’est fou ce que l’idée d’avoir à rendre des comptes à Dean Winchester effrayait les hommes et leur enlevait toute envie de lui voler son épouse (XD).

    La suite de la conversation eut l’effet d’une bombe sur la jeune femme. Elle cacha tant bien que mal le désarroi qui l’animait. Liam venait de lui annoncer que son mari bossait avec Abby, celle avec qui Dean l’avait trompé quelques semaines plus tôt. La peur et la tristesse s’empara à nouveau d’elle, même si elle lui avait fait la promesse de ne plus douter de lui et de l’amour qu’il lui portait. Elle ne pouvait toutefois pas s’empêcher d’imaginer les pires scénarios possibles et imaginables. Son cœur se serra à l’idée de les retrouver enlacés, de voir cette femme lui arracher la personne qui comptait le plus à ses yeux. Elle ne voulait pas le perdre, Penny ne supporterait jamais d’être séparée de cet homme pour qui elle était prête à donner sa vie. La demoiselle tenta d’éclaircir ses idées, de faire le tri dans ce flot d’émotions qui l’empêchait de dire quoique ce soit. Elle était blessée, meurtrie par cet autre mensonge. La perspective de se venger, d’oublier sa douleur dans les bras de Liam se révélait de plus en plus attirante. Penelope, malgré son apparence angélique, cachait, elle aussi, une part de ténèbres, comme tout être normalement constitué. Dean balayait habituellement du revers de la main toutes ses appréhensions, mais il était présentement, la cause même de cette colère mêlée à la souffrance. Les yeux de Dean, d’un bleu si pur, se dessinèrent dans son esprit, et les remords lui nouèrent la gorge. Son mari était l’une des personnes les plus intègres et honnêtes qu’elle est connue au cours de son existence. S’il s’avérait que Liam disait vrai, elle crut bon de se persuader qu’il s’agissait d’une relation strictement professionnelle.

    « Dean va très bien. C’est possible qu’il bosse avec son ex-femme, il a peut-être tout simplement omis de m’en parler ! Assez parler de mon mari. Qu’est-ce qui t’amène ici, Liam ? Je viens fréquemment dans ce café, et c’est la première fois que je t’y croise ! »

    Penelope tentait de se convaincre de l’innocence de son époux en affirmant tout haut qu’elle avait confiance en lui. On lisait pourtant très clairement dans ses beaux yeux marron qu’elle était rongée par le doute. La jeune femme gardait tout de même le sourire. Elle poursuivit la conversation, sur un ton normal. Trop concentré à étudier le cas de son mari, elle n’avait pas remarqué qu’il avait parlé d’Abby, uniquement dans le but de troubler la demoiselle…

    « Tu sembles en connaître déjà beaucoup sur moi ! Alors, tu fais quoi comme boulot ? Avec une si jolie gueule, ça ne m’étonnerait même pas que tu répondes mannequin ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Lun 21 Jan - 1:30

    « Je sais, on me le dit souvent ! »

    Taquin, Liam lui adressa un clin d’œil complice. Cette femme était vraiment belle et il sentait sa nature généreuse et douce. Winchester avait de la chance de l’avoir car nul doute sur le fait qu’elle devait faire un malheur dans le passé avec son sourire à croquer. Toutefois, aussi improbable que la pape devienne nudiste à Saint Tropez, elle le laissait de glace. Elle lui plaisait, comme toutes les femmes belles et sensuelles de la Terre mais il ne désirait pourtant pas la mettre dans son lit. En fait, il n’y en avait qu’une : Haley. Son Haley qu’il rejetait malgré l’insistance quelques minutes plutôt de Jazmin Grace. Il la soupçonnait d’ailleurs, de vouloir les mettre ensemble pour soulager son karma mais c’est ce qui la rendait si unique à ses yeux. Pénélope semblait gênée du compliment qu’elle venait et en suivant son regard, il en comprit rapidement la raison. Femme mariée fidèle ? Chapeau, c’était de plus en plus rare surtout dans une aussi grande ville que New York. Continuant de lire son dossier comme si de rien n’était, il en fut tiré par Pénélope qui lui demandait son identité. Galant, il se présenta avant de lui demander si elle était bien Pénélope Winchester. Question qui trouva son affirmation très rapidement. Inutile de vous dire qu’il ne résista pas à l’idée d’enfoncer son rival. Pour cela, il demanda innocemment à Pénélope des nouvelles de son mari en précisant à cette dernière que ce dernier travaillait avec son ex-femme. Et voila comment on brisait un couple : le manque de confiance.

    En face de la jeune femme, Liam pouvait voir en spectateur privilégié, toutes les émotions qu’elle afficha sur un beau visage. Une pointe de culpabilité effleura son âme en voyant la détresse que ses mots avaient provoquée en Pénélope. Elle ne lui avait rien fait alors pourquoi la faire souffrir ainsi ? Elle ne méritait pas cela mais il ne pouvait s’empêcher de vouloir détruire tout ce que Dean avait bâti. Pourquoi cette envie si puérile et gamine ? Par amour. Liam était désespérément amoureux d’une femme qui ne l’aimait pas pour la simple raison que Dean détenait les clés de son cœur. Ok, il se plantait royalement sur ce coup mais en amour, il débutait et il ne connaissait pas les subtilités. Si ça avait été le cas, il aurait compris qu’Haley l’aimait lui, et non son ex. En femme courageuse, Pénélope balaya cette information mais non dupe, Liam enfonça le clou.

    « Oui, ou il avait une bonne raison. Je suis sorti quelque temps avec Haley enfin Abby. J’ai fini par rompre car je me suis rendu compte qu’elle l’aimait toujours mais Dean est un homme fidèle, ce n’est pas comme s’il pouvait te tromper. En tout cas assez parlé de lui, tu as raison. Je viens rarement dans ce genre d’endroit mais dernièrement j’ai eu un accident, du coup j’ai préféré ne pas trop m’éloigner de ma voiture garée à une centaine de mètre de là. Et toi ? Tu fais une pause dans ta journée chargée ? »

    Charmeur, Liam lui adressa un sourire à faire fondre une banquise où comme dirait une certaine blondinette, à faire dégrafer les soutient gorge des femmes. Pénélope lui posa ensuite la question de son métier et il éclata de rire quand elle émit l’hypothèse du mannequina. Séducteur, il se saisit alors de sa main et lui offrit un doux baise main avant de faire signe à la serveuse.

    « Non, je suis sans emploi pour l’instant. Je travaillais à la NYPD mais je suis en passe de me reconvertir en détective privé. Et toi Pénélope ? J’ai beau savoir bien des choses, je ne connais pas ton métier. Ton mari en rigolant m’a dit un jour que tu essayais de devenir une bonne mère mais que tu avais encore du mal. Je ne suis pas d’accord avec toi, je suis sûr que tu es parfaite dans ce rôle. »

    Dit avec le sourire et d’un ton chaleureux, personne ne pouvait mettre en doute ses paroles. Liam était passé maître dans l’art d’embobiner les gens et à moins qu’elle n’entre dans sa tête, pas moyen de savoir qu’il mentait pour discréditer son mari et surtout mettre à mal leur mariage.

    « Tu veux boire quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Lun 21 Jan - 4:20

    Si Penelope croyait retrouver son havre de paix dans cet adorable petit café, elle avait tout faux. Elle avait eu droit à un après-midi des plus horribles, et malheureusement, la jeune femme ne semblait pas au bout de ses peines. Avant de quitter l’Institut pour aller faire des courses, elle avait reçu un magnifique bouquet de lys et une boîte de ses chocolats préférés. Toute demoiselle normalement constituée aurait immédiatement été séduite par ce comportement chevaleresque et romantique. Mais un tel présent ne pouvait signifier qu’une seule chose : Dean ne rentrerait pas à l’heure prévue. Jour après jour, il lui promettait de revenir à temps à la maison pour dîner en famille. Penny n’espérait plus le voir rentrer avant 21h depuis bien longtemps. Elle se montrait, comme toujours, très compréhensive, ne lui reprochait jamais ses retards incessants, mais dans ses yeux brillaient parfois une lueur de tristesse mêlée à un certain reproche. Elle pouvait facilement supporter ses absences, certes, elle avait beaucoup de mal à dormir lorsqu’elle le savait hors de la maison, mais elle acceptait sa situation. C’est pour Maddison et Rachel qu’elle s’inquiétait. Penelope les bordait dans leur lit à tous les soirs, mais elle voyait bien que c’est leur père qu’elles réclamaient. Pourtant loin d’être timide, elle avait beaucoup de mal à avouer à son mari que les moments de tendresse en famille lui manquaient terriblement. Malgré ses airs indépendants et cette manie de toujours foncer tête baissée, la jeune mère se révélait très fragile, brisée par la vie. Elle avait très peu confiance en elle, même si les apparences semblaient dire le contraire. Bien souvent, elle redoutait les confrontations, comme si elle avait peur de détruire tout ce qu’ils avaient construit ensemble. Son mari avait fait plusieurs concessions, et maintenant, elle ne désirait qu’une seule chose, qu’il trouve enfin le bonheur qu’il méritait tant. Mais était-elle prête à sacrifier le sien, celui de ses filles ? Non.

    Le jeune homme avec qui elle discutait depuis maintenant quelques minutes se montrait charmant, galant. Il était le type de mecs qu’elle aurait mis dans son lit sans hésiter une seule seconde. Les choses évoluent et aujourd’hui, elle se savait incapable d’éprouver ne serait-ce qu’un peu de tendresse et d’amour pour un autre que Dean. Elle ne douterait probablement jamais de cette certitude bien ancrée dans son cœur, même si, actuellement, leur mariage battait un peu de l’aile. Rien de bien grave, Penelope, malgré toutes ses inquiétudes, avait foi en leur avenir, elle était persuadée que, peu importe ce qui adviendrait, rien ne pourrait jamais les séparer. La vie n’est jamais rose pour ce couple qui devait affronter mille et une épreuves, et bientôt, Liam insinua à nouveau le doute dans son esprit. Leur amour, bien que fort et puissant, était encore fragile, et cet équilibre précoce semblait une fois de plus, menacé par les paroles prononcées sans doute de façon inconsciente par un inconnu. Elle tenta, avec difficulté, de chasser une image qui lui causait un mal infini, mais elle revint à la charge lorsqu’il affirma qu’elle n’avait rien à craindre, après tout, Haley aimait peut-être toujours son mari, mais Dean ne la tromperait jamais. Penny serra les dents pour éviter de laisser échapper un hurlement. Il l’avait fait une fois. Recommencerait-il, au risque de la perdre ? Tenait-il suffisamment à elle pour repousser les possibles avances de son ex ? La jeune femme ne désirait qu’une seule chose, la présence de son époux. Elle voulait enfouir sa tête dans son cou, se blottir contre son torse, et entendre ses mots si doux et si rassurants. Penny aurait pu lui poser la question en s’adressant à lui grâce à la télépathie. Mais elle redoutait sa réponse, elle était terrorisée à la seule idée que ses pires cauchemars puissent devenir réalité.

    « Je suis désolée pour toi. Je ne savais pas qu’elle aimait toujours Dean, enfin, ça m’étonne, à vrai dire. Pas de chance pour l’accident, j’ai aussi connu, à force, je suis devenue un véritable aimant à problèmes ! Oui, je fais un arrêt ici par moment, habituellement, c’est beaucoup plus calme et infiniment moins bruyant. J’ai réussi à trouver un peu de temps dans mon horaire trop chargé. Quelqu’un doit se sacrifier pour faire les courses ! Mais dis-moi, tu as eu droit à quoi comme accident ? »

    Penelope se cachait comme bien souvent derrière ce masque qui ne la quittait que très rarement. Un beau sourire illuminait à nouveau son visage d’ange. Elle avait réussi à reprendre contenance. Son regard exprimait toujours une lueur d’inquiétude, mais seul Dean aurait pu le remarquer. Elle jouait son rôle à merveille. Avec le temps, elle avait appris à dissimuler ses véritables émotions, de sorte que personne ne pouvait lire ses pensées ou encore déchiffrer ses émotions. Son mari la connaissait trop bien pour se laisser duper par ses mimiques préfabriquées. Il possédait pratiquement un don, comme s’il arrivait à lire en elle comme dans un livre ouvert. Penny questionna ensuite Liam quant à son job, et à la blague, elle lui demanda s’il n’était pas mannequin. Le jeune homme, charmeur, attrapa doucement sa main, qu’il baisa, un sourire de tombeur sur les lèvres. Sur le coup, Penelope demeura interdite. Le malaise s’installa de son côté. Une fois de plus, ses joues se colorèrent d’une jolie teinte rosée. La demoiselle commençait à se poser de sérieuses questions quant aux intentions de Liam à son égard. Elle chassa pourtant bien vite cette pensée. Il était galant, et voulait se montrer charmant avec elle, rien de plus, rien de moins. Penny se mordit la lèvre, pratiquement jusqu’au sang, lorsque ce dernier affirma que selon Dean, elle était encore loin de représenter la mère idéale.

    « Eh bien, je tente tant bien que mal d’être une bonne mère, mais apparemment, on n’apprécie pas tellement mes efforts. J’ai encore du chemin à parcourir. Liam, il… il a vraiment dit ça ? Enfin non, laisse tomber, je ne veux pas t’embêter avec mes problèmes conjugaux. Je dois t’ennuyer à mourir à force de parler de moi. Alors, détective privé ? Pas mal comme boulot ! »

    Penny ne tenait plus en place. La jeune femme ne comprenait pas son époux. Elle tentait par tous les moyens d’être une bonne mère, une bonne épouse, mais elle avait l’impression, en écoutant Liam, que tous ses efforts étaient vains. Comme si, quoiqu’elle fasse, elle ne serait jamais suffisamment bien pour Dean Winchester. Certes, elle ne possédait aucun talent en cuisine, elle conduisait très mal, mais elle s’était toujours montrée attentionnée et douce avec ses filles. Penelope ne représenterait jamais la perfection, elle avait depuis belle lurette, cessé d’essayer de l’atteindre. Elle ne demandait qu’une vie normale, dans sa maison, avec sa famille. Soudainement, elle porta sa main à sa bouche, avant de s’excuser auprès de Liam.

    « Tu veux bien me commander un café noir, s’il te plaît ? Je dois aller au petit coin, je reviens dans quelques minutes ! Ne bouge pas Roméo, mine de rien, c’est sympa discuter avec toi. »

    Sans plus attendre, l’âme en peine, la jeune femme se dirigea vers les toilettes du café. Elle s’aspergea le visage d’eau glacée, pour calmer sa douleur, et cette curieuse envie de vomir. Impossible de contrôler ce mal de cœur et Penelope se retrouva bien vite dans l’une des cabines à rejeter tout ce qu’elle avait avalé depuis son réveil. Elle se releva finalement, un peu sonnée, une dizaine de minutes plus tard, avant de ressortir en vitesse retrouver le jeune homme.

    « Génial, après les pleurs, je me mets à vomir sous le coup de l’émotion. Manquait plus que ça… »

    Penny se réinstalla finalement devant Liam, attrapant sa tasse de café pour en boire une gorgée. Elle sourit au jeune homme, avant de continuer la conversation. Elle se sentait un peu mieux, quoique toujours un peu étourdie.

    « J’ai raté quelque chose ? Désolée, j’ai été un peu longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Lun 21 Jan - 20:10

    Qu’est ce qui lui prenait à la fin ? Pourquoi se montrait aussi fourbe, aussi lui ! Depuis des années, il manipulait les criminels pour atteindre ses objectifs mais c’était fini ce temps là. Liam était un civil et Pénélope non une criminelle, juste une femme mariée qui aimait son mari. Seulement voila, lui, il aimait éperdument une femme qui ne l’aimerait jamais. Pas assez beau, pas assez riche, pas mutant, rien de tout ça. Tout ce qu’il pouvait lui offrir c’était son amour mais est-ce que ça suffirait ? Il ne voulait même pas connaître la réponse, alors, il avait fui, comme à son habitude. Liam avait même prévu de quitter la ville, recommencer tout à zéro loin de New York. Avant JG et sa proposition de job. Retrouver un emploi honnête, avoir des objectifs dans la vie mais est-ce suffisant pour oublier sa première peine de cœur ? Liam en doutait. Il voulait vivre avec sa Dorothée, pouvoir l’inviter au restaurant, faire des trucs débiles que les couples peuvent faire. Toutefois, il ignorait le moyen de conquérir cette femme et à moins de tuer Winchester, il n’avait aucune chance de le vaincre à ce jeu là. Liam observa Pénélope, encaisser sans rien dire alors que lui, il se sentait le plus salop de tous les hommes sur Terre. Les remords lui nouaient l’estomac mais il n’arrivait pas à s’arrêtait tant il détestait son ancien ami. Liam se sentait trahi par Dean mais en même temps, ce n’était pas sa faute si Haley l’aimait toujours.

    « Je me suis fait renverser par une voiture ! Je crois que le conducteur ne m’aimait pas trop ! Je m’en suis bien tiré à croire que j’ai la tête dure à défaut de l’avoir pleine. »

    Liam rigola de sa bêtise mais il cherchait avant tout à détendre Pénélope, comme s’il cherchait à s’amender par ce simple geste. Voilà à quoi sa vie se résumait maintenant. Détruire l’existence de gens honnêtes. Sympa sa nouvelle occupation. Finalement, ce n’était pas un café qu’il lui faudrait mais bien un whisky. Quand Pénélope lui demanda si Dean lui avait vraiment dit ça, Liam éprouve beaucoup de peine pour elle. Cette femme ne méritait pas ça, elle n’avait rien à faire dans ce conflit, Dean non plus. A moins d’être sourd, aveugle et con, personne ne pouvait nier l’amour qu’il portait à sa femme. Tous les jours, on entendait parlait d’elle au travail, il avait des photos de sa famille dans son portefeuille, sur son bureau. Un vrai dingue avec sa femme.

    « Tu m’ennuis pas du tout ! Je suis content de t’avoir rencontré, depuis le temps que j’entendais parler de toi par Jazmin Grace. Encore une de mes ex ! Promis, c’est la dernière que tu connais à moins que tu connaisses les autres. Tu connais une certaine Maggie ? Non ? Tant mieux. »

    Exprès, il n’avait pas infirmé ni confirmé ses paroles sur Dean. Lâcheté ou fourberie, seul Liam le savait et encore. En réalité, il se battait contre sa conscience, décidément, bien bavarde ces derniers temps. Pénélope qui devenait de plus en pâle à mesure que leur conversation avançait, s’excusa auprès de lui pour se rendre au toilette. Galant, il se leva en même temps qu’elle et lui assura qu’il lui commandait son café. Chose qu’il fit tout de suite, se commandant lui-même un café. Liam tournait donc sa cuillière dans sa boisson chaude, en reflechissant. Devait-il continuer à torturer cette femme ou lui avouer la verité ? En y repensant, Dean n’y était vraiment pour rien si lui, n’arrivait pas à se faire aimer de sa fouine. Après tout, il avait connu la jeune femme avant lui et puis, Liam n’avait pas fait grand effort pour la séduire, se rendant compte trop tard qu’il l’aimait. Avec le recul, il se sentait dans la peau d’un gamin pueril et immature. Pénélope le rejoignit et en la regardant un peu mieux, Liam prit sa décision.

    « Pénélope, je te dois des excuses. Ce que j’ai dit sur ton mari, tout était faux mais avant que tu m’en colles une bien méritée, laisse moi t’expliquer mes raisons. Je suis amoureux fou d’Haley et je suis jaloux de Dean dans la mesure où il a tout ce que je n’ai pas. Il est riche, je suis au bord de l’interdit bancaire, il a un boulot assuré, moi, je me suis fait viré malgré le fait que JG m’offre un boulot en or. Mais surtout, il a l’amour d’Haley alors qu’il n’en veut pas. C’est toi qui l’aime. A l’heure qu’il est, il vient juste d’apprendre que son ex postule au poste d’assistante. C’est pour ça que tu l’ignorais car même lui, il n’était pas au courant. Il n’a pas non plus dit que tu étais une mauvaise mère, c’est tout le contraire. Pour lui, tu es la meilleure et il ne te mérite pas. Tous les jours, il parlait de toi au boulot. Il est tellement fier que tu sois sa femme et la mère de ses filles. Il t’aime et tu n’as rien à craindre qu’il retourne avec Haley. Quant à moi, je suis qu’un crétin car j’aurais pu être avec la seule femme que j’aime mais j’ai pris peur, et je lui ai dit des choses que je ne pensais pas. Je suis désolé. »

    Tout au long de son monologue, Liam n’avait pas levé la tête de sa tasse. Il ne ressentait pas le courage de voir le regard de dégoût et de colère de Pénélope. Liam méritait pourtant cette colère mais il était fatigué de son existence et ne voulait qu’une chose, être auprès de la femme qu’il aime, tout simplement. Se relevant, il déposa quelques billets sur la table pour payer son café et celui de Pénélope puis il consentit à la regarder, un profond regret dans son regard.

    « Désolé de t’avoir fait ça, tu ne le méritais pas ! Je te laisse car je ne pense pas que tu veuilles partager une minute de plus avec moi, ce que je comprends tout à fait. Bonne fin de journée. »
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Mer 23 Jan - 4:18

    Le doute s’insinuait peu à peu en elle. Penelope avait toujours eu beaucoup de mal à accorder sa confiance aux autres. Dean était le tout premier, à qui elle arrivait à se confier, sans avoir peur d’être jugée. Son passé était loin d’être glorieux, et elle n’avait pas l’habitude de s’étendre sur les évènements qui l’avaient marqué au fer rouge. Pourtant, en voyant cette femme, belle, jeune, intelligente, douce, on pourrait facilement croire qu’elle a toujours mené une existence rose bonbon. Penny avait toutefois dû se battre pour devenir ce qu’elle était maintenant aujourd’hui. La souffrance, la tristesse, le désarroi avaient été, pendant longtemps, son lot quotidien. Peu de femmes auraient survécu aux épreuves qu’on lui avait imposées. Mère à l’âge de dix-sept ans, elle avait dû, bien malgré elle, abandonné son propre enfant. Pendant plus de huit ans, elle n’avait cessé de penser à cette petite, qui vivait très certainement un enfer dans cet orphelinat miteux. Elle lui rendait visite à tous les mois, mais Penny n’avait jamais eu le courage d’en faire officiellement sa fille. Elle ne lui avait avoué que très tard qu’elle était sa mère biologique. C’est la venue de Dean Winchester qui, du jour au lendemain, avait bouleversée son existence morne et triste. En l’espace d’une soirée, il avait conquis son cœur, et aujourd’hui, elle ne demandait qu’à vivre à ses côtés jusqu’à ce que la mort l’arrache à lui. Il avait tant fait pour elle, sans en être conscient. Si, au début, elle avait eu peur de tous ces changements qui défilaient à une vitesse phénoménale, aujourd’hui, elle ne regrettait absolument rien. Cette bague, qu’elle portait à l’annulaire gauche, symbolisait leur amour, et le bonheur qu’elle avait découvert auprès de lui. La conversation avançait, mais le cœur de la jeune femme demeurait serré, tout comme sa gorge, d’ailleurs. Dans un moment de faiblesse, Dean avait craqué. Il avait trahi leurs promesses, et l’avait trompé. La douleur était toujours présente, même si elle tentait d’oublier, de chasser ces images qui la hantaient. Elle avait pleinement confiance en lui, mais les mots de Liam la poussaient inévitablement à douter de l’homme qu’elle aimait.

    « Pas de chance ! Il devait te détester à un point inimaginable ce type pour avoir tenté de te tuer ! Je suppose que tu as eu le bonheur de faire un merveilleux séjour à l’hôpital ? Je connais aussi, je suis douée pour les maladresses. »

    Penelope songeait bien évidemment à son enlèvement, mais elle préféra ne pas s’étendre sur le sujet. Pour se protéger, elle avait toujours eu tendance à fuir la vérité. Elle avait agi de la sorte en apprenant que son mari avait passé la nuit dans les bras d’Haley. Elle avait fait d’elle son ennemi numéro, et la jeune femme lui vouait une haine et une rancune sans précédent. Penny savait que Dean était tout aussi fautif que son ex, mais c’était tellement plus facile de lui pardonner refusant d’admettre qu’il avait pu commettre l’irréparable. La demoiselle cachait toutefois son trouble sous un sourire chaleureux, qui s’effaça bien vite en entendant Liam affirmer que son mari ne la considérait pas comme une excellente mère. On pouvait lui reprocher bien des choses, et elle arriverait à encaisser, sans broncher, mais pas ça. Elle avait sacrifié tant pour apprendre ce métier qu’elle ne connaissait qu’à peine quelques mois plus tôt ! Penny avait même commencé à cuisiner. Elle n’était peut-être pas très douée dans ce domaine, mais elle avait fait l’effort de tenter sa chance. Dernièrement, la jeune femme avait acheté un bouquin sur l’art d’être parents. Certes, elle en était toujours au premier chapitre, parce qu’un certain jeune homme de sa connaissance aux mains un peu trop baladeuse lui arrachait son livre dès qu’elle s’installait sur leur lit. La demoiselle questionna légèrement Liam, mais ce dernier ne répondit pas. Penelope se mordit les lèvres et tenta de chasser cette pensée de son esprit. Elle était blessée, et elle préférait, pour l’instant, nier les faits pour se concentrer sur la conversation.

    « Tu as été le petit ami de Jazmin Grace ? C’est marrant, je n’ai jamais entendu parler de toi. Pourtant, Jaz’ est peut-être muette, mais quand on sait la comprendre, elle a beaucoup à dire ! »

    Penelope voulait chasser ses tristes pensées, mais malheureusement, elle se sentait incapable de conserver sa douleur en elle. La jeune femme s’excusa maladroitement auprès de Liam pour se rendre rapidement aux toilettes de la place. Une envie de vomir s’empara soudainement d’elle, et sans qu’elle comprenne pourquoi, elle se retrouva bien vite dans l’une des cabines. Plusieurs minutes plus tard, Penny s’observa rapidement dans la glace, avant de sursauté en entendant la sonnerie de son portable. Elle avait reçu un texto de la part de son mari. Un sourire tendre se dessina sur ses lèvres en lisant le mémo. Elle aurait sans doute pu lui répondre sans aucun mal, en lui adressant la parole par voie mentale, mais elle n’avait pas le cœur aux petits mots doux, chose pourtant, qu’elle adorait en temps normal. Ce malaise inattendu ne la préoccupait pas, croyant qu’il s’agissait tout simplement d’un trop-plein d’émotions. Elle avait autre chose en tête. Penelope ne tarda pas à rejoindre Liam, qui l’attendait. Une tasse de café était posée sur la table, et elle l’attrapa pour en boire une gorgée. Cette boisson chaude avait toujours réussi à la détendre un peu, mais cette fois, il n’eut pas l’effet escompté. Seul son mari pourrait la calmer. Du moins, c’est ce qu’elle croyait, jusqu’à ce que Liam passe aux aveux.

    La jeune femme demeura bouche bée. Une lueur de colère passa dans son regard, qui s’éteignit presque aussitôt. Elle était rassurée de savoir que Dean n’avait jamais dit ou pensé un seul de ces mots. Elle ne pouvait toutefois pas en vouloir à Liam. Si elle avait véritablement fait confiance à l’homme qu’elle aimait, jamais elle n’aurait cru ne serait-ce qu’une seule seconde les paroles de cet inconnu. Son mari avait commis une erreur, mais elle ne valait pas mieux. Elle le trahissait chaque fois qu’elle doutait de lui, de sa fidélité et de l’amour qu’il lui portait. Penelope écouta donc son histoire du début à la fin, sans broncher, sans faire un seul commentaire. Elle comprenait mieux que quiconque ce qu’il pouvait ressentir. Elle avait éprouvé la même chose en apprenant la vérité au sujet de ce qui s’était passé dernièrement entre Haley et Dean.

    ** Je sais à quel point on souffre de voir la personne qui compte le plus à nos yeux, nous trahir. **

    Lorsque Liam se releva, en lui adressant à nouveau ses plus sincères excuses, la jeune femme stoppa son geste pour le serrer dans ses bras. Elle voulait le rassurer, lui faire comprendre qu’elle ne lui en voulait pas, mais parfois, une démonstration a plus d’impact que de simples mots. Elle n’avait plus l’habitude d’agir de la sorte avec un mec, puisqu’elle était désormais mariée, Cette étreinte ne se comparait même pas à celle qu’elle partageait avec l’homme de sa vie. Dans le cas présent, il n’y avait point de tendresse, d’amour. Il s’agissait tout simplement d’un geste posé par une demoiselle souhaitant apaiser l’âme en peine de ce pauvre type. Penelope lui sourit doucement avant de tenter d’expliquer ce geste.

    « Liam, s’il te plaît, reste. Je dois avouer que je t’en veux un peu d’avoir parlé ainsi de Dean, mais c’est uniquement de ma faute si j’ai douté de lui, à tort. Mais comment peux-tu avoir la certitude qu’Haley l’aime toujours ? Je sais ce que tu ressens, crois-moi. J’ai… J’ai vécu un peu la même situation. Enfin, là n’est pas la question. Qu’est-ce qui s’est passé entre vous deux ? Je ne suis pas la meilleure pour conseiller lorsqu’il s’agit de relations amoureuses, je suis encore une novice dans le domaine, mais je serais ravie de pouvoir t’aider. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Mer 23 Jan - 22:47

    « Elle ne se vante pas de cette relation, disons que quand elle m’a plaqué à Miami, elle ne voulait plus trop entendre parler de moi. Nos rapports se sont améliorés depuis mon arrivée à New York, heureusement, je tiens énormément à elle. Ce n’est pas facile d’être la petite amie d’un flic et encore moins quand il est un sous-marin. »

    Liam haussa les épaules, comme si cette rupture ne l’affectait pas vraiment. En réalité, pendant une année, il avait cru avoir perdu cette femme mais finalement non, pour son plus grand bonheur. Décrire ses sentiments vis-à-vis de JG serait une tâche trop ardue. Lui-même, ne s’y retrouvait pas. Amour, tendresse, amitié, des notions si abstraites. La seule chose qu’il savait de manière formelle, c’est qu’il aimait Haley d’un amour plus grand et terrifiant que JG. Liam aurait pu céder à la facilité et prendre ce que la dernière des Winchester lui offrait. Il aurait pu vivre un amour tranquille, auprès d’une femme amoureuse mais il ne voulait ni faire souffrir JG ni souffrir lui-même. Or, en sortant avec cette femme, il connaissait exactement la tournure que les événements finiraient par prendre. La conversation continua son bonhomme de chemin et arriva le moment fatidique où il prononça une parole en trop, rendant ainsi Pénélope malheureuse. Celle-ci s’excusa en lui demandant au passage de bien vouloir lui commander son café. Liam s’exécuta tout en ressassant son amertume et sa culpabilité. Elle ne méritait pas sa colère ni même sa méchanceté. Son ami de longue date non plus ! Alors qui devait-il punir ? Contre qui s’énerver ? Qui était le coupable dans cette histoire ? Lui sans aucun doute. Lorsque Pénélope revint quelques minutes après, fière et courageuse, Liam prit la décision de tout lui révéler, quitte à se prendre une bonne gifle.

    Quand il eut fini, il se releva dans l’intention de partir mais Pénélope eut un geste qui le surprit au plus haut point. En effet, elle le prit dans ses bras, laissant sur le carreau un Liam O’Brien bien mal à l’aise. Que faire ? Il ne pouvait pas rester les bras balans non plus. Alors, tout doucement, comme s’il était effrayé de sentir une personne si proche de lui, il la serra contre lui avant de la relâcher quelques instants plus tard. Pénélope lui demanda de rester et il opina d’un signe de la tête, reprenant sa place devant son café crème.

    « Je suis au courant pour Dean et Haley enfin leur incartade. Il s’en veut énormément à ce sujet mais bon je pense que tu le sais déjà. Pour Haley, je sais même pas si mes doutes sont fondés, je sais juste qu’elle va sans nul doute travailler pour lui et le côtoyer tous les jours et ça me fait crever de jalousie pour la simple et unique raison que j’ai peur qu’elle se rende compte que je n’en vaux pas la peine. Un peu débile quand on sait que je sors plus avec elle. »

    Amer, il but une ou deux gorgées de café, se brûlant la langue au passage. Pourtant, il ne montra pas un seul signe de souffrance, non, il était comme anesthésié. Toute sa vie, Liam s’était battu pour faire sa place dans la vie mais ces années d’errance, de mensonge et de violence avaient eu raison de son cœur. Haley lui était donc apparue comme une lueur d’espoir, un baume cicatrisant. Le seul problème, c’est qu’il avait prit peur. Liam ignorait tout du monde qu’elle souhaitait lui offrir et faire le grand saut, accepter de vivre une vie normale le mettait beaucoup plus au supplice que la plus horrible des infiltrations. Pénélope lui demanda alors ce qu’il s’était passé entre eux deux et Liam eut un rire d’autodérision mais ça se voyait qu’il souffrait.

    « Quand je me suis réveillé à l’hôpital après mon « accident », elle était à mon chevet. Je pensais que j’allais mourir, mettre fin à mon calvaire mais non, j’étais vivant grâce à elle et je me suis rendu compte que c’est ce que je voulais. Vivre pour la chérir, pour l’aimer. On a parlé de notre avenir individuel et quand elle a parlé de travailler pour Dean, j’ai vu rouge alors j’ai sauté sur la première occasion. Haley m’a avoué être mutante et je l’ai rejeté en prétextant être un anti-mutant. Y a pas plus bête que moi car je me rends compte que je peux pas vivre sans ma fouine. J’ai besoin d’elle. Qu’est ce que tu ferais à ma place ? Au fait, si tu veux parler, je suis aussi de très bonne écoute. Autant constituer le premier bureau des pleurs non ? » Termina-t-il dans un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Ven 25 Jan - 3:11

    « Tant mieux, dans ce cas. Jazmin Grace est géniale, je la connais depuis à peine quelques mois, mais je la considère déjà comme ma sœur. Et en prime, elle adore nos deux filles et ne se fait pas prier lorsqu’on lui demande de jouer les baby-sitters ! Pas facile de dénicher une nounou avec des gamines comme les nôtres, pas moyen de les empêcher de faire mille et une bêtises. »

    Sa famille était sa raison de vivre. Rien ne comptait plus à ses yeux que son mari et ses deux adorables princesses. Penelope ne les quittait jamais bien longtemps. Elle avait d’ailleurs beaucoup de mal à se séparer d’eux lorsqu’elle devait se rendre à Washington pour rencontrer le Président. Trois jours pendant lesquelles elle pensait constamment à ces trois êtres qui attendaient impatiemment son retour. La jeune femme détestait les laisser aux bons soins d’une nounou. Généralement, c’est à sa belle-sœur qu’elle confiait ces deux princesses. Mais puisque Dean passait pratiquement toutes ses soirées au Groupe W, le couple n’avait pas l’occasion de sortir. Penny n’avait jamais eu le courage de lui confier qu’elle souffrait de ces absences incessantes, de toutes ces promesses qu’il ne tenait jamais. Les paroles de Liam, pourtant dites sur un ton anodin, insinua le doute dans son esprit si fragile. La jeune femme ne pouvait le nier, elle avait terriblement peur de perdre l’homme de sa vie. Il ressentait pour elle, un amour sincère, fort et indestructible. Pourtant, par moment, elle se questionnait. Elle n’était pas l’épouse modèle et idéale, et Dean avait sans doute raison en affirmant qu’elle était encore loin d’exceller dans le métier de mère. Bien souvent, Penelope se surprenait à se rabaisser. On l’avait si souvent regardé de travers, insultée, qu’elle était parfois, dans un moment de faiblesse, portée à croire ce qu’on disait sur elle. Son mari était conscient de ce fait, et il tentait, par tous les moyens possibles, depuis leur rencontre, de l’aider à progresser. Les mots qu’il murmurait au creux de son oreille, la nuit, lorsqu’elle se réveillait en sursaut, pansait ses blessures. Elle avait peut-être 26 ans, et bientôt 27, mais elle ressentait toujours le besoin vital d’être rassurée.

    Après avoir filé aux toilettes pendant une dizaine de minutes, Penny revint finalement prendre place devant Liam. Elle avait toujours le cœur et la gorge serrés, mais elle tenait le coup. Elle s’était toujours montrée forte. Si peu de personne l’avait vu pleurer. Elle avait toujours eu la manie de feindre un sourire alors qu’elle était, intérieurement, complètement démolie. Depuis six mois, elle apprenait peu à peu à s’ouvrir. Elle était encore loin d’être une experte de la discussion, mais le couple progressait lentement et sûrement. Malgré les apparences, les deux jeunes gens se ressemblaient beaucoup, et se comprenaient mieux que quiconque. Le jeune homme poursuivit donc la conversation, et Penny, perdue dans ses pensées, ne réagit pas immédiatement lorsqu’il s’excusa pour de multiples raisons. C’est toutefois le soulagement qui s’empara d’elle. Une douce chaleur irradia tout son être en apprenant que ce que son mari pensait réellement d’elle. On ne lui avait jamais révélé qu’il parlait sans cesse d’elle, de leur famille. Elle le croyait plutôt discret sur ce sujet, mais apparemment, il n’hésitait pas une seule seconde à hurler sur tous les toits qu’il était amoureux d’une femme merveilleuse, et père de deux adorables gamines. Son nouvel ami lui exprima ses plus sincères excuses une seconde fois, avant de se lever, avec l’intention de quitter ce café. Pen’ stoppa son geste en se redressant également, pour le serrer dans ses bras. Ils se séparèrent quelques minutes, reprenant leur place respective, et la conversation qui avait momentanément été mise en plan.
    « Je ne sais pratiquement rien d’Haley, mais je connais Dean. Il ne l’engagerait pas s’il avait un doute quant à ce qu’elle ressent pour lui. Pour l’instant, je suppose qu’elle t’en veut à mort, mais ça peut sûrement s’arranger. Rien n’est perdu. Crois-moi, je suis devenue une experte dans le sauvetage de couple. Je n’excelle pas dans les relations conjugales, mais essaie de discuter avec elle. Je sais, c’est un cliché, la communication c’est la clef, mais apparemment, ça fonctionne très bien ! Tiens, j’entends une sonnerie de portable. Oh, c’est le mien ! Tu veux bien m’excuser deux minutes ? »

    Penelope chercha longuement son portable dans son sac à main. Un véritable fourretout. Elle tenait toujours à ce que le Manoir soit propre, mais lorsqu’il s’agissait de ses affaires personnelles, elle avait du mal à suivre les propres règles qu’elle imposait à son mari bordélique (XD). L’afficheur indiquait qu’il s’agissait de son mari, et la jeune femme s’empressa de décrocher, un sourire tendre sur les lèvres. Elle adorait entendre la voix grave et rassurante de Dean.

    « Pen', c'est moi, je voulais savoir où tu étais ? »
    « Hello, mon amour. Je suis présentement dans un petit café. Tu me manques, tu sais ?! »
    « On pourrait se voir cet après-midi ? J'ai quelque chose d'important à te dire. »
    « Tu sais où se situe le café dans lequel je me trouve présentement, tu sais celui que j’adore, à Little Italy ? »
    « Euh oui je connais ce café, je t'y rejoins dans trois quart d'heure ça te va ? J'ai quelqu'un à te présenter. C'est important pour moi. »
    « Pas de problème, je t’attendrai ici. »
    « Ok a tout à l'heure mon ange, je t'aime Penny. Au fait mon colis est enfin arrivé, tu sais celui de la page 250 de ma bible. Je sais, je sais, je suis un pervers allez je t'embrasse. »
    « Tu n’est qu’un pervers ! Si tu veux avoir droit à un défilé privé, tu as intérêt à ne pas rentrer trop tard. Allez, à tout à l’heure. »

    La jeune femme raccrocha et retourna s’asseoir devant Liam. Elle but une gorgée de son café noir, bien que ce dernier soit désormais un peu froid. Tant pis, au moins, pas de risque qu’elle se brûle la langue. Penny, qui parfois, pouvait se montrer une fine psychologue, le questionna quant à ce qui s’était passé avec Haley. La jeune femme tenta par la suite de lui venir en aide, mais elle avait son propre lot de problèmes, et il faut l’avouer, elle n’y connaissait pratiquement rien en amour. Elle était encore une débutante. Penelope était mariée, mais elle avait encore du mal avec tous ces concepts abstraits et tellement compliqués.

    « Parle-lui. Je crois que c’est le seul moyen de régler cette histoire une bonne fois pour toute. Je suis un peu rouillée à ce niveau, Dean est pratiquement toujours absent ces derniers temps. Et… il me manque. Enfin non, je dis n’importe quoi, ça n’a pas d’importance. Je crois sincèrement, que si tu aimes Haley, tu dois absolument lui parler. »

    Sans réfléchir, Penny lui avait confié ce secret qu’elle cachait à son mari depuis plusieurs semaines. Elle tenta de se rattraper, sans doute vainement. La demoiselle se mordit légèrement la lèvre inférieure, regrettant d’avoir laissé échapper ces mots. Puisqu’elle n’y pouvait rien, elle préféra, ne pas songer à ce qu’elle avait dit, mais ses yeux, exprimaient clairement la souffrance qu’elle ressentait face aux absences prolongées de son époux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Sam 26 Jan - 0:28

    Pénélope attira Liam dans ses bras, et bêtement, il se laissa faire. En célibataire très impliqué dans le bonheur des femmes, il connaissait pourtant la marche à suivre mais là, il restait en plant comme l’idiot du village devant une sucette taille XXL. Dans sa vie, il avait connu beaucoup de type d’étreinte : de l’étreinte torride des relations purement sexuelle, à celle aimante d’une maîtresse amoureuse. Jamais, aucune femme ne l’avait étreint de cette manière. Un peu comme une mère peut le faire à son enfant pour le réconforter d’un cauchemar. Désolé de tomber dans le cliché type de l’enfant privé d’amour mais voyons les choses en face, sa mère ne lui avait jamais accordé grande importance car adopté, il n’était pas le fruit de sa chair et de son sang. Ce n’est qu’à dix ans qu’il apprit cette terrible nouvelle. Adopté ! Toute son existence balayée en quatre mots : tu es un fils bâtard. Voila ce que lui avait sorti sa mère si aimante. Depuis, Liam avait mené une vie dissolue, ne travaillant jamais en cours, devenant rapidement le délinquant jusqu'à ce qu’il rencontre un flic plus compréhensible que les autres, qui prit le parti de le remettre sur le droit chemin. Autant vous dire que le geste de Pénélope lui réchauffa le cœur plus qu’aucun autre. Cette sensation si furtive d’appartenir à une famille fit naître un tas d’étincelle dans son existence si terne. Cependant, il préféra ne rien dire, de ne pas exprimer toute la gratitude qu’il éprouvait pour cette femme à cet instant précis. Elle ne comprendrait sûrement pas.

    Liam allait donc répondre à Pénélope mais son téléphone portable sonna et elle s’excusa auprès de lui pour répondre. En souriant, il hocha la tête, reprenant place derrière son café pour en boire quelques gorgées. Eurk, à moitié froid. Faisant signe à la serveuse de revenir, il en commanda un autre. D’un regard, il en proposa un suivant à Pénélope qui accepta (ou refusa) sa proposition. Sans trop prêter attention à la conversation de la jeune femme, il sortit lui-même son téléphone portable, et sélectionna le menu des textos. Communiquer, ouep mais comment revenir sur des mots si durs ? Comment effacer le rejet ?


Code:
Dorothée a-t-elle retrouvé son prince charmant ?

    Une personne extérieure ne comprendrait pas son message mais il était sûr que sa fouine, oui. En gros, pour faire office de traduction, il venait d’envoyer un texto à Haley pour savoir si les retrouvailles avec Dean s’étaient bien passées. Mine de rien, il s’inquiétait pour elle et si son bonheur se trouvait dans les bras de ce foutu Winchester, il était prêt à l’accepter mais il espérait quand même que Dean la repousse. A la fois pour Pénélope mais aussi pour son propre bonheur personnel. Ainsi, il aurait une occasion en or de rester près d’Haley si elle voulait bien lui pardonner. En soupirant, il fourgua son mobile dans la poche de son jean au même moment où Pénélope raccrocha d’avec son mari, s’il avait bien tout suivit. Reprenant le fil de leur conversation, sa toute nouvelle amie, si on pouvait la considérer ainsi, lui demanda plus d’information sur ce qu’il s’était passé entre Haley et lui et il tenta de lui répondre le plus sincèrement possible.

    « Si je dois parler à Haley, toi tu dois en parler à Dean ! Dis lui que tu souffres de ses absences, je pense qu’il comprendra. Il est pas aussi con que ça, enfin j’espère pour lui sinon, je peux toujours te réconforter tu sais. »

    Liam lui fit un petit clin d’œil complice accompagné d’un sourire goguenard. Attention, il ne cherchait pas à la séduire mais tout simplement à la faire rire car il sentait qu’elle souffrait de cette situation. Plus sérieusement, il posa sa main sur celle de la jeune femme et la serra doucement comme pour lui témoigner son soutient par ce simple geste.

    « Je sais qu’on ne se connaît pas beaucoup mais on a pas mal de points communs à ce que je vois ! Tu sais, les flics sont une espèce à part ! On se laisse rapidement bouffer par le travail et Winchester est ce qu’on appelle un passionné. Si tu ne lui dis pas d’arrêter, il ne s’arrêtera pas. Avec les gars de la NYPD, on était forcé de temps en temps à le dégager de son bureau pour avoir la paix. Je suis encore moins doué que toi en amour mais une sage personne m’a dit qu’il fallait communiquer alors dis lui que ça te fait souffrir. Il se sentira un peu coupable mais pas grave, ça lui passera. »

    La serveuse arriva avec son deuxième café et débarrassa sa première commande. Trempant ses lèvres dans le liquide chaud, Liam se détendit, reprenant un visage moins sérieux, presque naturel même si de temps en temps, son masque revenait au galop. C’est fou la sensation qu’il ressentait en la présence de Penny, un peu comme s’il parlait à une sœur. Première fois qu’il prenait une fille pour sa sœur. D’habitude, même les bonnes sœurs le faisaient fantasmer ! A tout réfléchir, surtout les bonnes sœurs (XD).

    « Dis moi, qu’est ce qu’un homme doit faire pour se faire pardonner d’une énorme bêtise ? Me sors pas un truc trop cher, je suis un peu fauché en ce moment. »
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Mar 29 Jan - 4:02

    Penelope, malgré toutes les épreuves qu’elle avait affrontées au cours de son existence, se montrait toujours douce et compatissante. Elle souriait en permanence, peu importe son état. Autrefois, elle se réfugiait bien souvent derrière ce masque, pour éviter d’exposer sa souffrance, de peur qu’on exploite cette blesse. Depuis des années, elle protégeait son bien le plus précieux, elle refusait catégoriquement de laisser un homme entrer dans sa vie. La jeune femme avait toujours eu une nette préférence pour les histoires sans lendemain, même si ce type de relation n’avait jamais su combler cette sensation de vide intérieure qui l’assaillait lorsqu’elle se réveillait aux côtés d’un inconnu, qu’elle connaissait à peine, et avec qui, elle avait passé la nuit. Ce trou noir se caractérisait par une extrême impression de solitude. Elle savait que partager le lit d’un homme le temps d’une nuit, ne lui apporterait jamais ce qu’elle souhaitait plus que tout au monde depuis la mort de sa sœur aînée, la tendresse et l’amour de quelqu’un. Pendant son adolescence, elle avait si souvent rêvé de voir le prince charmant débarqué pour essuyer ses larmes amères. La maturité et l’expérience lui avait bien vite appris que le grand amour n’existait pas. Elle pouvait rêvasser, espérer, mais au final, elle devrait affronter la vérité. Elle était seule, et personne ne pouvait lui venir en aide. On remarquait simplement son charme, sa beauté, son sourire. Tous étaient inconscients du manque de confiance en soi de la jeune femme, de sa fragilité, et de son équilibre mental, qui risquait de se rompre à tout moment.

    ## Flash-Back ##

    Une jeune femme de 17 ans, mais qui semblaient beaucoup plus vieilles, était allongée dans les bras d’un homme dont elle ne connaissait pas même le prénom. Sa tête était enfouie au creux de son épaule, mais elle ne dormait pas. Les rayons de soleil commençaient tout juste à effleurer sa peau hâlée. Elle avait été incapable de fermer l’œil de toute la nuit. Sa gorge était serrée, mais elle était sereine, même si une certaine tristesse brillait dans son regard marron. Un mal terrible lui lacérait le crâne, et l’adolescente avait du mal à se concentrer. Elle avait abusé de l’alcool lors de cette virée dans ce bar. Malgré tout, sa mémoire était parfaitement intacte. Ses souvenirs défilaient sans cesse dans son esprit. Penelope avait trop bu, et lorsqu’il s’était approché d’elle pour engager la conversation, une idée s’était pratiquement immédiatement dessinée dans sa tête. Malicieuse, incapable de se contenir, elle avait jeté son dévolu sur le jeune homme, coupant court à toute discussion en l’embrassant sur les lèvres. Incapable d’user de la télépathie, elle avait fait confiance à son sixième sens. Penelope avait un instinct très développé, et agissant sans réfléchir ne serait-ce qu’une petite seconde, elle l’avait suivi, jusque dans cette chambre d’hôtel. Elle lui avait offert sa première fois. Aucun sentiment, rien, que du sexe. Regrettait-elle ? Au fond, peut-être un peu. Mais elle ne pouvait s’en vouloir qu’à elle-même. Elle était venue dans ce bar pour oublier, pour s’aérer l’esprit et penser à autre chose. Elle n’avait absolument pas prévu qu’elle finirait dans le lit de ce bel inconnu.

    Elle avait tout de suite craqué pour son magnifique regard, couleur océan. Penny avait ressenti une attirance incontrôlable et jouant le tout pour le tout, elle avait oublié toute prudence. Lorsqu’il l’avait serrée contre lui, elle avait eu l’impression, pendant quelques heures, d’avoir trouvé le bonheur. Elle n’avait jamais connu pareil sentiment, c’était si doux, un sensation merveilleuse qu’elle n’oublierait jamais. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait eu l’illusion d’avoir trouvé sa place. La magie du moment passée, elle comprenait qu’au petit matin, tout redeviendrait comme avant. Il l’embrasserait peut-être du bout des lèvres, avant de la quitter. Et le vide s’emparerait à nouveau d’elle. La jeune femme ferma douloureusement les yeux, et caressa avec douceur et tendresse, la joue de l’inconnu. Craintivement, et avec une délicatesse infinie, elle déposa un baiser sur son front, avant de lui murmurer à l’oreille, de sincères excuses. Comme son haut semblait avoir disparu, elle lui piqua sa chemise trois fois trop grande pour elle, avant de fuir la chambre, non sans l’avoir longuement observé avant de fermer la porte. En l’espace d’une nuit, elle avait grandi, elle était mentalement, devenue adulte. Toute innocence l’avait quitté à partir de ce jour fatidique, et depuis, elle avait cessé de croire au grand amour. Penelope ignorait bien évidemment, à cette époque, que cet homme lui offrirait tout ce dont elle avait toujours rêvé.

    Dean Winchester. Ce n’est que huit ans plus tard, qu’elle apprit qu’il avait été son tout premier amant.

    ## Fin du Flash-Back ##

    Penelope, après avoir étreint Liam pendant plusieurs secondes, prit à nouveau place devant lui pour boire son café. Elle s’apprêtait à continuer la conversation sur ton chaleureux, lorsqu’elle entendit la sonnerie de son portable. Elle s’excusa rapidement auprès du jeune homme, et s’éloigna, à quelques mètres, pour prendre son appel. En comprenant qu’il s’agissait tout bonnement de l’homme de sa vie, le cœur de la jeune femme bondit, et un magnifique sourire illumina ses traits harmonieux. Il lui suffisait d’entendre le son de sa voix pour retrouver confiance. Elle l’imaginait facilement, au bout du film, sexy comme pas deux, et l’envie de se blottir dans ses bras, de se lever sur la pointe des pieds pour déposer un doux baiser sur ses lèvres, s’empara rapidement d’elle. La demoiselle se mordit toutefois la lèvre lorsqu’il proposa de venir la rejoindre dans ce café pour lui présenter quelqu’un. Nul doute qu’il s’agissait d’Haley, et même si Penny avait accéder à sa demande sans faire d’histoire, elle aurait préféré éviter cette confrontation. Leur discussion dérapa rapidement sur un sujet un peu plus personnel, et Penny s’empressa d’y mettre fin, en lui conseillant de rentrer tôt s’il souhaitait avoir droit à un défilé. Elle se dirigea vers Liam, et se laissa silencieusement glisser sur son siège, avant d’attraper son café. Remarquant qu’il était froid, Liam prit soin de lui en commander une nouvelle tasse.

    « C’est plus complexe que tu ne le crois, Liam ! Dean a fait tellement de sacrifices pour moi, pour nous deux, pour notre famille. J’ai peur de l’étouffer, de l’empêcher de réaliser ses rêves. Je ne veux pas devenir une prison pour lui. »

    Liam tentait de la rassurer, mais Penny se révélait très peu réceptive aux blagues cet après-midi, et se contenta donc d’un faible sourire. Comprenant qu’elle n’avait pas tellement envie de plaisanter, il posa doucement sa main sur la sienne pour la serrer. Son nouvel ami avait raison en affirmant qu’elle devait en parler à son mari. Elle savait qu’il s’agissait du seul et unique moyen pour retrouver l’homme qu’elle aimait. Il essaya, en quelque sorte, d’excuser le comportement de Dean. Penelope comprenait à la perfection ce qui se déroulait dans la tête de son époux, étant de loin, la personne qui le connaissait le mieux. Il ne cherchait pas à fuir sa famille, et même s’il brisait fréquemment ses promesses, il n’agissait jamais de façon volontaire. Il désirait le bonheur des siens, et par conséquent, il leur offrait tout ce dont les trois femmes de sa vie avaient besoin. Dean avait simplement oublié que c’est sa présence qu’elles réclamaient. Penny pouvait réaliser l’impossible, si seulement il acceptait de vivre à ses côtés. Ses filles et Dean représentaient tout ce qu’elle chérissait sur cette Terre. Sans eux, elle n’était rien, et c’est sans doute pourquoi, elle souffrait tant des nombreuses absences de son mari.

    « J’aurais souhaité qu’il en prenne conscience par lui-même, qu’il comprenne qu’on a toutes les trois besoin de l’avoir à nos côtés. C’est fou, personne ne peut se passer de lui ! À croire qu’il est en demande partout. Je ne lui reproche rien, mais il sait que je souffre de la situation. Mais il ne fait rien pour changer les choses. Je sais que tu dis vrai, je devrais lui en parler. Il comprendra, je n’en doute pas une seule seconde. Il faut simplement trouver le courage de lui en parler, et ça, c’est pas gagné. »

    Penelope qui n’avait jamais eu peur d’affronter le Président et sa horde de conseillers, tremblait légèrement à l’idée d’entamer ce genre de discussion avec son mari. Elle n’était pas stupide au point de croire qu’une vie de couple est toujours parfaite, mais elle avait espéré une vie plus calme. Pourtant, elle n’avait absolument rien à craindre ! Dean l’aimait, elle en était persuadée. Il ne lui reprocherait jamais d’avoir été honnête avec lui, mais malgré tout, elle était étreinte par cette bonne vieille peur qui la poursuivait encore et toujours.

    « Ouvre-lui ton cœur, et soit honnête avec elle. Pas de mensonges. Montre-lui qui tu es vraiment. C’est le plus beau cadeau que tu peux lui faire. Et je parle en connaissance de cause. Ça risque d'être ardu, mais c'est le seul moyen de retrouver sa confiance. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Sam 2 Fév - 2:09

    Un prince, peut-être, mais il est loin d’être aussi charmant que toi…

    Un bref sourire illumina son visage à la vue de ce message. Que devait-il croire ? Qu’il était mieux que Dean ? Mais en même temps, à tout bien réfléchir, son ex patron jouait le rôle du prince et lui du bouffon de service ? Celui qu’on appelle pour s’envoyer en l’air l’espace d’une nuit et qu’après on relègue au rang des souvenirs sympas mais éphémères ? C’est fou comme son cerveau oubliait que c’était lui qui ne voulait pas d’une relation sérieuse et non la jeune femme ! Comme quoi, la mémoire sélective faisait des miracles. Pénélope arriva sur ces entre fait et il tenta de lui prodiguer les mêmes conseils pour lui remonter le moral. Au diable ce Winchester ! Il avait tout ce que Liam rêvait et il s’amusait à tout perdre en jouant les aveugles. D’un côté, en ami loyal, il n’arrivait pas à s’empêcher de défendre Dean. Tu parles d’un ami, d’un côté, il le haïssait mais de l’autre, il ne cessait de se sentir coupable.

    « Peut être qu’il le voit ! Il sait peut être que ça te fait souffrir mais il ne sait pas comment faire pour changer les choses. Dean est un peu comme moi. J’ai eu l’occasion de le fréquenter durant deux mois sur une affaire d’infiltration à l’époque où il bossait pour le FBI. Il a toujours peur de perdre les gens qu’il aime s’il se montre trop proche. Peut-être qu’il ne veut tout simplement pas t’étouffer avec sa paranoïa. Il a perdu Haley et a vécu pendant cinq ans dans l’idée qu’il n’avait pas su la protéger. Il a failli te perdre durant votre nuit de noce. Dès qu’il est trop proche, les gens souffrent. Il n’arrive pas à comprendre que c’est justement cette distance qui les fait souffrir. »

    En prononçant son monologue, Liam commença lui-même à comprendre ce qui se passait autour de lui. JG avait raison. Il refusait qu’une personne soit proche de lui par peur de souffrir et de perdre un bonheur trop cher payait. Son vieil ami lui ressemblait plus que de raison et ça lui causa une douleur à la poitrine. Haley s’était mise à nue pour lui et lui, il l’avait humilié en la rejetant comme un con. Pour Dean, il n’était pas trop tard, Pénélope comprendrait car elle était sa femme. Mais Haley ?! En désespoir de cause, il demanda à la jeune femme, ce qu’un homme pourrait faire pour se faire pardonner ! Pénélope lui répondit alors qu’il devait se montrer honnête et de lui ouvrir son cœur. Cette réponse lui arracha un petit rire nerveux.

    « Le problème, c’est que je ne sais pas qui je suis ! J’ai joué un rôle toute ma vie que Liam O’Brien en est devenu un étranger. J’aimerai pouvoir lui dire que je l’aime, que je suis raide dingue d’elle mais je lui ai fait trop mal pour qu’elle me pardonne. Mais bon, ça vaut mieux comme ça ! Tout ce que je lui souhaite, c’est qu’elle soit heureuse mais évite quand même de la frapper parce que tu es jalouse d’elle. Je t’aime bien et ça me gênerait de devoir me montrer blessant à ton égard. Quoi ? J’ai dit que je ne chercherais pas à m’excuser mais ça ne veut pas dire que je laisserais quelqu’un faire du mal à ma fouine. »

    Liam ajouta un petit clin d’œil mais on sentait qu’il était sérieux. Une menace à demi-teinte et puis, quelqu’un devait lui ouvrir les yeux sur le fait que son mari avait fauté. Même le plus amoureux des hommes pouvaient commettre LA connerie suprême dans un couple.

    « Pourquoi tu en veux tant à Haley ? Est-ce que tu reportes sur elle, la colère que tu ressens pour Dean ? Tu ne supportes pas l’idée que l’espace d’une seconde, il a pu t’oublier c’est ça ? Tu as peur qu’il recommence et qu’il t’oubli définitivement. Si c’est ça, tu es la plus stupide des femmes. Certes, il a couché avec elle, c’est con mais c’est comme ça. Il n’est pas parfait, c’est un homme qui souffrait et qui a voulu fuir ses problèmes ! Et ouais, Dean Winchester est un mec normal qui a eu un moment de faiblesse, dommage pour Haley, c’était avec elle. Ça ne veut pas dire qu’il ne t’aimait pas, ou qu’il puisse recommencer. Tu ne crois pas qu’il serait temps d’accepter et de tourner la page ? Je ne dis pas que c’est facile mais ce n’est pas ses absences qui te font souffrir, c’est le fait qu’il pourrait, loin de toi, craquer. Je me trompe ? »

    Il avait peut-être tout faux à cet instant précis mais peut-être qu’une bonne dose de colère ferait remonter à la surface, la vérité en Pénélope. Liam, pour une raison obscure, cherchait à créer un électrochoc en elle, pour qu’elle ne souffre plus de cette histoire. Il voulait qu’elle recommence à sourire car son intuition lui soufflait qu’elle devait être magnifique quand elle s’épanouissait.
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Sam 2 Fév - 4:48

    C’était tellement plus facile de se confier à un parfait inconnu ! Jusqu’à maintenant, la belle Penelope n’avait su trouver le courage nécessaire pour discuter de la situation avec son mari, même si chaque minute, chaque seconde, comptait. La jeune femme avait toujours vécu selon une philosophie qu’elle avait adoptée tout naturellement. La vie peut s’arrêter à tout instant, et on ne peut jamais prévoir quand elle se terminera. Elle avait appris cette leçon à ses dépens, et encore aujourd’hui, elle avait parfois du mal à l’appliquer. Elle devait rapidement passer aux aveux, lui faire part de la souffrance qu’elle éprouvait vis-à-vis de ses absences. Lorsque le couple avait renouvelé ses vœux sur cette plage des Bahamas, Penny avait juré implicitement qu’elle profiterait de chaque instant passé en compagnie de l’homme qu’elle aimait. Sa seule présence à ses côtés lui donnait envie de sourire, de chantonner. Le contraire était aussi vrai, puisqu’elle n’entrevoyait que mort et douleur en imaginant son existence sans cette personne merveilleuse. Pourtant, en lui mentant de la sorte, elle créait un fossé entre eux, elle s’éloignait de lui. Elle lui demandait une entière honnêteté avec elle, mais elle se trouvait dans l’incapacité de lui rendre la pareille. Son couple, tout comme leur amour, sombrerait peu à peu dans les ténèbres, si Penelope refusait tout simplement de lui avouer toute la vérité. Après tout, que craignait-elle ? Son époux ne lèverait jamais la main sur elle. Mais qu’en serait-il de sa réaction, celle qu’il tenterait inévitablement de lui cacher ? Elle le connaissait. Elle l’avait bien souvent comparé à un animal sauvage, libre de ses mouvements, solitaire, et Penny redoutait que son amour pour lui se transforme un jour ou l’autre en une cage qu’il ne pourrait plus quitter. Elle voulait voir ses yeux briller. Elle ne désirait qu’une seule chose ; le rendre heureux et lui apporter la paix intérieure qu’il recherchait.

    « Je ne sais pas quoi faire pour lui montrer que j’ai besoin de lui, de sa présence. Il a peur de me faire souffrir, mais il ne m’écoute pas deux secondes quand j’essaie de lui faire comprendre qu’être auprès de lui, c’est tout ce dont je rêve et qu’il ne doit pas ressentir ce genre de crainte. Je ne vois pas pourquoi il se sent responsable de tous mes malheurs. Il veut me protéger en m’éloignant de lui. Il ne devrait pas. Il est ce que j’ai connu de mieux. Il a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. »

    Liam éclairait peu à peu sa lanterne, mais la jeune femme n’y voyait pas tout à fait clair. Dean était sans doute, l’être le plus complexe qu’elle ait croisée au cours des vingt-sept dernières années. L’homme qu’elle aimait avait peur de la perdre, mais il éprouvait une crainte bien plus grande quant aux sentiments qu’il éprouvait pour sa douce. Cet amour inconditionnel qui les poussait tous les deux à commettre des actes irréparables. Penelope avait tué sans hésiter, lorsqu’elle avait vu un ennemi sur le point de l’assassiner. Elle avait agi instinctivement, sans réfléchir. Elle avait arraché une vie humaine pour en sauver une autre. Et elle se savait parfaitement capable de recommencer, si un jour, une situation semblable se représentait. Dean accordait une très grande importance à la protection de sa femme. Bien souvent, elle avait droit à la panoplie complète question sécurité. Certes, il n’avait pas tort en agissant ainsi. Étant depuis quelques mois, son épouse officielle, elle devenait la principale cible de tous ses ennemis. Mais Penny déchiffrait, dans son beau regard océan, qu’il avait l’impression d’être lui-même, la menace la plus inquiétante. Il avait en lui, cette part de ténèbres, une noirceur intérieure si sombre ! Lorsqu’elle était entrée en contact avec ce mal pour la toute première fois, elle n’avait pu s’empêcher de laisser échapper un petit cri. Cette expérience lui avait démontré, hors de tout doute, que l’homme qu’elle aimait, avec qui elle partageait son lit, risquait peut-être, un de ces jours, de laisser libre cours à cette fureur, refoulée pendant tant d’années. Elle vivait avec la crainte de se réveiller avec un psychopathe à ses côtés. Elle avait accepté cette éventualité, bien qu’elle soit prête à tout pour préserver son humanité. Dean en était incapable. Il était dégouté à la seule idée de faire du mal à sa famille. C’est pourquoi il fuyait.

    « Peut-être qu’Haley est sur ton chemin parce qu’elle doit t’aider à te retrouver. Elle t’aime toi, pour ce que tu es. Tu sais, rien n’est perdu. Tu as fait une connerie, mais si elle est moindrement intelligente, elle saura te pardonner et tourner la page. Je vais essayer d’éviter, mais je ne garantis rien. Dean est ce que j’ai de plus précieux, et c’est marrant, mais dès qu’on essaie de me le voler, j’ai tendance à devenir un peu possessive. »

    Penelope baissa légèrement la tête, un sourire ironique sur les lèvres. Elle était elle-même incapable de suivre son propre conseil. Elle ne pardonnait pas à Haley, et rejetait volontairement toute la faute sur elle. Pourtant, une petite voix criait que Dean était tout aussi coupable. Mais la jeune femme refusait de voir la réalité en face. Elle avait, jusqu’à aujourd’hui, essayé d’oublier que l’espace d’une nuit, il l’avait trompée. Il avait renié, pendant quelques heures, tous leurs vœux. Elle était amnésique, elle n’avait pu lui offrir l’amour et la tendresse dont il avait besoin pour guérir. Penny avait fait mine de comprendre, mais elle avait toujours mal. La douleur qu’il avait ressentie justifiait-elle cette infidélité ? Ce sentiment se vit amplifier par Liam, qui remua une fois de plus le couteau dans la plaie. La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, écoutant sans un mot, son discours, qui reflétait parfaitement la vérité. Ses yeux se remplirent bien vite d’eau. Un flot de colère et de haine déferla en elle. Elle voulait frapper cet imbécile qui osait parler ainsi de l’homme qu’elle aimait. Mais c’est parce qu’elle savait pertinemment qu’il voyait juste qu’elle se tut, qu’elle demeura figée, complètement détruite. Il n’était pas télépathe, mais il avait découvert ce qu’elle ressentait vraiment. Elle avait été déçue par la première personne à qui elle accordait sa confiance depuis des années. Malgré toutes ses belles paroles, elle doutait toujours de lui, mais aussi, d’elle-même. Elle se savait incapable de surmonter cette épreuve une deuxième fois, et elle était terrorisée à l’idée qu’il puisse à nouveau commettre l’irréparable. Haley n’était pas coupable, pas plus que Dean. Penelope ne supportait pas cette vision, trahie par son mari, par son âme sœur.

    « Tu… es… dégoûtant. »

    Encore une fois, elle avait choisi la voie de la facilité. Elle préféra enfouir sa tristesse, sa peine et son mal d’être au fond d’elle-même, elle voulait continuer à vivre sans avoir à affronter la réalité. Les joues ruisselantes de larmes, elle attrapa son sac, et se dirigea vers la porte de sortie du café. Incapable de discerner ce qui se déroulait sous ses yeux, elle se retrouva rapidement nez à nez avec un torse musclé. La demoiselle leva la tête, et en croisant le regard de son mari, son degré de panique augmenta encore d’un cran. Elle entrouvrit la bouche pour parler, mais les mots restèrent coincés au fond de sa gorge. Penelope se détourna finalement, et s’apprêta à ouvrir la porte de l’établissement pour fuir le plus rapidement possible, mais le jeune homme stoppa son geste. Il l’attira à elle pour l’étreindre, mais la demoiselle, qui venait tout juste d’apercevoir celle qui devait être Abigaïl, se débattit. Elle avait trop mal pour voir les choses en face, avant de céder à la douceur des bras de son mari.

    « Arrête, laisse-moi, j’ai besoin d’être seule. »

    Bien évidemment, il n’avait pas l’intention de laisser sa femme partir dans un état pareil, et tenta de la calmer. Penny reprit finalement contenance quelques minutes plus tard, et ses joues se colorèrent d’une jolie teinte rosée, honteuse de s’être comporté comme une gamine devant tout ce beau monde.

    HJ :: Alors je propose, comme tour de RP, moi, Dean, Haley, Liam, ça vous va ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Dim 3 Fév - 18:19

L'ordre me va ma puce !

    Haley venait de signer son contrat, faisant d’elle officiellement son assistante particulière. Il la mit toutefois au courant de son envie de quitter la direction du Groupe W. Son frère Samuel allait sûrement revenir de Londres et autant se l’avouer tout de suite, il était beaucoup plus calé que lui en finance et management. Dean souhaitait aussi par cette occasion, passer plus de temps avec sa famille car elle lui manquait atrocement. Il préférait toutefois ne pas en parler à sa femme, dans l’idée de ne pas lui donner de faux espoirs. Si Pénélope croyait qu’il ne voyait pas le mal qu’il lui faisait subir, elle se mettait le doigt dans l’œil mais Dean n’arrivait toujours pas à se mettre dans la tête que désormais une femme et deux enfants l’attendaient tous les soirs à la maison. Depuis cinq ans, il vivait au rythme de son travail et non de sa vie privée. Tout était allé tellement vite entre eux, qu’il n’avait pas eu le temps de s’acclimater et de changer cet état d’esprit. Et puis, le mutant pensait surtout que sa femme devait de temps en temps en avoir marre de l’avoir sur le dos. Penny était si indépendante à leur rencontre qu’il ne pensait pas que son statut de femme mariée et de mère l’avait changé, tout comme, ça l’avait changé lui.

    Les deux anciens amants quittèrent ensuite le groupe W pour monter dans la voiture de Dean et prendre la direction du café où l’attendait sa femme. Dire qu’il avait hâte de la revoir relèverait de l’euphémisme. Aucun mot ou expression ne pourrait décrire ce qu’il ressentait. Ce manque, cette envie de la serrer dans ses bras, de la voir, de respirer son odeur. Il était accro, irrémédiablement accro. D’ailleurs, un tendre sourire éclairait son visage. Personne ne pouvait douter de son amour pour sa femme. Pourtant, elle, elle doutait encore de lui. Il pouvait le lire dans ses yeux quand il partait. Et ça le rendait triste. Tout était de sa faute. Si seulement, le temps d’une nuit, il n’avait pas commis cette faute. Les choses seraient différentes. Que devait-il faire pour retrouver toute la confiance de Pénélope ? Il donnerait tout au monde pour revoir cet amour sans limite et sans faille dans son regard. La rassurer une bonne fois pour toute sur son amour. Même s’ils avaient une nouvelle fois échangés leurs vœux, Pénélope doutait encore et encore.

    « Foutu New Yorkais ! Y a jamais une place de libre dans cette ville. Va falloir marcher un peu Haley. Tu as vu, je commence à m’y faire à ton nouveau prénom. »

    Un sourire débile aux lèvres, il fit un clin d’œil à sa passagère avant de prendre la première rue à sa droite pour prendre l’entrée d’un parking, payant bien sur. Cinq minutes après, ils entraient dans le petit café où Penny avait ses habitudes depuis leur déménagement dans cette ville. En parlant du loup, elle lui rentra dedans de plein fouet et Dean n’eut juste le temps de passer ses bras autour d’elle pour lui éviter la chute qu’il remarquait son état. Pourquoi pleurait-elle ? Serrant sa femme contre lui, Dean essayait de comprendre, lui caressant les cheveux d’un geste doux. Pénélope se débattit comme un beau diable et il la retint contre lui avec toute la force dont il pouvait disposer.

    « Hey, ma puce qu’est ce qui se passe ? Non je te laisserais pas sortir seule dans cet état. Qu’est ce qui se passe mon cœur ? »

    L’embrassant sur le sommet de son crâne, son époux ne se préoccupait plus de rien, juste d’elle. Oubliée Haley, oubliés les clients du café, tout ce qui n’était pas Pénélope ne l’intéressait plus. Elle termina tout de même par se calmer et il l’embrassa tendrement en lui essuyant ses joues ruisselantes de larmes.

    « Pen’ mon cœur, est-ce que tu vas bien ? Qui t’a fait…O’Brien ! »

    Le regard du mutant se durcit alors et les muscles de sa mâchoire se contractèrent de colère. Dean venait d’apercevoir son ami qui venait de se lever. Il avait osé faire du mal à sa femme. Ok, il était jaloux mais de là à reverser sa colère sur Pénélope, il y avait des limites. Ecartant sa femme, il se dirigea rapidement vers son ancien co-équipier et sans laisser le temps à quiconque de l’arrêter, il lui balança une droite en plein visage, fulminant de colère.

    « Espèce d’enfoiré ! Ça t’amuse tant que ça de faire souffrir les gens ? Comment as-tu osé t’en prendre à ma femme. Cette fois je ne vais pas te laisser t’en sortir comme ça. »

    Cette fois, faisant référence à celle où JG était venue à son appartement en larme suite à sa rupture avec Liam. Dean s’était contenté d’une droite mais là, il ne pourrait pas se retenir car on ne faisait pas souffrir Pénélope sans en subir les conséquences. Il allait donc le frapper à nouveau quand il se rendit compte à quel point son poing tremblait. Les yeux de Dean s’écarquillèrent de surprise. L’espace d’une seconde, il avait souhaité tué son meilleur ami. L’espace d’une seconde, il avait laissé sa zone d’ombre s’exprimer. Reculant face à se constat, il se tourna vers Pénélope, comme un appel au secours.

    « Je suis désolé ! » puis s’adressant aux clients « vous pouvez reprendre vos activités, le spectacle est terminé »

    Son regard se posa à nouveau sur Liam qui était assis par terre, le visage en sang. Dean n’arrivait pas à exprimer de regret. Il aimait trop Pénélope pour pardonner même à un ami, le mal qu’il aurait pu faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Lun 4 Fév - 5:02

    Haley signa donc son contrat, à la fois confiante et incertaine quant à l’avenir qui l’attendait. Elle acquiesça silencieusement, lorsque Dean lui fit part de ses projets. En clair, il souhaitait confier la présidence du Groupe W à son frère cadet, Samuel. Au cours de leurs quelques années de vie commune, elle avait eu l’occasion de rencontrer le jeune homme. Il était charmant, et les deux jeunes gens s’entendaient plutôt bien. Pas de risque de ce côté, elle était persuadée que tout irait pour le mieux si jamais Sam devenait son patron. Si elle avait autrefois développé une grande amitié avec Jazmin Grace, elle n’avait jamais été extrêmement proche de lui, ils se contentaient de discuter tout et de rien les quelques fois qu’ils se voyaient. Haley comprenait la décision de son ex. Elle avait d’ailleurs été extrêmement surprise en apprenant qu’il avait accepté le poste de PDG que son père lui offrait dans la multinationale. Elle connaissait plutôt bien l’aîné de la famille, du moins, suffisamment pour savoir qu’il était loin d’être un homme d’affaires. Dean était né pour être flic, il avait un instinct et un flair infaillibles. La demoiselle discernait toutefois ses réelles intentions. Au cours des derniers mois, il avait eu le bonheur de rencontrer la femme de sa vie, et il était aujourd’hui, père de deux adorables gamines. Haley avait pu apercevoir leur joli petit minois grâce aux nombreuses photos présentes dans le bureau de son patron. On voyait à des kilomètres à la ronde qu’il était extrêmement fier de sa famille. Cinq ans plus tôt, lorsqu’elle se projetait dans l’avenir, elle imaginait difficilement Dean dans ce rôle, mais elle avait sous ses yeux la preuve irréfutable que c’est tout ce dont il avait besoin pour être heureux.

    C’est suite à la signature du contrat qu’ils se dirigèrent vers le parking souterrain du Groupe W. Haley monta dans la voiture de Dean, en prenant bien soin de ne pas abîmer la précieuse carrosserie. Elle connaissait l’amour qu’il éprouvait pour sa voiture, et c’est avec beaucoup de prudence qu’elle s’installa sur le siège passager. Les hommes et leurs fichues bagnoles, décidément, elle ne les comprendrait jamais. Quoiqu’elle n’avait jamais eu un très grand talent pour déchiffrer ce qui se déroulait dans leur adorable petite tête. Un sourire moqueur se dessina sur le visage de la demoiselle en apercevant les traits de son ami. Il pensait à sa femme, elle pouvait le deviner avec une facilité déconcertante. Pas besoin d’être profiler pour faire ce genre de constat. Il souriait comme un gamin le matin de Noël, ses yeux brillaient comme de véritables diamants. Le voir dans un état pareil la réconfortait. Malgré le mal qu’elle lui avait causée, il avait réussi à trouver l’amour, à fonder à une famille. Chose qu’elle, avait été incapable de faire. La demoiselle aurait aimé posséder sa force, son courage, même si elle savait qu’il avait gagné cette vie à la sueur de son front. Elle le voyait se battre pour le bonheur des siens, et ce, depuis son grand retour. Dean avait peut-être un léger problème d’alcoolisme, et il n’était pas très doué pour la communication, mais il représentait tout de même, un modèle à suivre, du moins, sur certains points.

    « Va falloir t’y faire, c’est ça, New York ! Garde les clins d’œil pour ta femme, Don Juan, l’après-midi risque d’être difficile ! »

    Haley appréhendait grandement cette rencontre. Pour dire vrai, elle s’attendait à recevoir un flot d’insultes, et peut-être même, à une gifle bien sentie. Elle méritait très certainement ce traitement. Même si elle n’avait jamais eu l’intention de lui voler son mari, elle avait mis les pieds sur un territoire gardé. Évidemment, suicidaire, elle avait oublié tous ses principes fondamentaux. Elle avait couché avec un homme marié. Encore aujourd’hui, elle se dégoûtait d’avoir ainsi faibli. La jeune femme s’en voulait d’avoir poussé son vieil ami à commettre un acte qu’il le hanterait longuement. Il ne cessait de la rassurer. Ils étaient deux dans cette histoire, elle ne l’avait pas violé après tout. Dean gara finalement la voiture, arrachant Haley à ses sombres pensées. La demoiselle suivit son nouveau patron, qui la conduisit dans un mignon petit café. Il avait à peine poussé la porte qu’une femme fonçait sur lui. Elle déduisit qu’il s’agissait de Penelope, puisque le jeune homme l’enlaça presque automatiquement, l’entourant de ses bras musclés, pour la protéger de tous ceux qui pouvaient lui faire du mal. Mal à l’aise, elle s’écarta légèrement. Évidemment, tous les regards étaient tournés vers eux. Certains avaient déjà identifié le couple. Aïe, demain, on pouvait s’assurer que tous les journaux du pays publieraient un article concernant la dispute des deux tourtereaux.

    La mutante écoutait la conversation de deux amoureux d’une oreille distraite. Elle entendit toutefois un nom qui la fit frissonner. O’Brien. Son regard balaya l’assistance, jusqu’à ce qu’il s’arrête sur le jeune homme. Il était bel et bien dans ce café, et nul doute qu’il était la cause des souffrances de Penelope. Haley jura entre ses dents. Génial, elle connaissait déjà la suite des évènements. Dean repoussa doucement sa femme, de sorte que les jeunes femmes se retrouvèrent côte à côte, et se dirigea vers Liam.

    « Bonjour, Haley Daniels, ou Abigaïl si tu préfères ! Tu ne me croiras probablement pas, mais je suis ravie de faire ta connaissance. Je sais que tu me détestes, mais tu veux bien m’aider à stopper ces deux tarés ? Ils risquent de tout détruire, et je n’arriverai pas à les maîtriser tous les deux. »

    Haley se précipita donc vers Liam et Dean, et elle tenta de les arrêter par des paroles qu’elle savait parfaitement inutile. Ils étaient tous les deux en colère, pour de différentes raisons, mais chacun rêvait de coller une droite à l’autre. La jeune femme ne fut pas suffisamment rapide, son ancien amant, qui se révélait un excellent combattant, entama la bagarre. La demoiselle évalua rapidement les dégâts. Liam saignait abondamment, il avait probablement le nez cassé. Une lueur de terreur passa dans son beau regard en comprenant qu’il y avait bien plus en jeu.

    « Dean, non ! Ne fais pas ça ! Tu es en colère contre Liam, mais ce n’est pas une raison de le tuer ! Calme-toi, bordel ! »

    Elle voulait éviter d’en venir aux mains avec le jeune homme, non seulement parce qu’elle savait qu’elle n’avait pratiquement aucune chance dans un combat au corps à corps. Elle se déplaçait rapidement, elle était vive et précise, mais il avait lui aussi toutes ces habiletés, mais il avait un atout de plus, sa force. Pourtant, elle savait qu’elle n’arriverait pas à le calmer. Penelope pourrait trouver les mots pour l’empêcher de tuer. Il écouterait sa femme, uniquement sa femme.

    « Parle-lui, Penelope ! Il t’écoutera ! »

    Heureusement, Dean s’arrêta lui-même. Il figea pendant quelques secondes, avant de se retourner vers sa femme. Pendant qu’il cherchait un peu de réconfort auprès de son épouse, Haley se concentra sur le cas Liam. Elle se pencha près de lui, et lui tendit sa veste, au cas où il voudrait l’utiliser pour éponger le sang.

    « Toujours aussi idiot, pas vrai, Liam ? Non mais qu’est-ce qui t’as pris de faire souffrir la femme de Dean ? Tu le détestes au point de vouloir détruire tout ce qu’il a construit ? Tu as déjà essayé d’utiliser ta tête pour réfléchir ? Apparemment non, puisque tout ce que tu sais faire, c’est mentir et blesser ! Pourquoi agir ainsi ? Pourquoi ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Mer 13 Fév - 13:01

    "On me le dit souvent !"

    Sans réelle émotion, il regarda Pénélope le quitter. Liam s'en fichait, il se fichait de tout car il était las. Las de toujours faire le mal autour de lui, las de rendre des comptes mais surtout las d'aider les autres car au final, il ne récoltait que des emmerdes. La suivant du regard, il remarqua très vite le couple qui venait d'entrer dans le café. Les deux lurons, Haley et Dean. Ok, maintenant, il pouvait faire son testament, Dean n'allait pas le louper. Ce constat ne provoqua même pas de colère, de peur. Rien, il ne ressentait plus rien pour la simple et unique raison qu'il venait de se réfugier dans sa coquille d'indifférence.

    Dean pensa comme tout le monde que le grand méchant Liam avait une nouvelle fois frappé. Personne ne se disait, tiens, il a visé juste et elle pleure car trop émotive. Mais non, ça ne peut qu'être lui. Avec humeur, il se releva, regardant bien fixement son futur bourreau. Bourreau qui ne tarda pas à reverser sa colère à grand renfort d'insulte etc.. Il termina son sermon par une magnifique droite qui l'envoya valser par terre. Liam ne su dire sur le moment si c'était sa jambe ou son nez qui le faisait souffrir. Oh que c'était touchant. La femme et la maîtresse, unies pour empêcher un meurtre. Quand Haley s'agenouilla pour être à sa hauteur afin de lui tendre sa veste, il remarqua enfin le sang qui coulait de son nez. La douleur lui vrillait la tête mais il s'en fichait. Fini ! Désolé JG mais elle allait devoir se trouver un autre homme car lui, il quittait la ville pour ne plus jamais revenir. Disparaître, voilà, il allait disparaître. Haley cru bon lui faire une leçon de morale et là, ce fut la cerise sur le gâteau, Liam éclata de rire. Pas un rire heureux, non un rire jaune, empreint de cynisme.

    "Vous me faites bien marrer vous deux ! Jolis donneurs de leçons mais au final, vous êtes pires que moi. Toi Winchester, tu vis ta vie sans prendre conscience que tu as fait plus de mal à ta femme que quiconque. Elle t'avait accordé sa confiance et tu l'as brisé en moins de deux. L'enfoiré dans l'histoire, je crois que c'est toi. Quant à toi Haley ou je dois dire Abigaïl, ça m'éclate de voir à quel point tu peux être naïve. Le grand Winchester, le dieu sur patte. Vas-y couche avec lui, après tout, tu l'aimes toujours. Vous m’écœurez avec vos beaux sentiments. Si vous souffrez c'est parce que vous aimez ! L'amour c'est qu'une pourriture. Amusez-vous sans moi, je me casse."

    Avec grande difficulté, il se releva, refusant toute aide. Autant conserver le peu de dignité qu'il lui restait. Liam s'approcha de Dean et sans qu'il n'est eu le temps de faire un geste, il envoya son vieil ami au tapis avec un crochet du droit. Les deux hommes saignait abondamment mais dans les yeux de l'humain, on pouvait voir que pour lui, l'histoire était close. D'ici une semaine ou deux, les deux comparses se retrouveraient autour d'une bière sans penser aux mots ou aux coups échangés. Avant de partir, il se tourna vers Pénélope et la regarda gravement.

    "Je ne voulais pas te faire du mal. Tu ne devrais pas être triste, ça ne te va pas. Tu es beaucoup plus belle avec le sourire. Dis lui ce que tu as sur le cœur une bonne fois pour toute sinon, vous n'arriverez jamais à vous retrouver. Tu mérites d'être heureuse pour le peu que j'ai vu. Merci de m'avoir écouté même si au final, ça ne change rien du tout."

    Récupérant sa canne, il se tourna une dernière fois vers Haley. Il aurait aimé lui dire qu'il l'aimait comme un fou mais il connaissait les ravages de l'amour et il s'était fait la promesse de ne jamais y tomber. Quand on est une victime de la folie de l'amour, on le fuit jusqu'a sa mort.

    "Winchester, rendez-vous dans un pub irlandais ! Tu connais le chemin."
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Winchester
~ Heaven is in your eyes ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 25
Dispo RP : Prise
Age du perso : 27 ans
Profession : Infirmière - Directrice du Refuge
Mutant(e) : Oui
Habitation : Manhattan
Humeur :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 18/07/2007

Dossier Personnel
Gestion RP:
Capacité/Dons:
Relations(s):

MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Ven 15 Fév - 4:47

    Penelope, en quittant précipitamment le café, fuyait non seulement Liam et ses paroles véhémentes, mais aussi cette vérité qu’elle avait refusé d’admettre. Pour le bien de son couple, de sa famille, elle avait préféré dissimuler et minimiser l’implication de son mari dans cette trahison. Elle avait eu tort d’agir de la sorte, la réalité l’avait finalement rattrapée, et les ravages engendrés par cette prise de conscience étaient d’autant plus destructeurs. Complètement paniquée, elle heurta un homme à la stature imposante. Cheveux d’un châtain très clair, sourire tendre, yeux bleus comme l’océan, il ne pouvait s’agir que d’une seule personne, Dean Winchester. Remarquant presque immédiatement l’état pour le moins inquiétant de son épouse, il ne tarda pas à refermer ses bras musclés autour du frêle corps de Penny, d’un geste doux, mais ferme. Il glissa ensuite une main dans sa longue chevelure, qu’il caressa machinalement, tout en murmurant à son oreille, des paroles rassurantes. Cette étreinte chaude et délicieuse dans laquelle elle adorait se réfugier ne lui apporta toutefois pas cette sensation de calme, de sécurité, qu’elle ressentait en temps normal. Il la questionna sans la brusquer, mais la demoiselle émit un gémissement de douleur, pour seule réponse. Dean embrassa son front et son cœur se serra en songeant qu’une autre femme avait eu droit à ces marques d’amour, l’espace d’une nuit. Penelope ne cessa de se débattre, pour échapper à son emprise et ses bonnes intentions. Son mari disposant d’une force et d’une habileté qu’elle était loin de posséder, elle se résigna à demeurer dans ses bras. Déchirée par la douleur, elle frappa son torse de ses petits poings, sans réellement lui faire mal. Elle était aveuglée par son mal, et pour l’instant, elle ne désirait qu’une seule chose : lui faire comprendre à quel point il l’avait blessée, qu’il connaisse à son tour cette souffrance. D’une voix emprunte de colère, de désespoir et enrouée de sanglots, elle s’adressa à lui.

    « Je te déteste, Dean Winchester. Tu entends, je te hais ! »

    Évidemment, elle ne pensait aucun de ces mots, mais la jeune femme n’y voyait plus très clair. Peu à peu, elle se calma et retrouva ses esprits. Épuisée par ce surplus d’émotions, elle se blottit timidement, avec hésitation, contre le corps de Dean. Son mari en profita pour embrasser tendrement ses lèvres. Penelope s’accrochait à lui comme un mourant à la vie. Elle se comportait comme un petit animal sauvage qu’on avait battu. Elle se méfiait et craignait la réaction de son époux, mais elle ne pouvait s’empêcher de rechercher sa protection. La demoiselle avait toujours eu beaucoup de mal à contrôler ses ardeurs. Penny avait caché sa colère en elle pendant si longtemps, qu’elle se retrouva nettement amplifiée, lorsqu’en enfin elle éclata au grand jour. Si elle avait cru que parler la libérerait, désormais, elle regrettait amèrement ses paroles, qu’elle avait prononcées sans réfléchir une seconde. Certes, elle lui en voulait d’avoir brisé sa confiance, alors qu’il savait pertinemment qu’elle se montrait bien souvent incapable de s’ouvrir aux autres. Mais elle devait impérativement tourner la page, lui pardonner. Il n’était pas parfait, elle non plus d’ailleurs. Penelope avait également commis plusieurs fautes. Cette difficulté à pardonner résultait probablement de son passé si sombre et si ténébreux. Pourtant, ces quelques dernières semaines, la belle mutante avait tenté de retrouver ce lien si précieux qui les unissait avant. Il demeurait toutefois inaccessible.

    ## Flash Back ##

    Penelope avait enfin trouvé le courage d’annoncer à sa meilleure amie qu’elle était fiancée avec l’ennemi. Enfin, façon de parler, puisque Dean était lui-même un mutant… Assise sur une chaise, près de la piscine de l’Institut, elle s’apprêtait à lui révéler la raison de son bonheur nouvellement retrouvé. Elle redoutait la réaction de sa sœur de cœur, mais en aucun cas, elle ne la ferait changer d’avis. Cette certitude était bien ancrée en elle.

    « Sofia, je suis fiancée ! Je vais épouser Dean Winchester ! »
    « Quoi ?! Mais qu’est-ce qui te prend !?! Dois-je te rappeler que ce type bosse au FBI, qu’il pourchasse les mutants ? Tu cours à ta perte, tu fais la pire connerie de ta vie ! »
    « C’est faux, Dean n’est pas comme ça ! »
    « Comment peux-tu être naïve au point d’écouter les belles paroles d’un type que tu connais à peine ?! Il te manipule, Penny, ouvre les yeux, bon sang ! »
    « Sofia McPherson, je t’interdis de parler ainsi de l’homme que j’aime ! Tu le détestes, d’accord. Ton avis m’importe peu. J’ai confiance en lui, et je ne laisserai personne parler de mon futur mari de cette façon. »

    ## Fin du Flash Back ##

    Il fut un temps où elle réagissait de façon virulente lorsque quiconque souhaitait dire du mal de l’homme qu’elle aimait. Parce qu’elle avait confiance en leur amour. Elle était suffisamment naïve pour croire que leur histoire se déroulerait sans réels obstacles. Elle avait l’intime conviction, qu’elle trouverait le bonheur, à ses côtés. Aujourd’hui… les choses étaient différentes. Penelope regrettait cette époque. Elle aurait tout donné pour vaincre ce blocage qui l’empêchait de vivre pleinement son amour pour Dean. Ce dernier la ramena d’ailleurs sur Terre en l’embrassant avec tendresse. La jeune femme accepta ce baiser avec bonheur, mais se figea en voyant son regard se durcir et sa mâchoire se contracter. En comprenant qu’il avait l’intention de mettre une raclée à Liam, Penny s’interposa en se plantant devant lui.

    « Dean, non, je t’en prie, réfléchis un peu !! »

    Bien sûr, il devait choisir ce moment précis pour jouer les sourds. Le jeune homme écarta doucement sa femme. Impuissante, elle regarda son mari coller une droite bien sentie à Liam. Penny n’était pas sensée utiliser son pouvoir en public, mais voyant que la situation risquait fort bien de dégénérer, s’apprêta à bloquer les gestes de Dean grâce à la télékinésie. Haley se retourna ensuite vers elle, pour l’implorer de faire quelque chose. Elle était sensée savoir comment arrêter l’homme qu’elle aimait ? Le fait est que cette part de l’âme de son époux l’effrayait au plus au point. Elle avait eu l’occasion, lors de leur lune de miel, de plonger en lui, pour découvrir les ténèbres qui le rongeaient depuis des années. Penelope était consciente qu’une fois libéré, le mal en lui ne tarderait pas à tout détruire autour de lui.

    « Je… Je ne peux rien faire ! Dean peut échapper à la télékinésie puisqu’il se dématérialise et je n’arriverai pas à le contrôler ! »

    Penelope ne pouvait tout simplement pas se résoudre à le laisser commettre un meurtre. Elle réfléchit à la vitesse de l’éclair, évaluant les possibilités qui s’offraient à elle. Un choc psychique aggraverait son cas, et la jeune femme refusait de causer une quelconque souffrance à son époux. La voix mélodieuse de Penny s’éleva donc, et elle tenta de le calmer. Il avait un jour affirmé qu’elle était la seule à pouvoir le tempérer. Misant ses sur ses dires pour l’empêcher de faire une bêtise.

    « Dean ! Écoute-moi, concentre-toi sur ma voix ! C’est moi, Penny. Ne laisse pas les ténèbres t’envahir. Tu dois lutter. S’il te plaît, reviens. Tu n’es pas un meurtrier, tu es un homme bon, tuer Liam est une erreur, ne fais pas ça. Celui que j’aime n’agirait jamais ainsi… Reviens, j’ai besoin de toi. »

    La jeune femme s’exprimait avec une telle franchise que tous les clients présents semblèrent émus par ses paroles. Penny s’en fichait royalement pour l’instant, tout ce qui lui importait, c’était son mari. Quelques secondes s’écoulèrent, pendant lesquelles, son poing ne cessa de trembler. Sans doute dégoûté par l’acte qu’il avait presque accompli, il se tourna, presque honteusement, vers son épouse. Sans réfléchir, elle l’attira à lui. Par cette étreinte, elle voulait lui apporter le réconfort, et le rassurer. Penelope caressait sa joue avec une délicatesse infinie. Haley discutait avec Liam, mais elle n’en avait cure. Ils étaient peut-être entourés de plusieurs dizaines de clients, mais elle ne s’en préoccupait pas. Les autres devenaient littéralement invisibles lorsque son mari était prêt d’elle. Il s’éloigna finalement, présentant ses excuses au public, qui s’était délecté de cette petite scène. Sans aucun remords et sans demander l’avis des principales personnes concernés, elle utilisa la télépathie pour effacer de leur mémoire, les quelques dernières minutes. Elle les incita également à quitter le café, de sorte qu’ils se retrouvèrent désormais quatre dans l’établissement. L’heure de régler les comptes avait sonné.

    Liam attira toutefois son attention, lorsqu’il révéla le secret qu’il lui avait confié. Penny l’implora du regard de se taire, mais il ne l’écouta pas. La demoiselle baissa la tête en jouant nerveusement avec ses mains, comme une gamine. Une gamine de 26 ans, qui souffrait intérieurement depuis de longs mois. Le jeune homme envoya Dean au tapis d’un crochet du droit. Puisqu’elle ne s’y attendait pas, elle ne put stopper son geste. Elle s’agenouilla aussitôt près de son époux et lui proposa son aide. Elle connaissait d’avance sa réaction. Cette blessure lui rappellerait inévitablement qu’il ne pouvait plus faire usage de son pouvoir de régénération comme auparavant. Il accepta tout de même la main que lui tendait sa femme, et se releva. Penny posa sa petite tête brune au creux de son épaule et ferma les yeux. Elle les rouvrit presque immédiatement en comprenant que Liam s’apprêtait à partir, après lui avoir fait remarquer qu’elle devrait sourire plus souvent. Et pour la première fois depuis longtemps, elle trouva le courage de tout avouer. D’être franche et honnête.

    « Liam, ne pars pas ! Tu n’aurais pas dû le frapper ainsi, Dean. Il ne m’a pas fait de mal. Il a simplement voulu m’aider. Il m’a ouvert les yeux, et il avait raison. Depuis des mois, j’ai désigné Haley comme coupable. Je refusais d’accepter que tu aies pu oublier toutes nos promesses, ne serait-ce que pour une nuit. Peu importe ce que tu peux penser Haley, Liam est un type bien. Et… il t’aime. Je sais qu’il t’a raconté des salades, mais ne le crois pas. Il est dingue de toi. De ma part, c’est peut-être bizarre, mais tu dois lui donner une seconde chance. Tout le monde mérite une seconde chance. Nous aussi, Dean. Il est temps de tourner la page sur ce qui s’est passé ce soir-là. Je ne t’en veux plus Haley. Dean, ce que j’ai dit tout à l’heure, je ne le pensais pas. Et si tu veux toujours de moi… je veux qu’on continue notre chemin ensemble. Je t’aime. »

    Tendrement, elle se leva sur la pointe des pieds pour déposer un tendre baiser sur les lèvres, oubliant momentanément le sang sur son visage. La peine qu’elle refoulait l’avait empêchée de voir à quel point Dean l’aimait. Elle comprenait désormais qu’il était inutile de douter de lui. Il n’avait d’yeux que pour elle, et ce constat acheva de la rassurer. Penelope se sentait libérée d’un poids énorme qu’elle avait porté sur ses fragiles épaules pendant trop longtemps. Elle se blottit dans les bras de l’homme de sa vie, avant de se tourner vers Haley en souriant.

    « Au fait Haley, si ça t’intéresse, Liam prévoyait quitter la ville prochainement. Je te conseille de trouver rapidement une façon de l’empêcher de faire une pareille connerie ! Désolée, Liam, je ne contrôle pas très bien mes pouvoirs de télépathe ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Sam 16 Fév - 18:01

    « Je te déteste, Dean Winchester. Tu entends, je te hais ! »

    Dean sentit son cœur se serrer. Il méritait sa haine plus que son amour et pourtant, il n'arrivait pas à se faire à cette idée. Depuis très jeune, il s'était forgé une sorte de protection, ne laissant entrer que très peu de personne. Pénélope avait été la première personne qui avait pu franchir toutes ses barrières dans un laps de temps record. Il se refusait donc à la perdre. Pas pour une erreur aussi grossière. Ce soir là, Dean aurait du se retenir, vaincre sa partie si sombre qui se refusait à disparaitre. Dans un sens, il se demandait si lui-même, il voulait qu'elle disparaisse. Il faut dire que grâce à elle, il avait tenu le coup à plusieurs reprises au cours de son existence mais il connaissait également les dangers qu'elle représentait.

    "Je t'aime Pénélope, me laisse pas maintenant, j'ai besoin de toi" lui murmura-t-il au creux de son oreille.

    Dean continua ainsi de lui répéter cette phrase tout en la serrant dans ses bras, essayant par ces simples attentions, à la calmer mais aussi à se calmer. Il avait si peur de la perdre, qu'elle se rende compte qu'il ne valait pas la peine. Au final, il l'embrassa comme un naufragé pouvait embrasser la terre ferme. Avec désespoir. Puis, comme pour soulager sa douleur, il laissa sans le vouloir réellement, la place à sa zone sombre. La fuite en avant, comme Liz, une de ses sœurs lui rappelait sans cesse. Quand tout allait mal, l'aîné déchargeait la faute sur une autre personne, un bouc émissaire et cette fois-ci, ce fut Liam qui trinqua.

    Insensible aux paroles des deux jeunes femmes, il se lança en direction de son vieil ami et l'insulta avant de le frapper violement. Une envie de le tuer le prit, comme quand il s'était retrouvé en face de Cortez, l'homme qui avait osé enlever et torturer sa femme. C'est en plongeant son regard dans celui de Liam qu'il se rappela le lien qui les unissait. Ce type malgré tous les défauts qu'il avait, était son meilleur ami. Soudain la voix de Pénélope arriva à son oreille et il s'y raccrocha, reprenant peu à peu pieds à la réalité. Honteux, il se tourna vers elle pour trouver un certain réconfort. Réconfort qu'elle lui apporta en l'attirant à elle. Dean la serra alors contre lui, plongeant son visage au creux de son cou. Son époux reprit alors contenance mais surtout, il se rappela de où il était. Alors il présenta ses excuses, espérant que ça ne finirait pas dans un journal à scandale. Son père le tuerait à coups sûrs. Le mutant eut alors la surprise de les voir tous quitter le café. Arquant un sourcil, il regarda Penny et eut la confirmation que ça venait d'elle.

    "Fais-moi penser à t'inviter à mon prochain conseil d'administration. ça me serait bien utile cette technique."

    Dans des situations critiques, il ne pouvait s'empêcher de faire de l'humour, signe qu'il reprenait les choses en main. Pas pour longtemps car Liam prit finalement la parole après avoir rigolé. Haley et lui en prirent pour leur grade et un simple regard à Penny lui confirma que Liam disait la vérité. Ainsi, une nouvelle fois, il avait fait souffrir sa femme, à croire que jamais, il n'arriverait à la rendre heureuse. Il n'eut pas le temps de réfléchir plus que Liam l'envoyait au tapis avec un crochet du droit. Aussitôt, il sentit une vive douleur lui vriller la mâchoire et un fin filet de sang couler le long de son menton.

    "Putain fais chier !"

    Pas très élégant mais cette blessure lui rappelait sa condition actuelle à savoir, un simple mutant sans pouvoir de régénération. Pénélope l'aida à se relever et tacitement, il la remercia de ne pas songer à en faire plus. Question de fierté masculine allons-nous dire. Liam s'apprêtait donc à partir mais Pen' l'arrêta et il se mit à sourire d'un air niais. Après tout, voir son meilleur ami se liquider sur place le faisait marrer plus qu'autre chose. Il reprit un air un peu plus sérieux quand elle s'orienta sur le terrain de sa connerie. Dean eut la surprise de se voir pardonner surtout en comprenant que c'était réellement la vérité.

    "Angel, j'irais où tu voudras quand tu voudras. Je suis désolé de t'avoir fait souffrir, je ne pensais pas que mes absences te marquaient tant. Je sais que je t'ai souvent fait la promesse de rentrer tôt pour nos filles et je les ai rarement tenu, je l'avoue. Tu te rappelles de mon frère Samuel? Je t'en ai parlé quelques fois. Il va sûrement reprendre le flambeau au groupe. Il est beaucoup plus qualifié que moi en finance et puis je veux être plus présent dans votre vie."

    Sa femme l'embrassa et il eut un sourire un peu crispé en la voyant barbouillé de son sang. Un peu glauque l'image qu'elle offrait. Attrapant une serviette sur une table, il la nettoya avant de se soigner sommairement.

    "Tss je te savais pas vampire mon cœur." se retournant vers Haley. "Je te présente mes excuses Abby, je n'aurais pas du ce soir là mais comme la dit Penny, tournons la page. Tu dois te pardonner et moi aussi. Tout est clair, j'aime ma femme de tout mon cœur et c'est la seule qui compte pour moi. C'est peut-être un peu tôt, mais j'aimerais qu'un jour, vous deveniez amies car tu fais partie de mes amies Abs'. Quant à toi O'Brien, ouep on se retrouvera autour d'une bière un de ces quatre. En attendant, ta fouine à sa journée alors tu vas la ramener chez elle ou chez toi, a vous de voir dans quel lit vous voulez atterrir. Moi, j'ai un anniversaire à fêter!"

    En souriant, il embrassa le front de sa femme, sa blessure s'étant guérie entre temps, sans qu'il ne s'en aperçoive. S'il avait fait attention, il aurait remarqué que ces derniers temps, sa régénération commençait à retrouver sa puissance.

    "Fais pas cette tête ma puce, tu vas devoir me supporter tout l'après midi et toute la soirée. Je dirais bien toute la vie, mais ça tu le sais déjà."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   Dim 17 Fév - 7:08

    Haley, qui attendait patiemment près de Penelope et Dean, ne savait absolument pas comment réagir. Dean tentait de rassurer sa femme, qui pleurait pour une raison encore inconnue. Pour être honnête, notre mutante nationale était complètement à l’ouest. Elle avait suivi son nouveau patron dans ce café pour rencontrer son épouse. Certes, elle appréhendait au plus au point cet instant, qu’elle savait pourtant inévitable. Si elle détestait obéir aux ordres, elle pouvait parfois faire preuve d’une droiture impressionnante. La fidélité avait toujours été une valeur très importante pour elle, du moins jusqu’à ce qu’elle succombe à des sentiments plus ou moins avouables en s’abandonnant dans les bras de son ex-petit ami. Haley n’avait pas prévu ce genre de situation, et son instinct lui soufflait qu’elle était la cause principale de toute cette souffrance. Malgré les apparences, la mutante pouvait parfois, dans des moments critiques, se discipliner et faire preuve d’un peu de sérieux. Le malaise qu’elle éprouvait était évident, pratiquement palpable. L’ambiance était lourde, chargée d’une mauvaise énergie qui l’écrasait et qui lui donnait envie de prendre la fuite le plus rapidement possible. Cette option était tentante. Il lui suffisait de tourner le dos à Dean, qui, de toute façon, ne se préoccupait absolument pas d’elle à cet instant, pour quitter le café. Elle aurait toutefois quelques problèmes avec lui quand elle rentrerait au boulot, demain matin. D’un autre côté, il avait eu raison de leur imposer à toutes les deux cette petite rencontre surprise. Peut-être que ses explications permettraient à son vieil ami de regagner entièrement la confiance de la femme qu’il aimait.

    Un sourire crispé se dessina sur les lèvres d’Haley en prenant soudainement conscience qu’ils se trouvaient dans un café bondé. Pour une personne normale qui avait une vie assez tranquille, elle risquait seulement une petite humiliation, bref, rien de très grave. Mais Dean n’était malheureusement pas un individu comme les autres. C’est fou ce que le fait d’être multimilliardaire et propriétaire d’une multinationale vous rendait célèbre. La jeune femme détestait être épiée de tout part. Lorsqu’elle fréquentait le jeune homme, cinq ans plus tôt, elle n’avait jamais eu à jongler avec les paparazzis et les journalistes à la recherche d’un scoop. Le couple ne semblait pas se préoccuper de tous ces gens qui les regardaient curieusement, comme s’ils étaient tous confortablement installés devant leur feuilleton préféré. L’envie de déclencher une tornade pour faire fuir tous ces imbéciles la démangeait, mais elle doutait que le patron de la boîte apprécie son initiative. Haley éleva la voix pour leur faire comprendre qu’il valait mieux étouffer cette crise au plus vite, mais bien sûr, personne ne l’écouta.

    « Hello, désolée de vous déranger, mais vous êtes conscients qu’il y a des dizaines de personnes qui vous regardent ? Vaudrait peut-être mieux s’éloi… Liam ? Où as-tu vu Liam ? »

    Haley suivit le trajet de Dean du regard pour finalement croiser celui de Liam O’Brien. Son cœur rata un battement et sa gorge se serra douloureusement. Réfléchissant à la vitesse de l’éclair, la demoiselle comprit rapidement que son vieil ami n’avait pas l’intention de lui faire un câlin pour lui souhaiter la bienvenue. Elle connaissait suffisamment bien les deux hommes pour savoir que si l’un déclenchait les hostilités, l’autre ne tarderait pas à répliquer, tout aussi violemment. De vrais gamins, ces deux idiots ! Ils s’étaient toujours comportés comme tel, et la jeune femme avait la nette impression qu’ils honoreraient la tradition. Elle éleva la voix, hurlant pratiquement pour mettre un peu de plomb dans le crâne de son ex. C’est d’une bonne droite dont ils avaient tous les deux besoin, mais elle n’était pas suffisamment puissante pour les maintenir en respect en même temps. En dernier recours, elle se tourna vers Penelope pour lui demander de l’aide. Si quelqu’un pouvait arrêter Dean, c’est bien elle. Si son ex avait toujours été animé d’une froide détermination lorsqu’il s’agissait de frapper quelqu’un qui avait blessé l’un de ses proches, elle ne doutait pas une seule seconde que les mots de son épouse suffiraient à le stopper.

    « Je ne te parle pas d’utiliser tes pouvoirs ! Parle-lui, ça suffira ! Dean est complètement dingue de toi, il t’écoutera comme un gentil toutou écoute sa maîtresse ! »

    Haley exagérait un peu sur ce coup, mais en cas de panique, elle avait la fâcheuse manie de raconter n’importe quoi. Dean était tout sauf un gentil petit chien obéissant. Si elle avait cru que la demoiselle serait en mesure de stopper son mari, elle avait eu tort, puisqu’il décocha une magnifique droite. La jeune femme ne put s’empêcher d’admirer sa précision. Puis, elle secoua vivement la tête en se rappelant qu’il venait tout juste de frapper l’homme qu’elle aimait. Ses yeux s’écarquillèrent en comprenant qu’il n’avait pas l’intention d’arrêter là. Dean ne s’abaisserait tout de même pas à tuer Liam ? Si ? Dans tous les cas, elle était prête à déclencher un ouragan pour protéger l’humain. Malgré sa méchanceté, elle ne pouvait s’empêcher de vouloir le protéger. Il lui avait donné envie de reprendre sa vie en main, hors de question qu’elle le laisse mourir maintenant, alors qu’elle détenait des infos à son sujet. Son ancien amant lui avait révélé un peu plus tôt, qu’il avait menti sur toute la ligne… Bien sûr, la suite fut tout aussi imprévisible que le commencement de cet après-midi. Lorsque Liam éleva la voix pour l’accuser une nouvelle fois, Haley lui répondit, complètement exaspérée.

    « Non mais en plus, tu es devenu aveugle et sourd ? Je n’aime pas Dean ! C’est toi le flic, non ? Pourtant, ça crève les yeux que je ne ressens plus rien pour lui, et qu’il est lui-même dingue de sa femme ! Si tu étais un peu moins borné, tu aurais peut-être compris que c’est de toi que je suis amoureuse ! Bon sang, faut te le dire en quelle langue pour que tu y piges quelque chose ? »

    Si Haley avait une façon plutôt spéciale de déclarer son amour, on lisait clairement, au fond de ses yeux, une lueur de vérité. Liam s’apprêta toutefois à quitter le café, brisant, une nouvelle fois le cœur de la jeune femme. Elle soupira en le regardant prendre sa vengeance sur Dean. Elle baissa la tête, résignée, jusqu’à ce qu’elle entende la voix de Penelope, qui lui affirma sans hésitation les sentiments de Liam à son égard. La jeune femme lui accorda ensuite son pardon, mais toute l’attention d’Haley était dirigée vers l’homme qu’elle aimait. Elle planta un regard surpris dans celui troublé de Liam, et s’approcha doucement de lui, et timidement, elle déposa un baiser sur ses lèvres.

    « Pourquoi tu ne m’as rien dit ? »

    Puis, la voix de Dean retentit dans le café, et Haley leva les yeux au ciel en souriant. Elle se sentait déjà beaucoup mieux maintenant qu’elle avait la confirmation de Penelope, mais elle espérait entendre les mots venir de Liam. Elle croisait également les doigts pour qu’il ne décide pas de fuir une énième fois.

    « Dean, tu ne peux jamais t’empêcher de dire des conneries, pas vrai ? Et si vous commenciez tous les deux par cesser de hurler mon véritable prénom dans un café ! On ne vous a jamais dit que les criminels étaient très rancuniers ?! C’est pas le moment qu’on me tombe dessus alors que les choses vont un peu mieux ! Merci patron, bonne soirée à vous deux. Oh et, bonne anniversaire Penelope. Tu sais, tu n’as pas à douter de lui. Il agit souvent en crétin, mais il t’aime. Je ne m’attends pas à ce que tu m’adores, mais si on pouvait devenir amies, je serais ravie. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De vieux comptes à régler ## PV Liam ##   

Revenir en haut Aller en bas
 
De vieux comptes à régler ## PV Liam ##
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vieux comptes et vieux amis
» Pas assez vieux pour être sérieux - Liam C. Moore
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Chronicles™ :: • ARCHIVES • :: Avant Fermeture-
Sauter vers: